Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2019

La poésie gagnera

Au Pays basque, une culture sans frontières et sans tabous se renforce de plus en plus. Les résistances tournées vers la création et la liberté, en mettant en question les modes de contestation traditionnels, œuvrent à une nouvelle forme de vie et d’expression.

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis au Pays Basque. Dans une résistance incontrôlable. Car c’est une résistance complétement poétique et c’est incontrôlable la poésie. Depuis deux jours, je me ressource à Errobiko Festibala, dans le village Itxassou, qui crée un orchestre étonnant de musique, de poésie, de peinture, de danse, de théâtre, de philosophie et aussi de sociologie. Et ce n’est pas par hasard que ce festival a été inauguré par une conférence-spectacle suivie d’un vif débat sur la domination masculine et que chaque jour démarre avec une conférence-spectacle sur le même sujet.

Car, dans le Pays basque, une culture sans frontières et sans tabous se renforce de plus en plus. Les résistances tournées vers la création et la liberté, en mettant en question les modes de contestation traditionnels, œuvrent  à une nouvelle forme de vie et d’expression. Bien sûr, rien ne tombe du ciel, cette transformation s'appuie sur les dynamiques mises en œuvre par les fourmis-cigales depuis longtemps.

Chaque fois que je viens dans cette région, je témoigne d'un mouvement poétique et incontrôlable, mené par les folles et les fous qui développent, en toute liberté, une grande capacité de réflexion, d’amour et de création. Et voilà, encore, dans ce festival Errobiko, les musicien.nes très connus ou pas du tout, celles et ceux qui viennent de loin ou les autres qui portent la culture locale dialoguent pour voyager ensemble au pays des rêves. Comme Mursego et Rédér Nouhaj qui ,avec leurs voix, leurs corps et mille et un instruments, nous ont montré qu'il suffit d'être deux pour créer des miracles. Ce dialogue devient multiple avec d’autres formes de création artistique. Vous croisez plusieurs poètes qui bousculent les empreintes de la routine.

 Un nouveau répertoire à la fois artistique et politique est en train d'envahir l'Hexagone, comme les mauvaises herbes, en tout liberté.

« Monsieur Microsoft, Monsieur Apple et leurs amis croient que nos cerveaux sont comme leurs disques durs. Limités et formatables. Mais ils se trompent. Nous sommes bien loin de leurs limites… » disent Itxaro Borda, la grande poète basque et le musicien Ka-Ko qui créent des magies ensemble, des petites et des grandes, durant le festival. Je vous conseille de lire les romans, les nouvelles, les poèmes d’Itxaro Borda. Elle transforme l’espace tout en montrant les dynamiques invisibles de la réalité. Et avec de l’humour. Ses poèmes font partie du vocabulaire quotidien. Tout le monde la connait ici et l’aime.  J’ai tout de suite compris cet amour. Itxaro Borda n’écrit pas seulement des poésies bouleversantes, elle est la Poésie. Elle est modeste, elle arrive facilement à se mêler au vent, aux fleurs, aux regards des enfants, aux mains des vieilles personnes. Elle est « la voix nomade qui perce en criant dans le désert »[1] :

« Je te dis

Que ma poésie

Est a-sociale.

Pas de reconnaissance pour moi

Ce jour, ni demain ni après demain

Puisque désormais je suis

L’ombre nomade

Du sacrifié qui chante

Dans le désert ». [2]

Itxaro Borda lit ces vers dans la forêt, entourée des enfants, des jeunes, des vieilles personnes, des arbres, des herbes sauvages… Si Brassens était là, il se mettrait à chanter :

« Je suis de la mauvaise herbe, braves gens, braves gens C'est pas moi qu'on rumine et c'est pas moi qu'on met en gerbe Je suis de la mauvaise herbe, braves gens, braves gens Je pousse en liberté dans les jardins mal fréquentés… »  

Mais il n’est pas là. C’est la musique magique de Ka-Ko, une autre ombre nomade, une autre mauvaise herbe qui nous accompagne.  Ensuite, je rencontre Manex Lanatua, poète basque qui a quitté tout, son travail, ses habitudes à 70 ans pour donner plus de place à la liberté et à la poésie. Il me chuchote : « C’est dans les marges des prairies qu’il y a la vie, il faut oser être marginal ».

Nous marchons ensemble vers un autre coin, partager une autre création. Je me sens comme une petite fille aux pays des merveilles.

Oui, je sais, je suis grande et je ne veux pas perdre cette sensation de merveille. Ni dans mes luttes, ni dans mon travail, ni dans ma vie de tous les jours. Emma Goldman disait « si je ne peux pas danser à la révolution, je n’irai pas à la révolution ». J’ajouterai une autre condition : « si cette révolution perd sa poésie, je n’irai pas à la révolution ».

J’irai nulle part, sans poésie.

[1] Le poème « CREDO » d’Itxaro Borda, dans son livre Le Réveil de Médée et autres poèmes, Bayonne, Maiatz, 2012. Edition bilingue.

[2] Op.cit.

ERROBIKO FESTIBALA 2019 Teaser © Errobiko Festibala

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent