Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2022

Les otages de la Résistance de Gezi

La « justice » turque a condamné les huit intellectuel.es à des très lourdes peines. L’accusation est plus qu’absurde : « tentative de renversement du gouvernement » par l’organisation des manifestations de Gezi en 2013 ! Mes ami.es, les ami.es de Hrant Dink, les ami.es de la paix, de la culture, de la nature, de la vie sont des otages du gouvernement turc. Comment sauver ces otages ?

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 25 avril 2022, la « justice » turque a été l'auteur d'un nouveau scandale : Osman Kavala, homme de paix et de dialogue culturel, est condamné à perpétuité, sans réduction de peine. Et sept intellectuel.es, artistes, militant.es pacifistes sont condamnés à 18 ans de prison. Prenez bien note de ces noms : Mücella Yapici, 73 ans, secrétaire générale de l’Ordre des Architectes, Can Atalay, avocat des plusieurs intellectuel.es et militant.es,  Çiğdem Mater, réalisatrice et fondatrice du mouvement « Les Ami.es de Hrant Dink », Tayfun Kahraman, universitaire urbaniste, Hakan Altinay, directeur de l'European School of Politics et président de la Global Civics Academy, Yigit Ekmeçi, l'un des fondateurs de nombreuses institutions éducatives, notamment l'Université Bilgi et la Fondation Nesin. et Mine Özerdem, militante associative.

L’accusation est plus qu’absurde : « tentative de renversement du gouvernement » par l’organisation des manifestations de Gezi en 2013 ! Souvenez-vous, il y a neuf ans maintenant, les médias internationaux avaient annoncé l’avènement du « printemps turc » ou « 68 turc ». Non, ces manifestations massives en faveur de la sauvegarde du parc Gezi sur la place Taksim n’ont pas été organisées par ces huit personnes. Cette action est le fruit de transformations profondes des logiques traditionnelles de luttes sociales et de la naissance d’un nouveau cycle de contestations qui se renforce en Turquie depuis plus de vingt ans.

La spécificité du régime répressif turc découle de la définition constitutionnelle de la citoyenneté républicaine : le monisme y prévaut dans tous les domaines. Quiconque s'écarte des normes établies par le pouvoir politique est immédiatement perçu comme dangereux, destructeur, voire ennemi. Et c’est précisément la résistance à ce monisme qui depuis longtemps fertilise les alliances entre les différents mouvements féministe, LGBT, antimilitariste, écologiste, libertaire, de gauche, kurde, arménien, malgré les conflits qui peuvent exister entre eux. Ces alliances ont transformé ces mouvements et surtout les cadres théoriques sur lesquels ils s’appuyaient. Elles ont aussi innové dans les modalités de mobilisation. La participation de la nouvelle génération s’est concrétisée dans l’apprentissage des luttes communes et dans les innovations successives de l’espace des luttes sociales où les concepts et les répertoires, les idées, les expériences se déplacent. C’est ainsi qu’est né le nouveau cycle de contestations, à partir des années 2000, qui a produit un changement majeur dans les formes, les répertoires et les cadres de l’action collective. L'anti-autoritarisme est au cœur de ce cycle de contestations sociales qui ne vise pas directement la prise du pouvoir et qui déconstruit le vocabulaire politique de l'espace militant. Il naît comme une pluralité de relations, dans un espace intermédiaire et fluide où il est possible de continuer la résistance malgré la répression.

Tout ceci fait peur au régime islamo-conservateur qui sait très bien que ces huit personnes, comme moi ou comme d’autres contestataires, ne sont que des petits points dans ce grand tableau.  En 2013, quand la manifestation du parc Gezi avait pris une ampleur inattendue et débouché sur une large contestation contre le pouvoir, elle n’a pas seulement été réprimée par une violence meurtrière faisant huit morts et des centaines de blessés, mais elle a aussi déclenché un long acharnement judiciaire dont sont victimes des milliers de personnes.

Et maintenant cette condamnation ! Ces huit intellectuel.les, militant.es pacifistes et artistes n’ont pas organisé cette manifestation mais ont été choisis pour l’exemple. Les avocats de la défense affirment que l’acte d’accusation ne contient aucune preuve concrète et est uniquement basé sur des présomptions émises par le procureur. Mes ami.es, les ami.es de Hrant Dink, les ami.es de la paix, de la culture, de la nature, de la vie sont emprisonnés pour de longues années. Ils et elles sont des otages du gouvernement turc.

 Comment sauver ces otages ? Les critiques et protestations des institutions internationales restent vaines car il ne s’agit pas d’un Etat de droit. Même les décisions de la Cour européenne des Droits de l’Homme ne sont pas prises en compte. Pourquoi alors ces institutions restent-elles passives ? A cause des enjeux géopolitiques actuels ? C’est comme cela que nous pouvons expliquer le silence des grands puissances occidentales face à l’opération militaire de l’armée turque en cours contre les kurdes syriens qui luttent contre Daesh au nom de toute la civilisation.

Ces complicités internationales peuvent contribuer à tuer la civilisation.

Ne le permettons pas ! Sinon nous allons nous noyer dans la même catastrophe.

Pinar Selek

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis