Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 avr. 2022

Les otages de la Résistance de Gezi

La « justice » turque a condamné les huit intellectuel.es à des très lourdes peines. L’accusation est plus qu’absurde : « tentative de renversement du gouvernement » par l’organisation des manifestations de Gezi en 2013 ! Mes ami.es, les ami.es de Hrant Dink, les ami.es de la paix, de la culture, de la nature, de la vie sont des otages du gouvernement turc. Comment sauver ces otages ?

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 25 avril 2022, la « justice » turque a été l'auteur d'un nouveau scandale : Osman Kavala, homme de paix et de dialogue culturel, est condamné à perpétuité, sans réduction de peine. Et sept intellectuel.es, artistes, militant.es pacifistes sont condamnés à 18 ans de prison. Prenez bien note de ces noms : Mücella Yapici, 73 ans, secrétaire générale de l’Ordre des Architectes, Can Atalay, avocat des plusieurs intellectuel.es et militant.es,  Çiğdem Mater, réalisatrice et fondatrice du mouvement « Les Ami.es de Hrant Dink », Tayfun Kahraman, universitaire urbaniste, Hakan Altinay, directeur de l'European School of Politics et président de la Global Civics Academy, Yigit Ekmeçi, l'un des fondateurs de nombreuses institutions éducatives, notamment l'Université Bilgi et la Fondation Nesin. et Mine Özerdem, militante associative.

L’accusation est plus qu’absurde : « tentative de renversement du gouvernement » par l’organisation des manifestations de Gezi en 2013 ! Souvenez-vous, il y a neuf ans maintenant, les médias internationaux avaient annoncé l’avènement du « printemps turc » ou « 68 turc ». Non, ces manifestations massives en faveur de la sauvegarde du parc Gezi sur la place Taksim n’ont pas été organisées par ces huit personnes. Cette action est le fruit de transformations profondes des logiques traditionnelles de luttes sociales et de la naissance d’un nouveau cycle de contestations qui se renforce en Turquie depuis plus de vingt ans.

La spécificité du régime répressif turc découle de la définition constitutionnelle de la citoyenneté républicaine : le monisme y prévaut dans tous les domaines. Quiconque s'écarte des normes établies par le pouvoir politique est immédiatement perçu comme dangereux, destructeur, voire ennemi. Et c’est précisément la résistance à ce monisme qui depuis longtemps fertilise les alliances entre les différents mouvements féministe, LGBT, antimilitariste, écologiste, libertaire, de gauche, kurde, arménien, malgré les conflits qui peuvent exister entre eux. Ces alliances ont transformé ces mouvements et surtout les cadres théoriques sur lesquels ils s’appuyaient. Elles ont aussi innové dans les modalités de mobilisation. La participation de la nouvelle génération s’est concrétisée dans l’apprentissage des luttes communes et dans les innovations successives de l’espace des luttes sociales où les concepts et les répertoires, les idées, les expériences se déplacent. C’est ainsi qu’est né le nouveau cycle de contestations, à partir des années 2000, qui a produit un changement majeur dans les formes, les répertoires et les cadres de l’action collective. L'anti-autoritarisme est au cœur de ce cycle de contestations sociales qui ne vise pas directement la prise du pouvoir et qui déconstruit le vocabulaire politique de l'espace militant. Il naît comme une pluralité de relations, dans un espace intermédiaire et fluide où il est possible de continuer la résistance malgré la répression.

Tout ceci fait peur au régime islamo-conservateur qui sait très bien que ces huit personnes, comme moi ou comme d’autres contestataires, ne sont que des petits points dans ce grand tableau.  En 2013, quand la manifestation du parc Gezi avait pris une ampleur inattendue et débouché sur une large contestation contre le pouvoir, elle n’a pas seulement été réprimée par une violence meurtrière faisant huit morts et des centaines de blessés, mais elle a aussi déclenché un long acharnement judiciaire dont sont victimes des milliers de personnes.

Et maintenant cette condamnation ! Ces huit intellectuel.les, militant.es pacifistes et artistes n’ont pas organisé cette manifestation mais ont été choisis pour l’exemple. Les avocats de la défense affirment que l’acte d’accusation ne contient aucune preuve concrète et est uniquement basé sur des présomptions émises par le procureur. Mes ami.es, les ami.es de Hrant Dink, les ami.es de la paix, de la culture, de la nature, de la vie sont emprisonnés pour de longues années. Ils et elles sont des otages du gouvernement turc.

 Comment sauver ces otages ? Les critiques et protestations des institutions internationales restent vaines car il ne s’agit pas d’un Etat de droit. Même les décisions de la Cour européenne des Droits de l’Homme ne sont pas prises en compte. Pourquoi alors ces institutions restent-elles passives ? A cause des enjeux géopolitiques actuels ? C’est comme cela que nous pouvons expliquer le silence des grands puissances occidentales face à l’opération militaire de l’armée turque en cours contre les kurdes syriens qui luttent contre Daesh au nom de toute la civilisation.

Ces complicités internationales peuvent contribuer à tuer la civilisation.

Ne le permettons pas ! Sinon nous allons nous noyer dans la même catastrophe.

Pinar Selek

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Pétrole, gaz : un rideau de fer s’abat sur le secteur de l’énergie
Depuis quatre mois, les fragiles équilibres d’un marché déjà tendu sont rompus. L’énergie est devenue un terrain d’affrontement entre les États-Unis et la Russie. En juin, pour la première fois de son histoire, l’Europe a plus importé de gaz américain que russe.
par Martine Orange
Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Asie
Inde : le sombre avenir des habitants de l’Assam après une mousson précoce
Des millions d’habitants de la vallée du Brahmapoutre ont été jetés sur les routes par des pluies torrentielles. Ils survivent dans des conditions catastrophiques. Au-delà de l’urgence, c’est l’habitabilité de cette région d’Asie du Sud qui est désormais mise en question.
par Côme Bastin
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof