Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 sept. 2019

Bastacusi

Je rentre de Corse. Très émue d’avoir participé à une action collective féministe mise en œuvre avec une forte intelligence et créativité et avec une belle capacité d’agir de différents acteurs et actrices. Je parle d’un grand week-end de sensibilisation, de mobilisation, d’actions, organisé par Femmes Solidaires de Corse.

Pinar Selek
Militante de la poésie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je rentre de Corse. Très émue d’avoir participé à une action collective féministe mise en œuvre avec une forte intelligence et créativité et avec une belle capacité d’agir de différents acteurs et actrices. Je parle d’un grand week-end de sensibilisation, de mobilisation, d’actions, organisé par Femmes Solidaires de Corse, les 21 et 22 septembre 2019, à Brando en Corse.

Vous connaissez les chiffres et vous savez que les chiffres officiels constituent la partie visible de l’iceberg. Vous savez donc qu’en France, dans la partie visible de l’iceberg, durant l’année 2018, 121 femmes sont tuées par leur ex ou actuels compagnons. Le mercredi 4 septembre, en moins de 8 mois, 101 femmes sont avaient été tuées par leur ex ou actuel compagnon. Et toujours en France, 223 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences physiques et/ou sexuelles, toujours au sein du couple. Vous imaginez la partie invisible ?

« C’est pourquoi nous, Femmes Solidaires de Corse, avons décidé d’agir et d’agir vite et fort ». Elles ont agi avec force.

En écoutant la présidente en Corse de l’association Rosy Sarrola, j’ai compris que cette action se voulait un dialogue avec le Grenelle des violences conjugales qui prétend construire une réflexion nationale sur ce problème.

Quelques féministes du continent étaient présentes comme Sabine Salamon, présidente nationale des Femmes Solidaires et Ernestine Ronai, membre du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et hommes ainsi que créatrice du premier observatoire des violences faites aux femmes en France. Je ne sais pas s’il y a d’autres liens, mais nous n’entendons pas beaucoup la voix inspirante du mouvement féministe en Corse. Parce que les oreilles des « continentaux » ne sont pas assez ouvertes ? Ou bien, y a-t-il une toute nouvelle dynamique en Corse qui fait partie de ce nouvel élan féministe ? Je ne sais pas. C’est la première fois que je participe à une action collective féministe en Corse, et j’ai appris que, depuis plus de 40 ans, Femmes Solidaires de Corse lutte pour la libération des femmes, donc contre les systèmes de dominations articulés.

Cette fois-ci, au lieu de faire une manifestation classique, une marche routinière, avec des revendications sur les banderoles, elles mettent en oeuvre leurs actions comme font les artistes. Elles ont déjà commencé par un travail de terrain. En mobilisant la population de l’Ile de multiples manières. Des boulangères, des voisines, des musicien.nes, des comédiennes, des libraires, des élues, de la Mairie de Brando, de la région…. C’est la partie la plus importante de l’action, et le reste a coulé comme l’eau….

Samedi, on a commencé avec la musique. Une vingtaine de musicien.nes très connus en Corse se sont réunis pour faire commencer l’action une joie et une force magique. Le lendemain j’ai vu se matérialiser un vrai espace public, fidèle à la définition d’Habermas, dans lequel les citoyen.es interviennent dans le processus de la définition du problème public, dans la construction des politiques publiques et à leur évaluation. Dans cet espace, de multiples acteurs et actrices politiques, juridiques, sociales et médiatiques se sont réunis avec les citoyen.nes concernés par le problème. On a exposé les pratiques, interrogé les responsables, devant de multiples témoins et victimes. Ainsi, les revendications se sont manifestées clairement et publiquement. J’ai vu comment elles sont devenues évidentes et populaires. Cette intelligence m’a donné un espoir pour le futur.

Mais comment peut-on garder cette force quand on est impliqué dans la lutte contre les violences ? C’est difficile car dans cette lutte, tu mets de nouvelles lunettes avec lesquelles tu vois plus que jamais des cas les plus insupportables. Les Femmes Solidaires, sans enlever leurs lunettes, réussissent à garder leur force calme.

Je ne connaissais pas ces fourmis qui portent de petites graines sur leurs dos, qui construisent, qui créent, qui ouvrent des chemins.

Ces chemins traversent la mer. Et oui. Vous allez les croiser.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse