Brésil : homophobie, horreur, haine

Les images parlent d'elles-mêmes. Insoutenables. C'était pendant le Carnaval 2020, dans la journée du samedi 22 février, en plein centre-ville de Suzano, une ville de 300.000 habitants, dans la grande périphérie de São Paulo. Les monstrueux auteurs de cette barbarie envers un travesti n'ont, à la date du 1er mars 2020, toujours pas été arrêtés.

La travesti Ana Corolina Leal, 26 ans, n'a pas déposé plainte à la police civile, car, selon elle "la police ne respecte pas les transexuels et n'aurait pas enquêté avec professionnalisme".
Aucun des piétons, motards et conducteurs de véhicules, apparemment, ne s'est arrêté.
  
 

Travesti presque battu à mort, à Suzano (300.000 hab.), dans l'Etat de São Paulo,, le 22/2/20, durant le Carnaval. © notícia online da hora

https://www.youtube.com/watch?v=eYq2h2DTyxU

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.