PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

237 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2021

Brésil : un neveu de Bolsonaro inculpé pour tentatives de meurtre et de féminicide

Un neveu du président de la République, Orestes Bolsonaro Campos, est mis en examen dans deux affaires distinctes, en 2020 dans l'Etat de São Paulo, d'agressions sexistes et de violences, avec son propre revolver, envers son ex-femme, contre son nouveau compagnon et une autre ex-compagne.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Intimidations via des armes à feu, tirs par balles, agressions, victimes trainées par les cheveux. Tels sont les types d'agressions subies, selon les deux femmes, dont l'auteur est Orestes Bolsonaro Campos, un des neveux* de Jair Bolsonaro, président de la République.
Connu sous le nom de "Orestinho" le fils de la soeur de Jair Bolsonaro est prévenu dans deux affaires envers des femmes avec qui il a vécu : l'une pour "lésions corporelles" et l'autre pour "tentative d'homicide qualifié - féminicide".

L'entrepreneur Orestes Bolsonaro Campos, 39 ans, répondra à deux procédures judiciaires devant la justice de São Paulo pour des actions violentes envers deux femmes avec qui il a vécu et contre le compagnon de l'une d'entre elles.
- La plus grave a eu lieu le vendredi 2 octobre 2020 à Cajati, dans la région sud de l'Etat de São Paulo, celle du Vale do Ribeira. Aussi bien la police civile que le parquet et la justice de l'Etat de São Paulo ont classifié l'affaire comme "tentative d'homicide - féminicide" (voir ci-dessous)

Procès-verbal de la tentative d'homicide/féminicide, établi par la police civile de São Paulo. © Polícia Civil de SP


À cette date, selon les témoins, les preuves recueillies par le parquet dans le cadre de l'action pénale et la police civile de l'État de São Paulo, Orestes Bolsonaro est entré sans autorisation - à 6h30 du matin - au domicile de son ex-femme (dont le nom ne sera pas publié pour ne pas l'exposer), qui se trouvait dans sa chambre, en train de dormir, en compagnie de son petit ami de l'époque (dont le nom sera également préservé).

Selon la police et le ministère public, Oreste Bolsaro a tenté de les tuer tous les deux. D'abord, avec des coups de bâton, en utilisant une massue en bois qu'il avait sur lui. Puis, il leur a tiré dessus avec un revolver. L'arme à feu utilisée a été saisie et était la propriété formalisée et parfaitement légale de l'accusé.
Dans la plainte du parquet, signée par le procureur João Otávio Bernardes Ricupero, cela n'était pas la première fois que Orestes Bolsonaro aurait agressé son ex-compagne. Il le faisait de manière "routinière". Séparés, au moment des faits, depuis dix mois, ils avaient été mariés durant quatorze ans et ont eu deux fils, ensemble.
Les faits qui se sont produits le 2 octobre 2020 sont relatés en détail dans la plainte du parquet de l'Etat de São Paulo (MP-SP). Extrait ci-dessous, dans lequel les noms des victimes ont été ôtés par le journal Brasil de Fato, qui a révélé l'affaire :

" Sachant que son ex-femme passait la nuit chez son petit ami XXXX et utilisant la clé de la maison de l'ex-femme qui lui avait été confiée par celle-ci, il s'y est faufilé à l'aube, où les victimes dormaient.

Ensuite, l'accusé a commencé à frapper l'homme avec un morceau de bois, provoquant l'évanouissement de la victime. La femme a alors retenu ORESTES, qui portait une arme à feu, pendant que l'homme se relevait.

L'accusé a sorti son revolver et, à ce moment-là, l'homme s'est battu physiquement avec lui, ce qui a permis à la victime de prendre son fils sur ses genoux et de quitter la maison pour appeler la police.

Au cours de la bagarre, ORESTES a également brisé un verre sur la tête de l'homme, tiré un coup de feu qui n'a pas touché la victime en raison d'une erreur de visée, et l'a mordu au bras, mais l'homme a réussi à s'échapper lorsque l'accusé est tombé au sol. Le crime n'a pas été consommé uniquement parce que la victime, bien que blessée, a réussi à s'échapper et à appeler la police. "

Le 1er juin 2021, la juge Gabriela de Oliveira Thomaze a accepté l'accusation, faisant ainsi d'Orestes Bolsonaro Campos un prévenu pour double tentative de meurtre au quatrième degré. La phase d'instruction de la procédure (audiences, analyse des preuves et audition des témoins) devrait commencer dans les prochaines semaines.

- Le 17 septembre 2020, à deux heures du matin, dans la ville de Registro, située également dans la région du Vale do Ribeira, Orestes Bolsonaro a été à une fête en compagnie d'une femme (dont le nom sera également préservé). 

A un moment donné, le prévenu Bolsonaro a éprouvé un manque, l'a cherchée et l'a rencontrée couchée auprès d'un de ses ex-compagnons. A la percevoir, Orestes Bolsonaro l'a frappée, tout comme l'homme, puis a trainé la femme par les cheveux, au sol de la chambre, comme l'ont déclaré des témoins et comme le relate le corps du délit. Ce dernier notifie qu'il y a des griffures au visage, des oedèmes sur les bras, les jambes et ventre, et des griffures sur le cuir chevelu.

Quelques heures plus tard, Orestes Bolsonaro a de nouveau croisé l'homme qu'il avait agressé dans la nuit. Chacun était alors dans sa propre voiture. Orestes aurait recommencé à l'agresser, allant même jusqu'à tirer sur son véhicule.

Le 18 décembre 2020, le ministère public a dénoncé Orestes Bolsonaro à la justice pour lésion corporelle.

Le 18/12/20, Orestes Bolsonaro a été dénoncé par le parquet pour avoir trainé au sol une femme par les cheveux. © MP-SP


Le 24 février 2021, la juge Barbara Donadio Antunes Chinen a accepté la décision, rendant ainsi Orestes Bolsonaro Campos prévenu pour lésion corporelle. L'instruction est en cours.
A la date du 30 septembre 2021, l'avocat de Orestes Bolsonaro, Alexander Neves Lopes n'a pas répondu aux questions de la journaliste de Brasil de Fato, qui a révélé en exclusivité la double accusation qui atteint l'un des neveux du président de la République.

------------------------

(*) Orestes Bolsonaro Campos est l'un des fils de la soeur de Jair Messias Bolsonaro, Maria Denise Bolsonaro Campos. Avec ses enfants, cette dernière avait été sous le feu des médias nationaux, en juillet 2019, lorsque ces derniers ont révélé qu'ils s'étaient rendus le 25 mai 2019 au mariage de Eduardo Bolsonaro - un des fils du président de la République - avec un hélicoptère des forces armées (FAB) depuis leur ville d'Eldorado (São Paulo), où ils demeurent, jusqu'à Rio de Janeiro, lieu du mariage.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
En Pologne, les migrants toujours en quête de protection
Plusieurs centaines de migrants ont tenté d’entrer en Pologne la semaine dernière. Dans la forêt située côté polonais, activistes et médecins bénévoles croisent toujours des familles ou hommes seuls, traumatisés et transis de froid, qu’ils aident du mieux qu’ils peuvent. En parallèle, des avocats se mobilisent pour faire respecter le droit d’asile.
par Nejma Brahim
Journal — Outre-mer
Élie Domota : « L’État a la volonté manifeste de laisser la Guadeloupe dans un marasme »
Le porte-parole du LKP (« Collectif contre l’exploitation ») est en première ligne de la mobilisation sociale qui agite l’île depuis deux semaines. Contrairement à ce qu’affirme l’exécutif, il estime que l’État est bien concerné par toutes les demandes du collectif.
par Christophe Gueugneau
Journal — Outre-mer
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère de la population
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — Outre-mer
L’émancipation de l’île antillaise, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue la Guadeloupe, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel