PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

240 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2021

Walter Benjamin sous le regard de Daniel Bensaïd, vu d'Argentine

C'est, logiquement, de Buenos Aires que nous parviennent quelques feuillets, signés du critique Demian Paredes, à l'occasion de la parution, en Argentine, en juin 2021, de la première traduction du livre sorti en 1990 de feu Daniel Bensaïd, "Walter Benjamin, sentinelle messianique". C'est aux éditions "El cuenco de plata" traduit par Alcira Bixio avec une préface de la sociologue Cecilia Feijoo.

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Première traduction, en Argentine, en 2021, de " Walter Benjamin, sentinelle messianique ". © El cuenco de plata

Benjamin est devenu, un peu à la manière d'Antonio Gramsci, un auteur aux usages multiples - voire contradictoires, voire opposés - tirés selon des intérêts différents, de ceux qui ont eu une amitié ou une certaine relation intellectuelle avec lui, aux classifications bien léchées et univoques que les académies tentent habituellement, pour ordonner et compartimenter une œuvre. Ainsi, on le qualifie de " philosophe du langage " et de " critique littéraire " (Hannah Arendt), on souligne sa dimension messianique juive (préférence pour Gershom Scholem), ou la critique culturelle néo-marxiste (Theodor W. Adorno), ou encore un marxisme " pur et simple ", militant du point de vue de l'art (Bertolt Brecht). Pour Bensaïd, semble-t-il, Benjamin est tout cela, mais bien plus encore, un penseur du présent.

"Outsider errant et rebelle", une "sentinelle solitaire" : un dissident, un résistant, un hétérodoxe qui se méfie de toute certitude et confiance en quelque futur monde heureux "sûr", et de la raison, quelle qu'elle soit : des dirigeants et des appareils politiques, des États, etc. Par là, Benjamin indique un nouveau sens de l'histoire, pleine de dangers et de possibilités, que d'autres contemporains se sont contentés d'accepter, d'enregistrer ou simplement de nier.
C'est cette double perception du présent, comme catastrophe et évènement, que Bensaïd perçoit dans le Journal de Moscou, écrit lors de la visite de Benjamin en URSS dans la seconde moitié des années 1920 [du 6 décembre 1926 à la fin janvier 1927], alors que la réaction bureaucratique stalinienne bat son plein. C'est cette perception qu'il confirme avec le perfide pacte Hitler-Staline, plus d'une décennie plus tard, auquel Benjamin tente d'opposer une "stratégie de l'urgence au milieu d'une catastrophe".

Et Bensaïd se trouve aussi, quand il écrit son livre en 1990, dans un moment catastrophique : la clôture des expériences révolutionnaires, la réaction néolibérale et la chute du "socialisme réel", l'un des deux piliers du régime mondial du deuxième après-guerre ; le statu quo du monde de Yalta, la "guerre froide", avec son "équilibre" de conquêtes sociales, la rivalité économique entre deux "systèmes" et la terreur nucléaire. C'est la configuration d'une situation sans précédent, de régressions intellectuelles, de reculs sociaux et politiques, et d'impasses dans lesquelles nous sommes toujours englués.

Bensaïd développe ses thèmes en commentant le caractère très fragmentaire de la vie et de l'œuvre de Benjamin : ses Thèses sur la philosophie de l'histoire, la question messianique, la question stratégique et militaire, et la question du temps, ou plutôt des temporalités, et de leurs avatars. Le "méta-commentaire" permet de recouper les propres lignées culturelles et intellectuelles de Benjamin avec celles de Bensaïd. Il s'agit d'un sauvetage du passé pour une actualisation du présent. L'exigence (de soi) de se situer à la gauche du possible, une entreprise aussi risquée que, finalement, réussie.

Bensaïd met en évidence le temps messianique dans les Thèses comme une perception critique de l'idéologie du "progrès", que ce soit dans sa version bourgeoise, social-démocrate ou communiste (stalinienne). Il n'y a pas de "futur" ou de "révolution" assurés dans l'attente passive. Rébellion ou soumission : l'inéluctable temps "vide et homogène" doit être analysé et critiqué. "Benjamin rejoint la longue rébellion contre les chaînes despotiques de la temporalité mécanique, de Baudelaire à Proust, de Nietzsche à Bergson." Que nous montre l'histoire ? " Loin de gravir l'escalier monumental du progrès, l'histoire est avant tout répétition et bégaiement de la défaite ". La tristesse et la mélancolie post-révolutionnaires de Saint-Just ou de Louis-Auguste Blanqui - les mêmes au XXe siècle, avec les dates négatives de 1933 à Berlin et de 1937 à Barcelone - est la " catastrophe permanente comme négatif de la révolution permanente". "Histoire" qui immobilise le passé et qui doit être combattue par une "historiographie matérialiste". Et messianique.

Qu'en est-il des évènements de 1989-91 ? "Avant les défaites, ce sont les trahisons et les abandons", dit un Bensaïd introspectif des marxismes du XXe siècle. C'est la défaite qui fait surgir la sentinelle, le gardien d'une tradition contre la dureté des vainqueurs, contre le bruit inaudible des opprimés oubliés par le bruit tumultueux de la marchandise.

Contre la circularité et la répétition, toujours à l'identique, de la marchandise et de ses révolutions augmentées du capital, le passé revient constamment hanter l'espace du vivant, et c'est la sentinelle qui est chargée de crier l'ouverture "messianique" : le seuil du possible. Contre l'attente passive : " Loin de se neutraliser, la lutte des classes et le messianisme s'encouragent mutuellement contre la fatalité. " Le messianisme profane saisit les fragments du renoncement de Blanqui dans L'Éternité par les astres, la circularité ascendante et cassante de Hegel, la rupture du fétiche dans Marx et de la remémoration dans Proust et Daniel Bensaïd se propose alors de saisir l'"Évènement" contre l'immuable Progrès et tout Éternel retour. L'histoire en tant que bifurcation, en tant qu'histoire des possibilités, ne doit pas être abandonnée à l'oubli. Comme cette transgression consiste à rejoindre le cortège des vainqueurs, elle consiste à accepter le présent comme un fait accompli.

Dans le langage, dans la mémoire et dans sa relation avec la religion juive et la Kabbale, Bensaïd identifie un dialogue avec le marxisme hérétique. L'histoire comme science ou, aussi, comme "une forme de remémoration", car contrairement à la mémoire, le souvenir est un acte de conscience, c'est la mémoire qui émerge dans la lutte contre l'oubli. De Spinoza à Péguy, de Sorel à Rosa Luxemburg, de Freud à Moses Hess en passant par Gustav Landauer, Franz Rosenzweig, Fritz Mauthner et Henri Lefebvre, Bensaïd articule une constellation de vies, d'œuvres et de circonstances - à contre-courant, adverses, tragiques - qui font la lumière. Une histoire dans laquelle, pourtant, " tout dépend de l'homme, y compris ses tourments et son impatience". C'est le fondement d'un " messianisme politique, démocratique et libérateur ".

Il s'agirait, pour Bensaïd, de se rappeler, de ne pas oublier que, dans le temps présent, dans le " temps-maintenant ", la sentinelle messianique est porteuse d'une annonce, d'un possible qui se tisse activement et qui permet d' " inventer du nouveau, non en faisant table rase du passé, mais en l’interrogeant autrement, patiemment, affectueusement, c’est le propre du concept messianique de l’histoire ".


Demian Paredes

La première publication de ce texte a eu lieu le 13 septembre 2021 dans le blog contrahegemoníaweb.com.ar

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau