Brésil: un appart de Fernanda Bolsonaro, financé par le cabinet de son mari Flávio ?

Les enquêteurs du parquet de Rio de Janeiro affirment que lorsque Flávio Bolsonaro était député, son chef de cabinet Miguel Ângelo Braga Grillo, qui l'est toujours aujourd'hui du sénateur, a transféré le 29/10/2011 des fonds à l'épouse du fils aîné Bolsonaro pour qu'elle puisse boucler l'achat d'un vaste appartement au dernier étage d'un immeuble du quartier de Laranjeiras.

Fernanda et Flavio Bolsonaro (photographie d'archives) © DR Fernanda et Flavio Bolsonaro (photographie d'archives) © DR
La dénonciation, via un rapport de 300 pages envoyé à la justice le 19/10/2020, et l'inculpation* par le ministère public de Rio de Janeiro (MPRJ) de Flávio Bolsonaro 
Miguel Ângelo Braga Grillo, chef de cabinet du député puis du sénateur Flávio Bolsonaro. © DR Miguel Ângelo Braga Grillo, chef de cabinet du député puis du sénateur Flávio Bolsonaro. © DR
à propos de l'époque où il était député, a mis à jour l'« action déterminante » de son chef de cabinet, Miguel Ângelo Braga Grillo, dans la structure organisationnelle du détournement des salaires des assistants parlementaires d'alors du fils aîné de Jair Bolsonaro.

Le procureur Ricardo Martins, qui travaille au niveau de la seconde instance du MPRJ, a déclaré que l'action de Miguel Ângelo Braga Grillo « a été déterminante pour le succès du détournement des fonds publics », car « en tant que chef de cabinet du député de l'État de Rio de Janeiro, il lui appartenait de gérer le travail des autres membres du cabinet et, surtout, de contrôler la fréquence des « adhérents » au  systême de détournement de fonds (« rachadinha »).


Selon le parquet de Rio de Janeiro, Miguel Ângelo Braga Grillo avait la fonction, depuis mai 2007, de « gérer tous les salariés du cabinet, à la fois en ce qui concerne l’exécution des fonctions publiques, quand elles existent, et aussi à propos de la présence des employés, en étant le responsable de l'envoi mensuel des attestations de présence de ces mêmes salariés au secteur des ressources humaines de l'assemblée législative (Alerj), attestant donc faussement de la présence intégrale des assesseurs composants de l'organisation criminelle, liés directement au cabinet, afin de rendre possible le paiement des salaires. Même sans la contreprestation de services publics par les « employés fantômes ».

Et le MP de rajouter que « cette inaction délibérée quant au contrôle des activités des assesseurs, qui aurait pu être facilement mise en pratique avec des contrôles effectifs de présence, enregistrement de supposés travaux développés ou attestés qu'ils n'exercaient pas des activités incompatibles avec le service public, prouvait que le chef de cabinet [Miguel Ângelo Braga Grillo] a oublié intentionnellement ses devoirs inhérents à sa charge, avec le but d'éviter la suspension des paiements des " assesseurs fantômes ", et ainsi, permettre le détournement continu des fonds publics en faveur de l'organisation criminelle ».

Les enquêteurs disent avoir trouvé des preuves que le chef de cabinet a transféré 20.000 R$ à l'épouse de Flávio, Fernanda Bolsonaro, le 29 décembre 2011. Il a retiré le montant de son propre compte et, environ trente minutes minutes plus tard, « en compagnie de la titulaire du compte », a effectué le dépôt dans une agence bancaire voisine.

Selon le parquet, le transfert, provenant prétendument de ses revenus en tant que chef du cabinet du député Flávio Bolsonaro, a servi en réalité à compléter le montant que Fernanda Antunes Figueira Bolsonaro paierait pour l'acquisition d'un appartement que le couple était en train de finaliser, dans le quartier de Laranjeiras, à Rio de Janeiro.

Miguel Ângelo Braga Grillo est, en novembre 2020, toujours chef de cabinet du dorénavant sénateur Flávio, avec un salaire de 22.900 R$ (5.000 US$).




(*) Le 3 novembre 2020, a été rendue publique la remise, le 19/10/2020, du dossier d'enquêtes tous azimuts pendant plus de de deux ans, par le parquet de Rio de Janeiro sur les possibles fraudes dans le cabinet du député Flavio Bolsonaro.
Le MP a requis auprès du juge de 2e instance du MP, rapporteur de l'affaire, Milton Fernandes de Souza,  la triple mise en examen de Flávio Bolsonaro, Fabricio Queiroz et de quinze ex-assistants parlementaires pour détournement de fonds publics, blanchiment et appartenance à une organisation criminelle.




 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.