PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

266 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2022

Brésil: au Pará, une famille de défenseurs de l'environnement retrouvée exécutée

Tués pour vouloir élever des tortues. Depuis 2011 c'est à nouveau la droite qui dirige le Pará, immense État du nord où la concentration des titres fonciers est la plus forte au monde, où les mécanismes d’appropriation privée illégale, frauduleuse des terres publiques sont des plus sophistiqués. Gouverneur depuis 2019, Helder B. est le fils de l'ex-gouverneur Jader Barbalho (1983-1987, 1991-1994).

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Zé do Lago, Márcia, Joene. © DR

C'est le fils qui a fait la triple découverte macabre, le dimanche 9 janvier au matin. Il pleuvait. Le corps de sa belle-mère, Márcia Nunes Lisboa, criblé de balles, était mi-flottant sur la rive du fleuve Xingu. Les corps de son père, José Gomes, surnommé Zé do Lago, et de sa demi-soeur, mineure, Joene Nunes Lisboa, étaient, eux, non loin de leur maison, en des emplacements différents, au sol, face contre terre (VIDEO, ICI, attention images fortes et violentes), également perforés par des projectiles, sur un chemin boueux, près de la rive du fleuve. De nombreuses cartouches, de calibre 380, jonchaient le sol et témoignaient d'une probable exécution par des tueurs à gage, des pistoleiros. Les trois corps étaient en état avancé de décomposition, mais la date exacte de leur assassinat, probablement deux ou trois jours auparavant, n'a pas encore été établie par les forces de police.
La famille, unie, demeurait là, au sud-est de l'Etat du Pará, depuis une vingtaine d'années. Sur la rive gauche du fleuve Xingu, aux abords d'un lieu connu comme Cachoeira da Mucura, une espèce d'îlot, aussi appelé "Bom Jardim", à quelques quatre-vingt dix kilomètres de la ville de São Felix do Xingu.
 
Le Pará est un État dont la superficie est deux fois et demie supérieure à celle de la France.
 

La famille de Zé do Lago, au complet, il y a plusieurs années. © DR

José et sa famille étaient d'engagés défenseurs de l'environnement et protecteurs de la biodiversité, et projetaient d'installer, près de leur domicile, un élevage de plusieurs espèces de tortues ("quelônio").
En ce mois de janvier, en raison des fortes pluies qui se produisent dans la région, les accès en voiture, par la route, ne sont plus possibles. Les enquêteurs vont donc chercher à savoir avec quelle barque ou bateau à moteur les tueurs sont parvenus jusqu'au domicile de la famille.
C'est le commissaire en chef de la police civile de São Felix do Xingu, José Carlos Rodrigues dos Santos, superintendente régional de cette police dans la région du Alto Xingu, qui mène l'enquête et s'est rendu sur place, le mardi 11 janvier, en barque, avec son équipe. A son arrivée, le policier a seulement déclaré : " La police civile est en train de faire tous efforts possibles pour élucider ce crime qui a choqué la population de São Félix do Xingu. Une des difficultés est qu'il n'y pas de voisins proches qui auraient pu voir quelque chose. "
 
 
Une video, ci-dessous, montre la famille et le père, Zé do Lago, s'exprime face caméra, le 10 décembre 2021, après avoir lâché dans le fleuve des dizaines de petites tortues 
 

Zé do Lago, face caméra, le 10/12/2021. © DOL CARAJÁS

 
A lire (PDF 28 pages) : " Les mécanismes d’appropriation des terres publiques autour de Santarem, Etat du Pará "
 
et
https://www.agter.org/bdf/fr/corpus_chemin/fiche-chemin-327.html
 
 ------------------------------
 
En 2018, dans cet Etat du Pará - dont la capitale est Bélem - huit militants "impliqués dans des conflits terriens avec des représentants de l'industrie du soja" ont été tués, selon l"ONG Global Witness.
 
En 2019, ont été assassinés au Brésil 24 défenseurs de la biodiversité. Selon Repórter Brasil, avec les sans-terre et indigènes victimes de conflits fonciers, le total passe à 31 personnes tuées. 
Exemple (infographie) : Rosane Santiago Silveira, 38 ans, tuée le 29/1/19.
 
En 2020, vingt défenseurs de la nature et de l'environnement ont été tués au Brésil, selon le décompte de la même ONG Global Witness, publié le 13/9/2021 et intitulé "A última linha de defesa" (PDF 36 pages). Global Witness réalise ce bilan annuel depuis 2012. "
 
Le 10 décembre 2021, l'enquête annuelle publiée - séparée en deux sections "morts en conséquence de conflits en zone rurale" et "morts pour conflit en zone rurale" - du Centro de Documentação da Comissão Pastoral da Terra (CPT) a montré que le nombre de victimes fatales, en 2021, avec pour cadre ces terres au Brésil, avait augmenté de 1.044 % par rapport à 2020. 103 personnes mortes, dont 101 indigènes Yanomamis. De ces 103 victimes, 26 ont été assassinées.

 
--------------------------- 

 Site " COVA MEDIDA " interactif et actualisé en permanence
par les journalistes de Repórter Brasil, incontournable :
il propose une "stèle" détaillée, de chaque victime, dans chaque Etat du Brésil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar