Brésil: d'août 2010 à fin 2014, nul retrait bancaire de Fernanda Bolsonaro

Fernanda Antunes Figueira Bolsonaro « n'a pas effectué un seul retrait d'espèces sur son compte bancaire entre août 2010 et décembre 2014, et n'a contribué à aucun montant en espèces pour payer les factures du couple pendant cette période. » Tel est le constat du ministère public de Rio de Janeiro après son dépôt de plainte contre elle et son mari, en octobre 2020.

Flavio Bolsonaro et Fernanda Bolsonaro (photographie d'archives). © DR Flavio Bolsonaro et Fernanda Bolsonaro (photographie d'archives). © DR
En déposant une plainte contre le sénateur Flávio Bolsonaro, en octobre 2020, et en requérant sa triple mise en examen, le ministère public de Rio de Janeiro avait également enquêté puis énuméré une série d'accusations contre sa femme, la dentiste Fernanda Antunes. Les procureurs ont indiqué que Fernando Antunes Figueira Bolsonaro « n'a pas effectué un seul retrait d'espèces sur son compte bancaire entre août 2010 et décembre 2014, et n'a contribué à aucun montant en espèces pour payer les factures du couple pendant cette période. »

  • Les procureurs ont découvert que le couple utilisait de l'argent liquide pour payer leurs deux domestiques, leurs impôts fonciers, leur assurance de santé privée et l'école privée de leurs enfants. Pour le parquet, le volume des paiements en nature effectués par le couple Bolsonaro sur la période 2010-2014 est « incompatible avec les fonds obtenus de manière licite et déclarés à l'administration fiscale fédérale ». Pour cette raison, il semble évident que les espèces détournées des employés, entre autres fantômes, du cabinet de Flavio Bolsonaro ont servi aux dépenses personnelles du fils aîné de Jair Bolsonaro et de son foyer.

Via les déclarations d'impôts sur le revenu, le ministère public de Rio de Janeiro (MP-RJ) a vérifié dans un document remis au service fédéral des impôts que Flávio et la femme avaient enregistré deux employées domestiques et déclaré une cotisation patronale de 4.800 reais (1.200 US$) pour leurs deux employés. Dans sa plainte, le ministère public souligne que « les comptes du couple n'ayant enregistré aucun virement bancaire ou chèque émis au nom de ces employées de maison, il a été possible de conclure que les travailleuses recevaient leur salaire mensuel en espèces ». À partir des montants collectés auprès des autorités fiscales, le MP-RJ a déduit que les employées ont touché 40.000 R$ (10.000 US$) en 2014.

Après le contrôle bancaire, par les autorités, du compte bancaire de Fernanda Bolsonaro, il a été vérifié qu'aucun retrait n'avait été effectué, ni en 2014 ni les trois années précédentes.
Les retraits bancaires de Flávio Bolsonaro, en 2014, n'ont été que de 17.300 R$ (4.400 US$), montant insuffisant pour payer les employées.

La mairie de la ville de Rio de Janeiro a également fourni des informations aux enquêteurs, ce qui a permis au MP de l'Etat de vérifier que le couple avait payé 80.695 R$ (21.000 US$) d'impôts en espèces pour des transmissions de biens.

En 2010, Flávio Bolsonaro a payé en espèces 33.969,20 R$ (8.500 US) au titre d'un impôt local (ITBI) pour les douze (12) bureaux qu'il avait acquis dans le centre commercial huppé Barra Prime Offices, dans le quartier de Barra da Tijuca à Rio de Janeiro. En 2012, le paiement de la même taxe locale pour l'appartement dans le quartier de Laranjeiras, de 39.020 R$ (9.800 US$), a également été payé en espèces. En 2012, un montant de 7.706,33 R$ (1.950 US$) a été payé en cash pour deux appartements dans le quartier de  Copacabana.

Au-delà de ces sommes, en 2017, Flávio Bolsonaro a payé 36.000 R$ (9.000 US$) d'impôts supplémentaires pour la transmission d'un autre appartement et d'un bureau commercial dans le centre commercial huppé Via Parque, dans le quartier de Barra da Tijuca. Cependant, il a reçu sur son compte bancaire 30.000 R$ (7.700 US$) en dépôts en espèces, fractionnés, dont le créditeur n'a pas été identifié, pour payer ces impôts sus-nommés.

Les procureurs ont analysé, par échantillon, les paiements de l'impôt foncier IPTU pour deux appartements du sénateur Flavio Bolsonaro entre les années 2016 et 2017. L'enquête a révélé que « même en ne considérant que ces deux propriétés et la période limitée de 2016 et 2017 », le couple en a payé au moins 18.845,14 R$ (4.9000 US$) en espèces, " sans laisser de traces dans le système financier national sur l'origine des ressources utilisées ".

Le MP a également identifié des images de l'assistant parlementaire Fabrício Queiroz payant, en espèces, les frais de scolarité des deux filles de Flávio et Fernanda Bolsonaro, le 1er octobre 2018, pour un montant total de 6.900 R$ (1.800 US$). De plus, 193 autres factures ont également été payées en espèces pour un total de 247.500 R$ (63.000 US$) entre 2015 et 2018.

Des billets d'avion, aller-retour, pour la ville de Natal (Rio Grande do Norte) entre le 18 janvier 2011 et le 24 janvier 2011, d'un montant de 2.164,08 R$ (655 US$), ont également été payés en cash.

Le nouvel avocat, depuis juin 2020, de Flavio Bolsonaro, Me Rodrigo Roca, ainsi que Me Luciana Pires et Me Juliana Bierrenbach (Bierrenbach & Pires Advogados) ont informé par note « qu'en raison du secret judiciaire, la défense est empêchée de commenter les détails, mais garantit que la plainte contre Flávio Bolsonaro est insoutenable. »



-----------
Note : Les sommes en reais brésiliens ont été données en dollars US avec un taux de change de 4 reais pour 1 dollar.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.