Brésil : amples et basses manoeuvres de la direction nationale du PT (1/20)

Depuis la sortie de prison de l'ex-PR Lula da Silva le 8/11/19, la mécanique politique des cadres du parti PT est nouvellement huilée. Pour une stratégie politique globale connue d'un seul petit cercle "lulista", à treize mois du premier tour de l'élection présidentielle 2022. Les manigances politiciennes de hauts dirigeants du PT sont en cours pour faire élire Lula "à n'importe quel prix".

Transportons-nous au Nordeste. Plus précisément dans l'Etat du Paraíba, et ses 4,2 millions d'habitants, dont la capitale est João Pessoa. Ricardo Teixeira, né en 1960, a été, là, par deux fois consécutives, élu, de 2011 à 2018, comme gouverneur de cet Etat. Sous l'étiquette du parti PSB.
Précédemment, il a été fi
lié au PT, depuis 1982, et a été élu conseiller municipal de la capitale, par deux fois, en 1992, puis réélu en 1996. En 1998, il a été élu député de l'Etat, également réélu en 2002, toujours sous l'étiquette du PT.

En 2003, il a été expulsé du PT pour un conflit interne partidaire, grave, et des suspicions de falsification de procès-verbal lors d'élections. Coutinho, en ces années-là, a trainé en justice plusieurs journalistes et traité un blogueur de " bâtard ".

Selon un chercheur de l'université fédérale du Paraíba, qui a préféré garder l'anonymat en août 2021, à l'époque des ses mandats, Ricardo " terrorisait les journalistes ", dont Thiago Moraes, en 2016.

Par ailleurs, Ricardo Coutinho a été en procès pour des agressions diverses envers son ex-femme, Pâmela Bório.

Son expulsion du parti a été décidée après des conflits internes violents avec le député local Luiz Couto, Azenvoar Arruda ex-député fédéral du PT (1999/31-1-2003) et filié au parti de 1986 à 2008*, et le militant historique du PT Júlio Rafael**, suite à la dénonciation de falsification de procès-verbal.

Selon un des journalistes les plus informés de la région, qui préfère rester anonyme, " Ricardo Coutinho a pâti d'un processus d'expulsion du PT pour infidélité au parti. [Aux élections municipales de 2000 dans la capitale,] il a voté pour le candidat du PSTU [le trotskyste Alexandre Arruda] au lieu de voter pour Luiz Couto, du PT. Le processus d'expulsion a été fait par la direction municipale du parti PT et a été contresignée par la direction régionale du PT, mais pas par la direction nationale, qui a choisi de suspendre seulement ses droits partidaires (...) En 2003, il y a également eu des dénonciations de falsification de procès-verbal, faite par Ricardo Coutinho "

En 2009, une députée locale, Nadja Palitot, a accusé Ricardo Coutinho de fraudes dans la structure du PSB. Coutinho a été président du PSB du Paraíba de septembre 2019 à janvier 2020.

Coutinho a été écroué, par la police fédérale (PF), le 17/12/2019 alors qu'il désembarquait sur l'aéroport de Natal, capitale de l'Etat voisin du Rio Grande do Norte. Il était suspect dans une affaire, l'opération judiciaire et policière "Calvário", un détournement de 134 millions R$ (21 millions €) du secteur de la santé de l'Etat du Paraíba, pour irriguer des campagnes électorales en 2010, 2014 et 2018. Il a été libéré le samedi 21/12 au soir, après avoir obtenu un habeas corpus d'un ministre de la Cour suprême (STF). 

En mai 2020, Ricardo Coutinho a été condamné à payer les honoraires de l'avocate d'un journaliste auquel l'ex-gouverneur avait fait un procès en 2015.

Coutinho a choisi en 2003 de se filier au parti PSB, où il est semble toujours être, comme sur un fil, en ces premiers jours d'août 2021 (voir ci-dessous). En 2004, il est élu maire de la capitale au premier tour. Puis en 2008, également réélu comme premier édile de João Pessoa. Pourtant, dans la foulée, il a renoncé à son poste pour se candidater au poste de gouverneur de l'Etat et a été élu puis réélu en 2014.

Le 22 juin 2021, quand le diplômé en pharmacie Ricardo Coutinho, sans mandat politique depuis le 1er janvier 2019, et qui n'est plus depuis le 23 août 2021 président de la Fundação João Mangabeira, maintenue par le PSB national, avec un salaire mensuel afférent de 33.000 R$ (5.500 €), était à Brasilia pour suivre les filiations au parti PSB (centre) du gouverneur du Maranhão Flávio Dino et du député fédéral carioca Marcelo Freixo, qui venaient de quitter le PC do B (parti communiste, ex-maoïste) et le PSOL (gauche de la gauche), le natif du Paraíba se serait réuni en secret avec la présidente nationale du PT, la députée fédérale Gleisi Hoffmann et le député fédéral Paulo Teixeira - tous deux du premier cercle de l'ex-PR Lula - en vue de réintégrer le parti PT. 

Localement, au Paraíba, de nombreux militants du PT se sont montrés en désaccord avec ce retour au " bercail " politique. 
Le 31 juillet 2021, le courant de la gauche du PT local a voté contre la nouvelle filiation de Coutinho au parti.
Plusieurs leaders syndicaux ont indiqué leur refus de ce " retour " de Coutinho, tout comme le député fédéral Frei Anastácio et le maire de la ville de Picuí (20.000 h.), Olivânio Dantas Remígio qui a déclaré, le 27/7, "ne pas lui souhaiter la bienvenue". 

Un manifeste de soutien ("Manifesto dos 113") à la filiation de Coutinho au PT du Paraíba a été signé et publié le 2 août 2021, entre autres par les députés de l'Etat Cida Ramos, Estela Bezerra et Jeová Campos, d'un total de 113 membres du PT, emmenés par Jackson Macedo, dirigeant de ce parti au niveau de l'Etat du Paraíba.

Depuis le 1er janvier 2019, le nouveau gouverneur de l'Etat est João Azevêdo du parti Cidadania (droite), qui a voté plus de 80% des lois proposées par la majorité parlementaire du gouvernement post-fasciste de Jair Bolsonaro à l'Assemblée nationale, et a, bizarrement, une seule fois, soutenu une motion de destitution de Jair Bolsonaro, en 2021. Au premier tour, le 7/10/2018, João Azevêdo Lins Filho a été élu avec 58,18% des votes validés.

Le 31 janvier 2020, João Azevêdo avait annoncé sa filiation au parti Cidadania, tandis que vingt-deux maires du Paraíba avaient annoncé leur sortie du parti PSB, suite au départ de João Azevêdo, en décembre 2019, de ce parti.

Le candidat de la gauche radicale, du PSOL, dans la capitale de l'Etat, João Pessoa, lors de l'élection municipale de novembre 2020, a recueilli 2.403 bulletins, soit 0,66% des votes validés.

Pour s'assurer un tapis de votes en 2022 dans l'Etat du Paraíba, liés à la personnalisation ancienne et extrême qu'il partageait avec Ricardo Coutinho, l'ex-PR Lula prépare donc son alliance avec son ami politique de trente ans, le probable falsificateur, ex-traître partidaire, l'ex-détenu et assez irascible politicien Ricardo Coutinho. 


---------------

(*) Il est secrétaire général du PSOL au Paraíba depuis 2008 jusqu'à ce jour.
(**) Júlio Rafael Jardelino da Costa est mort le 5/6/2013 à l'âge de 58 ans.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.