Lula: «Le PT ne s'unira pas à un front de gauche au 1erTour des présidentielles 2022»

Dix-huit mois avant l'élection de 2022, Lula envoie publiquement une fin de non-recevoir à la participation du PT à un éventuel front de gauche au 1er tour, face aux droites et au déjà candidat Bolsonaro. L'ex-PR nie toujours toute corruption passée du PT, refuse l'autocritique et de convenir que la perception de ce déni affectera lourdement tout éventuel candidat du PT au 2e tour.

Après plusieurs semaines de silence médiatique, le 18 février 2021, l'ex-président de la République, revenu de Cuba le 20 janvier 2021, a répondu à un long entretien, en visioconférence, sur la plateforme UOL. Extraits de ses réponses aux questions du journaliste Kennedy Alencar.
 

« Objectivement, je crois que [le PT] doit avoir un candidat au premier tour. Comment voudriez-vous choisir le candidat d'un front de gauche (" frente de esquerda "), quel serait le critère ? » (à partir de 20' dans la vidéo ci-dessous)

« Je ne crois pas qu'il y ait le temps suffisant pour faire mener un débat sur l'impeachment [de Bolsonaro] et le président de l'assemblée nationale ne le mettra pas au vote. »

« Bien que [Bolsonaro] soit un désastre du point de vue social, économique et politique, effectivement du point de vue électoral il garde une parcelle de base politique plus à droite, plus enragée. Je crois qu'il a une chance dans une dispute pour la réélection dans un second tour. »

« Cette mauvaise plaisanterie que Bolsonaro est en train de faire avec le coronavirus est une stupidité, le geste d'un homme insane, qui n'a pas de sentiments, n'a pas de respect pour la science, envers la médecine et les 250.000 personnes qui sont déjà mortes et seul Dieu sait combien d'autres vont mourir car tout devient chaque jour pire. »

« Bolsonaro est l'embryon, le foetus de l'anti-politique, de la haine à la politique »

https://www.youtube.com/watch?v=4EqjqFi-WMU

Lula, le 18 février 2021, répond aux questions du journaliste Kennedy Alencar. © UOL

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.