Brésil : Bolsonaro reprend ses menaces et insultes envers la presse

Lors d'un déplacement le 23/8, le président de la République a dit son envie, par deux fois, de " casser la gueule " à un reporter qui le questionnait sur des sommes reçues par sa femme Michelle, puis le 24/8, Bolsonaro a désigné la presse qui suivait son discours comme des " planqués " qui, dans l'éventualité d'être touchés par le coronavirus, auraient bien moins de chance de survie que lui.

" Envie de bourrer de coups ta gueule ". C'était le dimanche 23 août la seule réponse de Jair Bolsonaro, répétée deux fois* successivement, à une reporter du quotidien Globo qui demandait au président quelle était sa réaction à la révélation récente d'un total de 89.000 R$ (17.800 US$) crédités sur le compte bancaire de son épouse Michelle Bolsonaro entre 2011 et 2016.
Somme encore supérieure à celle initialement révélée, le 7 août, par le pure player d'extrême droite Revista Crusoé, de 21 chèques virés à la même époque, par l'ex-assistant de Flavio Bolsonaro, Fabricio Queiroz et sa compagne Márcia Oliveira de Aguiar**, également ex-assistante du fils aîné Bolsonaro, pour un total de 72.000 reais (14.400 US$).

Le jour suivant, lors d'un surréel acte promotionnel de la chloroquine intitulé " Le Brésil est en train de vaincre le covid ", sans la présence du général-ministre intérimaire de la santé Eduardo Pazuello, dans son palais à Brasilia, Jair Bolsonaro a attaqué la presse pour l'avoir " raillé " en mars 2020 quand il disait qu'en cas d'infection par le coronavirus, son "passé d'athlète" lui ferait ressentir la maladie comme " une petite grippe ". En lançant au pool de journalistes présents : " lorsque le virus touche un de vos planqués (" bundão "), la chance de survivre est bien moindre. "

 

(*) Selon le témoignage de la photojournaliste Gabriela Biló.
(**) Fabricio Queiroz est écroué depuis le 18/6. Depuis le 10/7, lui et sa compagne sont en prison domiciliaire, à Rio de Janeiro.


Le dimanche 23 août 2020 :

Dimanche 23 août 2020, Brasilia. © Globo

 

Le lundi 24 août 2020 (à partir de 1 minute et 42 secondes) :

Lundi 24 août 2020, Brasilia. © UOL





 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.