Brésil: 41 tués, tribut au travail illégal et aux moquées contraventions routières

Ce 25 novembre, l'autocar impliqué dans un effroyable accident routier ayant entraîné la mort de 41 personnes, à Taguaí dans la province de l'Etat de São Paulo, n'avait pas l'autorisation pour transporter des passagers, avait accumulé des infractions routières et été soumis à l'amende, en flagrant délit, plusieurs fois récemment, et continuait de circuler illégalement depuis le 11 octobre 2019.

Selon l'Agence des transports de l'État de São Paulo (Artzsp), la société Star Fretamento e Locação Eireli EPP

L'autobus de la société Star Fretamento e Locação Eireli EPP, à Taguaí (SP) le 25/11/20. © DR L'autobus de la société Star Fretamento e Locação Eireli EPP, à Taguaí (SP) le 25/11/20. © DR
, responsable de l'autocar impliqué dans l'accident, qui a tué majoritairement des employés d'une usine de textile, présents dans ce véhicule de transport collectif, n'avait pas d'immatriculation et opérait illégalement depuis le 11 octobre 2019.

Selon l'Artesp, le 3 mars 2020, l'autocar avait reçu une amende pour transporter illégalement des passages sur la route Raposo Tavares, également près de la ville d'Avaré. L'autocar transportait trente étudiants, montés à Fartura (SP), avec comme destination une faculté à Avaré. Les passagers, pris en flagrant délit, avaient dû quitter le véhicule, au niveau du kilomètre 296, à Avaré.

Toujours selon l'agence de transport, le même 3 mars l'entreprise Star Fretamento e Locação Eireli EPP avait du payer une autre amende, car l'autocar avait nouvellement été pris en flagrant délit de transport illégal, avec quarante-trois étudiants à bord cette fois, sur le même trajet, venant de Fartura.

Le 5 mars, au kilomètre 372, près d'Ourinhos (SP), ce sont quinze passagers dans deux véhicules de la même entreprise Star Fretamento Locação Eireli EPP qui avaient dû descendre et emprunter un autre véhicule. La société avait alors été également mise à l'amende en flagrant délit.



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.