pitt calaves
Abonné·e de Mediapart

23 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 août 2014

pitt calaves
Abonné·e de Mediapart

Comparer les massacres : une guerre sur la guerre qui oublie l'essentiel

pitt calaves
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À lire la plupart des fils des commentaires sur Gaza, il semblerait qu'une guerre sur la guerre mobilise les passions. Doit-on ou non comparer les massacres des civils palestiniens, sciemment perpétrés par les militaires israéliens, à d'autres génocides reconnus par l'Histoire ?

Je me décide à faire de cette question un billet après avoir lu l'excellente et récente contribution parue dans les Invités de Médiapart : La Palestine comme métaphorePour être bref (et un peu fainéant), je me contenterai de reproduire ci-dessous un commentaire (un peu remanié) que j'ai laissé à l'occasion de ce billet. Il s'agit pour moi tout à la fois de focaliser l'attention sur la stérilité des comparaisons, mais aussi et surtout sur une cause majeure du consentement de fait de la société civile à ce massacre qu'elles contribuent à masquer. Je pense que le commentaire que j'ai laissé sera suffisant pour s'en faire une idée claire. On le comprendra sans doute mieux, néanmoins, si l'on se reporte à ce texte La Palestine comme métaphore.

*   *   *

Y aller de son propre couplet, ou de ses propres marottes (ici, dans ce fil, sur des comparaisons sans fin entre ce qui se passe à Gaza et d'autres massacres) au lieu de commenter le texte lui-même, est courant. Mais cela démobilise le débat sur la portée et l'intention soutenues par la contribution, et qui devrait être le véritable sens des commentaires.

Pour ma part je dis mille fois bravo à ce texte, car il pointe quelque chose d'essentiel (même s'il n'est pas le seul) : nous sommes entrés dans un discours de politiques managériales, où les hommes politiques gèrent la démocratie comme on gère une entreprise.

La question pragmatique que pose cette contribution est de savoir comment ne pas "abandonner des pans essentiels du débat démocratique à une vision exclusivement économique, géostratégique et euro-centrée". Là est la question essentielle qui se pose à nous au regard des positions adoptées par Hollande-Valls. Et elle relève de l'urgence ! Quel discours opposons-nous à cette "vision" qui fait consensus, sans même toujours savoir que l'acte même d'y consentir se rapporte à cette "vision" du monde et des rapports collectifs ?

Car il faut le répéter : c'est ce discours "managérial", aujourd'hui dominant et institué, qui est au fondement du consentement généralisé au massacre des palestiniens. Il a investi la politique internationale comme l'ordre intérieur. C'est lui qui est au fondement d'une nouvelle barbarie totalitaire qui considère l'individu comme trois fois rien au regard de la nécessité économique, administrative, technocratique et stratégique : "Economics is the method ; the object is to change the heart and soul", déclarait déjà Thatcher au Sunday Times en 1979.

Ce programme thatchérien est en train de se dérouler sous nos yeux. Et ce ne sont pas les interminables gloses "d'appareils" historico-géo-stratégiques qui s'y opposeront. Au mieux ils ne sont que (mauvaise) littérature, au pire ils l'alimentent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame