MÉDIATISATION DE LA GRÈVE À LA SNCF

http://www.acrimed.org

Le parti pris médiatique contre les grèves actuelles de la SNCF en confime l'urgence : tant que notre sentiment de rage indignée face aux dérives insoutenables du système capitaliste ne fera pas place à une attaque "à la source" des distorsions de vérité entretenues par le système néolibéral (c'est-à-dire les grands médias), notre énergie militante risque de se consumer par effet Joule.

À ce propos, il me semble utile de reproduire ci-dessous deux articles parus sur le site d'Acrimed.


Médiatisation à la Grève de la SNCF

(2 articles consultables sur le site d’Acrimed :

http://www.acrimed.org)

 

DEMANDE D'UN DÉBAT TÉLÉVISÉ SUR L'AVENIR DE LA SNCF

(Fédérations CGT et Sud-Rail)

 le 15 juin 2014

 

 Avis de recherche. Nous avons bien regardé et écouté les grands médias audiovisuels. Nous avons bien trouvé les innombrables reportages sur les usagers gênés, désemparés ou excédés. En revanche, nous avons cherché en vain dans ces mêmes grands médias (mais peut-être une émission nous a-t-elle échappé) des explications fréquentes, claires et détaillées, présentées à des heures de grande écoute, du contenu de la réforme et des motifs des grévistes. C’est pourquoi nous publions ci-dessous un communiqué des fédérations CGT et Sud-Rail, daté du vendredi 13 juin. Un débat sur la réforme ferroviaire ? Chiche ! (Acrimed)

 

 

Demande d’un débat télévisé sur la l’avenir de la SNCF

 Mesdames, Messieurs,

Une réforme du système ferroviaire, ou plutôt de la SNCF est en cours. Le débat parlementaire sur le projet de loi est prévu à partir du 17 juin 2014.

Les cheminots sont fortement mobilisés, à l’appel des Fédérations CGT et SUD-Rail depuis 3 jours pour exiger une autre réforme.

Nos Fédérations ont des propositions claires pour une autre réforme du système ferroviaire présentées sur une plateforme revendicative unitaire CGT-UNSA-SUD-Rail.

La question de l’avenir de la SNCF du service public ferroviaire est posée.

Au regard de l’intérêt grandissant des français sur le sujet du ferroviaire, les fédérations CGT et SUD-Rail demandent la tenue d’un débat télévisé entre nos organisations et le Secrétaire d’Etat aux Transports, M. Cuviller

Nous jugeons utile d’éclairer les français sur ce qui se joue autour de ce projet de loi et notamment quant à l’avenir de la SNCF entreprise publique de service public et de la réponse aux besoins de transport tant de voyageurs que de marchandises sur l’ensemble du territoire.

Nous demandons à un ou plusieurs médias télévisuels de permettre la tenue de ce débat contradictoire qui doit permettre aux usagers de la SNCF, à la population de mesurer l’objectif réel d’une telle loi.

Nous renouvelons notre disponibilité pour engager des discussions sérieuses sur la réforme du ferroviaire.

 

Paris, le 13 juin 2014

 

______________________________________

JEAN-PIERRE ELAKABBACH AU SOMMET DE SON ANTI-SYNDICALISME PRIMAIRE

 le 14 juin 2014

 

Vendredi 13 juin, à 8h20, Jean-Pierre Elkabbach recevait sur Europe 1 Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière. Chacune ou presque des questions ou des interjections du baron de l’empire Lagardère mériterait de figurer dans un bréviaire de l’anti-syndicalisme primaire (et benêt) !

La transcription complète de l’interview, aimablement fournie par un correspondant, figure en annexe, mais vous trouverez ci-dessous, sans commentaires, l’enchaînement saisissant des poncifs, stéréotypes, idées reçues et mensonges purs et simples que l’éditocrate assène. Tout y passe : la prise en otage des usagers, le chantage au bon déroulement du baccalauréat, les injonctions à désavouer les grévistes mobilisés, voire à appeler à la fin de la grève, les accusations d’archaïsme et d’irresponsabilité, de refus de « la réforme », etc.

- « Bonjour Jean-Claude Mailly. La grève des trains est plus dure encore ce matin. Il y a moins de cheminots CGT et SUD-Rails, qui désorganisent pourtant le trafic. Est-ce que vous trouvez qu’ils gênent les usagers ? » 


- « Oui mais pourquoi instrumentaliser les salariés et les voyageurs ? » 
- « Donc, la défense du statu quo, qui garantit davantage un emploi à vie. Est-ce que ce n’est pas le syndicalisme vieillot de grand-papa ?  » 
- « Mais qu’est-ce que vous dites aux usagers ? »

- « Le gouvernement veut bien qu’il y ait des ajustements, mais il veut faire une réforme qu’il juge - Michel Sapin et Thierry Mandon le disent - indispensable. Vous demandez au gouvernement de renoncer à la réforme ou de la reporter, ce qui revient au même ? » 


- « Oui, mais vous savez comme moi que chaque report ou retard aggrave l’endettement. Et c’est finalement le contribuable qui casque. »

- « Oui, mais pas de procès d’intention. Est-ce que vous suggérez à la CGT et à SUD-Rails d’arrêter ou de suspendre la grève ? » 


- « Non, mais d’accord, mais vous êtes un chef syndical. 700 000 jeunes vont passer le Bac, lundi. » 
- «  Que dites-vous à chacun d’eux ?  » 
- «  Mais que dites-vous à vos amis ?  »

- « La CGT est en pointe chez les intermittents. Le gouvernement Valls a jusqu’au 30 juin pour signer l’agrément de l’accord interprofessionnel. Vous l’avez signé à FO, c’est une première...  »


- «  Généralement, vous ne signez pas les accords.  » 


 - « Vous dites, comme Didier Migaud, il y a des fraudes et des abus. »

 - « Dans plus de la moitié des prisons, le personnel Force Ouvrière est en grève. Dans des prisons surpeuplées, énervés par la canicule, l’insécurité est en train d’augmenter jour après jour. C’est pas un peu irresponsable de la part de FO ?  » 


 - «  Il manque du personnel, il faut plus d’effectif... La chanson, on la connaît !  » 
- «  Pourquoi Force ouvrière dit toujours non à tout ?  »

 - « Le foot, vous vous y intéressez ? »

 On imagine que Jean-Claude Mailly a du particulièrement apprécier cette dernière question, la seule à peu près neutre de tout l’entretien…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.