Film à voir : "La loi du marché", de Stéphane Brizé

Qu’il soit chômeur contraint de se plier aux stages inutiles de Pôle-emploi, précaire obligé de vendre son mobil-home, puis finalement amené à devenir « petit caporal de centre commercial »[1], Thierry (Vincent Lindon) est constamment happé par une seule et même logique : la loi du marché. Mais jusqu’où pourra-t-elle lui faire renier tout sens moral ?

À la limite du documentaire, ce film démonte les rouages de l’humiliation sociale induite par « le marché ». Car à l’opposé de sa « main invisible » comme promesse de société harmonieuse et équilibrée, c’est plutôt sa « loi invisible » qui s’obstine à faire des ravages : s’immisçant désormais dans tous les compartiments du monde du travail et de la vie, mais ne pouvant être dite ou invoquée en situation de domination, elle est à la source de la honte sociale et de la violence rentrée… Film à voir donc, absolument, car le cinéma, comme tout recul sur le réel, peut nous aider à trouver les mots qui manquent encore face au cynisme du capitalisme contemporain.

 


[1] Pour reprendre ce que disait déjà Souchon en 1978, dans Le Bagad de Lann Bihoué.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.