mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart mer. 31 août 2016 31/8/2016 Édition du matin

France Inter, France Culture : Jean-Luc Mélenchon inocule la rage à l’E.C.S.S.P.

France Inter, France Culture : Jean-Luc Mélenchon inocule la rage à l’E.C.S.S.P.

Hervé Le Gall

Sur la base d’interventions radiophoniques de Jean-Luc Mélenchon, les réactions enragées d’Hubert Huertas, et de Thomas Legrand (l’E.C.S.S.P. [1])

Avant-Propos

Pitoyable : Méprisable, mauvais dans son genre (Littré).

« Si elle en fait la demande, compte tenu des circonstances, et qu’elle veut poursuivre sa scolarité en France, un accueil lui sera réservé, et à elle seule ».
(François Hollande, Président de la République Française, allocution télévisée du samedi 19 octobre 2013.)

Une analyse dépassionnée

Par Hubert Legrand et Thomas Huertas : La Fin du Monde en invectives, par la Grosse Bertha Jean-Luc Mélenchon ; ou le vibrato de la grande gueule haineuse et méprisante ; ou les superlatifs sanglants du tribun violent ; ou la sévérité outrancière du ressentiment impudique chez le socialiste défroqué.

« Je demande que l’on ait un peu de compréhension, en pensant aux enfants » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013) :

  • « Intellectuel brillant, et plus capable de nuance que bon nombre de politiques, il se présente comme un sanguin, il invective ». (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « Mélenchon pense que face à Marine Le Pen, il faut l’ouvrir, il faut parler peuple, gueuler peuple ».(Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Je vais soulever un troisième argument, c’est celui du cœur. Voyez-vous, notre devise nationale dit "Liberté, Égalité, Fraternité". Comment appliquez-vous la Fraternité ? C’est cette capacité d’avoir pour objet, pour méthode de discernement, d’être capable de repérer qu’une jeune fille de quinze ans, qui essaie de suivre une scolarité, visiblement dans un milieu qui n’y est pas si favorable que cela, et qui le fait à sa façon, mérite d’être instruite ». (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013) :

  • « … la montée en décibels de Jean-Luc Mélenchon… » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « … celle du parti de Gauche est basée sur l’activisme éructant de son chef … » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Ce qui me choque d’abord, c’est l’être humain » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013) :

  • « Le tribun use du vibrato quand il est à la tribune, et du superlatif quand il est dans les studios » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « … les communistes ne sont pas toujours très à l’aise avec le ton « Grosse Bertha » de l’ancien candidat à la présidentielle. » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Je pense qu’une erreur a été commise, il faut donc la réparer » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.) :

  • « … voue à François Hollande un mélange de haine et de mépris … » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « … tels les curés défroqués qui deviennent les pires des anticléricaux, Jean-Luc Mélenchon est absolument sans concession pour ses anciens camarades socialistes » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« La France n’est plus celle dont on disait, sous l’Ancien Régime : "Qui touche la Terre de France, est libre" » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « Mais tant pis, il avance au bazooka. » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « Jean-Luc Mélenchon en fait des tonnes sur le terrain stylistique du F.N. » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Installez un protectionnisme solidaire, de manière à ce que les peuples aient une chance eux-mêmes de pouvoir se développer sans être submergés par nos produits, alors ils cesseront d’émigrer » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « … le mot qui saigne, qui sera repris partout, parce qu’il est définitif, violent… »(Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « … les vannes du ressentiment et de la haine semblent ouvertes sans pudeur… » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Aujourd’hui, vous avez sept personnes qui sont en grève de la faim depuis trente-deux jours à P.S.A. À part Monsieur Bourdin, qui a été les voir ? Personne. Hier, sur la Place de la République, le D.A.L. a manifesté avec des familles, ça a été une heure de tabassage, Jean-Baptiste Eyraud a deux côtes cassées… Où dans la presse ? Nulle part. » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « Ce Samedi, les passions de l’affaire Leonarda ont d’ailleurs caché un autre événement : le divorce officiel entre le Parti de Gauche et le Parti Communiste à Paris » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « Après la décision des communistes parisiens de s’allier avec Anne Hidalgo pour les municipales, l’existence même du Front de Gauche est en cause » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« Je suis déçu, mais voilà, je ne vais pas passer ma vie là-dessus » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « Avec le Parti Communiste, Mélenchon enflamme la négociation à coups de superlatifs de fin du monde » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013)
  • « … la sévérité et l’outrance de cette réaction est sans doute à mettre sur le compte d’une vie politique où l’on ne retient plus ses mots. » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« La bonne nouvelle, c’est que dans une douzaine - quinzaine de villes, il y aura en plus Europe Écologie Les Verts, c’est à dire que ma stratégie politique, celle que j’ai défendue, l’élargissement du Front de Gauche à tous ceux qui veulent s’opposer à l’austérité, est en train de fonctionner, c’est pourquoi j’en ai si gros sur la patate que cette magnifique démonstration politique soit gâchée par la situation parisienne » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « Sauf que la situation ne sera pas uniquement parisienne. Partout où la survie du P.C. municipal passera par des ententes avec le P.S., les listes du Front de Gauche ne seront pas constituées. » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013)
  • « La première – celle du P.C. – plus classique, respecte les canons des relations entre partenaires, respecte les procédures et disciplines traditionnelles, respecte les codes du discours, les dosages des positions, et sait ménager des zones de négociation. La seconde – celle du Parti de Gauche – est basée sur l’activisme éructant de son chef, sur une opposition agressive, qui se défie des règles internes à la Gauche. » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

« C’est la chose la plus importante que je ferai dans ma vie, c’est écrire un roman d’amour, parce que c’est une énigme tellement grande que de voir un être se transformer sous l’effet d’un sentiment qui est entièrement voué à un autre, que ça me passionne » (Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

  • « Le risque, pour Jean-Luc Mélenchon, c’est qu’après avoir incarné une grande voix de 2012, il soit réduit au rôle de grande gueule de 2013 » (Hubert Huertas, France Culture, Lundi 21 Octobre 2013).
  • « … Jean-Luc Mélenchon …/… adopte le ton de l’acrimonie permanente » (Thomas Legrand, France Inter, Lundi 21 Octobre 2013).

Conclusion

« La capacité d’indignation, l’insurrection permanente, je la recommande comme une méthode philosophique de construction de soi. Après, évidemment, il y a des inconvénients à ça, le risque de mordre le trait, de paraître excessif, mais je me dis une chose, que j’ai tirée de la parole d’un résistant : "On peut faire plein d’erreurs dans la vie, mais on ne se trompe jamais quand on choisit le camp des pauvres" »
(Jean-Luc Mélenchon, France Inter, « Tous Politiques », Dimanche 20 0ctobre 2013.)

Hervé Le Gall

[1] Équipe Cynophile de Sécurité du Service Public

 

* http://echoes.over-blog.com/2013/10/france-inter-france-culture-jean-l...

URL de cet article 23050
http://www.legrandsoir.info/france-inter-france-culture-jean-luc-melenchon-inocule-la-rage-a-l-e-c-s-s-p.html

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

- Oh putain, le camarade Mélenchon a causé dedans le poste!

- Merde, c'est la révolution!

- Non, camarade, ce sont les élections.

-  Quand?

- Un jour, camarade. Quand le moment sera venu, et là, on leur fera rendre gorge.

- Réveille-moi, camarade, j'ai hâte d'y être.

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) valable jusqu'au 4 septembre et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 92 abonnés

Le blog de Pizzicalaluna

À propos du blog
« Celui qui ne bouge pas, ne sent pas ses chaînes » Rosa Luxemburg

mots-clés