plank
Entrepreneur en réflexion
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 mai 2014

plank
Entrepreneur en réflexion
Abonné·e de Mediapart

J’ai choisi d’être français

plank
Entrepreneur en réflexion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai eu 21 ans le 6 mars 1971. J’étais devenu… majeur (la majorité était alors à 21 ans et non à 18).

C’est ce jour qu’il m’a fallu faire le choix de ma nationalité. Allemande, nationalité de mon père ou française, nationalité de ma mère.

Faire un choix entre ma patrie ou ma matrie.

C’est la France que j’ai choisie. Sans hésitation.  Aucune.

Pourquoi la France ?

J’admire la France des Droits de l’Homme, de la Révolution, de la culture, du savoir-vivre. J’admire le courage des hommes et de femmes qui, après s’être battus contre l’Allemagne nazie, se sont battus pour un rapprochement franco-allemand. J’admire le courage d’une Irène Laure, résistante  torturée par les Allemands, s’excuser  auprès des Allemands de s’être réjouie  lorsqu’elle avait vu passer au dessus de sa tête les bombardiers alliés en route vers Hambourg. J’ai pleuré  de bonheur sur le « Es lebe die deutsch-französische Freundschaft! » du Général de Gaulle à Bonn... J’ai de nouveau pleuré de bonheur à la main tendu du Président Mitterrand au Chancelier Kohl

Pourquoi pas l’Allemagne ?

Je n’ai pas vu les Allemands faires le mea-culpa sur leur triste passé. La hiérarchisation du peuple allemand ne me convient guère. Je trouvais l’Allemagne de l’époque grise, sans joie, sans bonheur, sans idées. Il n’empêche…  J’admire aussi Hegel, Hölderlin et Schelling liés par l’enthousiasme de la Révolution française. J’admire mon grand-père, ex- directeur d’une aciérie en Sarre et anti nazi notoire qui interdisait l’accès de la maison familiale à son fils unique, mon père, lorsqu’il portait l’uniforme d’officier allemand.

Certes. Je dois beaucoup à l’Allemagne et à ma famille. Je ne renie rien.

Mais c’est la France que j’ai choisie il y a 43 ans. Nous nous sommes aimés d’un Amour inconditionnel.  J’ai voulu tous connaitre d’elle : son Histoire, sa culture, son art, son architecture, ses paysages, sa nourriture, ses joies, son intelligence...

Dépassé par cet Amour, je me suis parfois surpris à être chauvin, à défendre des positions françaises indéfendables.

J’ai fermé les yeux sur ces petites escapades. Rien n’y faisait. La France était belle et je l’aimais.

Je l’aimais…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant