Cahuzac : inertie et connivence complices

L'enquête de Médiapart sur Jérôme Cahuzac a démontré l'inertie de la médiocrité, la gestion de l'imposture, celle des apparences, qui caractérisent la mentalité qui règne et que dénonçait Eva Joly pendant la campagne présidentielle : " Ce qui est extraordinaire en France, c'est bien plus qu'on peut dire tout ça, que tout cela peut être publié, et que rien ne se passe. " (sur l'affaire Karachi à 8'30 dans la vidéo).

L'enquête de Médiapart sur Jérôme Cahuzac a démontré l'inertie de la médiocrité, la gestion de l'imposture, celle des apparences, qui caractérisent la mentalité qui règne et que dénonçait Eva Joly pendant la campagne présidentielle : " Ce qui est extraordinaire en France, c'est bien plus qu'on peut dire tout ça, que tout cela peut être publié, et que rien ne se passe. " (sur l'affaire Karachi à 8'30 dans la vidéo).

ToutClear1.jpg

Il est d'abord surprenant que celui qui bénéficiait de la solidarité de tous quand il mentait est aujourd'hui conspué(*) par les mêmes parce qu'il libère sa conscience en avouant ses fautes. La classe politique préfère ceux qui mentent à ceux qui disent la vérité. Elle a montré de la même manière qu'elle préfère ceux qui torturent à ce qui dénoncent ou reconnaissent la torture (sanction contre le général de la Bollardière, poursuites contre Aussarès après la publication de son livre). Alors que Médiapart publiait seul cette information, des personnalités disent aujourd'hui avoir su la vérité dès le mois de décembre, comme Alain Bauer, proche du ministre de l'intérieur.

9782021081220.jpg

Pour Myret Zaki, rédactrice en chef adjointe au magazine économique Bilan, "l'affaire Cahuzac est l'arbre qui cache la forêt. Depuis de nombreuses années, c'est l'activité principale de certains banquiers privés d'héberger des comptes offshore".

Salauds de pauvres

"D'autres politiciens français ont des avoirs placés en Suisse", dit-elle, affirmant par ailleurs que "les banques suisses ne sont pas les seules concernées". "Il y a 160 milliards d'euros d'avoirs français en Suisse, dont 60 milliards sont gérés par des filiales de banques françaises." "Le regard doit par ailleurs être dirigé vers Singapour, où de nombreux comptes ont été transférés après 2009 et la décision du Conseil fédéral suisse de ne plus distinguer la fraude et l'évasion fiscale". (voir aussi Le Monde)

La Suisse, un pays qui triche

 

Jérôme Cahuzac n'a pas menti seul.

Il n'aurait pas menti avec un tel aplomb s'il n'avait pas eu le sentiment de pouvoir se reposer sur une solidarité de corps soudée autour des relations confuses qui règnent dans l'exécutif entre la haute fonction publique et le politique. L'article 40 du code de procédure pénale impose à tous les fonctionnaires de dénoncer les infractions. Ne pas le faire les rend complices. La justice ne devrait-elle pas enquêter et poursuivre dans ce sens ? Comment expliquer que la liste des 8000 comptes à l'étranger détenue par Eric Woerth n'ait pas été transmise à l'autorité judiciaire ? Eric Woerth aurait-il menacé des fonctionnaires pour faire obstacle à l'article 40 ? N'y a-t-il pas eu un accord entre Eric Woerth, voir Nicolas Sarkozy,  et Jérôme Cahuzac, comme pourrait le laisser croire la confirmation étonnante de la vente de l'hippodrome de Compiègne par ce dernier ?

51vh5xx9oTL._SL500_AA300_.jpg

Jérôme Cahuzac ouvre aussi le bal des hypocrites, qui connaît un très grand succès, à commencer par ceux de l'UMP. Monsieur Copé, qui a proposé de dépénaliser les déclarations mensongères de patrimoine des élus, crie au scandale quand lui-même apparaît dans des affaires. Il a tenté de faire pression pour sanctionner Martin Hirsch qui a révélé ses faiblesses. C'est l'hôpital qui se moque de la charité. Le milliardaire (UMP) Serge Dassault est visé par une enquête sur l'achat de vote à Corbeil-Essonne. L'UMP a refusé de légiférer sur le conflit d'intérêt après le renvoi de MM. Joyandet et Blanc. Enfin, l'UMP crie au scandale contre Jérôme Cahuzac alors qu'elle a déposé à l'Assemblée nationale une proposition de loi pour absoudre les déserteurs fiscaux.

Salauds de pauvres

La première à danser est Madame Le Pen, dont son parti n'a jamais rien fait de probant malgré ses mandats locaux nationaux et européens. Elle crie maintenant au scandale, auquel un de ses proches a participé, sans jamais avoir dénoncé l'affaire dont elle était informée. Quelle drôle de justicière qui attend qu'il n'y ait plus rien à dire pour se faire entendre. L'a-ton d'ailleurs entendue dénoncer une seule malversation ? Son père siège au conseil régional. Libération a titré sur " Les millions très opaques de Le Pen " et sur " Le Pen, affaire de sous et de famille. Une enquête est ouverte sur le paiement du loyer de sa villa par une société ". Comment peut-elle alors critiquer le PS qui, lui, l'a fait en la personne d'Arnaud Montebourg ? Ce ne sont pourtant pas les élus FN qui manquent dans les Bouches du Rhône. L'échec de la gestion des communes de Vitrolles et de Toulon devrait l'amener à plus de circonspection. Le Front national est le parti de la récupération du scandale et il n'a jamais rien fait pour la justice. Il aboie quand la caravane passe. Jérôme Cahuzac donne l'occasion de le démontrer une fois de plus.

Ho Hey © The Lumineers

Ensuite la presse, qui dans sa grande majorité défendait l'ordre et le doute contre Médiapart, découvre tout d'un coup qu'il y avait effectivement un problème et se met à s'emparer comme un mort de faim de l'affaire qu'elle dédaignait auparavant. Quelle drôle de presse est-ce là ? Une presse apathique ? Médiapart démontre l'importance de l'indépendance rédactionnelle dont s'empare aujourd'hui assez cocassement l'UMP, qui, pour le mêmes raisons, traitait ce journal d' "hitléro-trotskyste" ou de "fasciste".

libert%C3%A9-dexpression.jpg

Eva Joly déplorait  l'inertie d'une presse aux ordres lors de l'émission "Des paroles et des actes" : "Je me sens investie de dire dans ce pays ce qu'on ne dit parce que nous avons le culte du secret, on oublie et on continue ; on a aussi un très fort loyalisme envers le pouvoir en place." (Vidéo 9 minutes 59). La presse le lui a bien rendu. Elle a fait 2% aux élections. Une presse qui fonctionne sur l'inertie entretient ce que dénonçait Baudelaire : " Le Français est un animal de basse-cour si bien domestiqué qu'il n'ose franchir aucune palissade.  "

QUIZ_Indignez-vous-_7776.jpeg

Enfin l'aveu de Jérôme Cahuzac pose des questions.

Comment Jérôme Cahuzac a-t-il été informé de l'avancement de l'enquête judiciaire en Suisse pour le convaincre de passer aux aveux ? Qui protège-t-il en s'offrant ainsi comme seul coupable ? Les déclarations de Maître Veil, son nouvel avocat, affirmant que les infractions seraient prescrites ne donnent-elles pas l'impression qu'il y aurait comme un accord ? En effet, la prescription n'est pas acquise. Si les fonds ont été versés il y a plus de trois ans, Jérôme Cahuzac a continué jusqu'à hier d'éluder l'impôt. Combien d'argent a transité sur ces comptes ? D'où vient cet argent ? N'y avait-il pas conflit d'intérêt évident entre sa fonction de lobbyste et d'élu ou de ministre ? Le transfert de son compte de la Suisse vers Singapour témoigne d'une volonté continue à éluder l'impôt.

Une solution passe par l'accélération de l'adoption de la loi sur le référendum d'initiative populaire.

Espérons que le gouvernement soit plus motivé que pour la ratification du protocole additionnel N°12 de la Convention européenne des droits de l'Homme.

_________________

(*) Quant à l'honneur, qui revient dans la bouche de tout le monde, il serait temps de passer à des considérations plus objectives et moins manipulables. Shakespeare fait dire à Iago dans Othello: "L'honneur est une essence qui ne se voit pas ; beaucoup semblent l'avoir, qui ne l'ont plus.". Les distributions de légion d'honneur témoigne de l'arriérisme de la pensée politique française qui se fonde sur une notion éculée en considération du cynisme de la finance et du mensonge de l'administration. La police parisienne, qui a fait la rafle du Vel d'hiv, porte la fourragère de la légion d'honneur.

Preuve de la stupidité de l'honneur, Jérôme Cahuzac, en avouant, a agi dans ce sens pour se mettre en accord avec sa conscience et c'est maintenant qu'on le conspue. Un repentir tardif n'efface pas l'infraction mais il permet de distinguer les gens finalement sympathiques des faux-culs. Qui aiment se retrouver pour danser ensemble.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.