POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

1010 Billets

8 Éditions

Billet de blog 5 juin 2012

Droit à l’information en procédure pénale

Le Journal officiel de l'Union européenne (Le JOUE) vient de publier la directive n°2012/13/UE du Parlement européen et du Conseil du 22 mai 2012 relative au droit à l’information dans le cadre des procédures pénales. Cette directive va rééquilibrer les droits des justiciables face à la police et au parquet.

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© mylordH
© mylordH

Le Journal officiel de l'Union européenne (Le JOUE) vient de publier la directive n°2012/13/UE du Parlement européen et du Conseil du 22 mai 2012 relative au droit à l’information dans le cadre des procédures pénales. Cette directive va rééquilibrer les droits des justiciables face à la police et au parquet.

Cette directive qui n'est pas transposée peut néanmoins être déjà invoquée au visa de l'article 88-1 de la Constitution qui confère une valeur constitutionnelle au droit de l'Union et au visa de l'article 6 du traité de fonctionnement de l'Union européenne qui intègre au droit de l'Union la Convention européenne des droits de l'Homme et la jurisprudence de la Cour de Strasbourg, notamment celle relative à un procès équitable, droit auquel la directive fait directement référence.

Cette directive crée un droit à l'information des suspects et des personnes poursuivies.

L'information porte tant sur les droits dans le cadre des procédures pénales – ce que le code de procédure pénale prévoit déjà en partie (droit à l'assistance d'un avocat, droit à un interprète, droit à informer un proche, droit à une visite médicale) – mais aussi de connaître précisément l'accusation portée, c'est-à-dire prendre connaissance des éléments à charge et à décharge – ce que prévoit aussi le code de procédure pénale dans son article préliminaire mais que n'appliquent pas la police ni le parquet dans le cadre des enquêtes préliminaires.

Les droits procéduraux prévus par la directive sont de recevoir rapidement des informations sur :

- le droit à l’assistance d’un avocat,

- le droit de bénéficier de conseils juridiques gratuits et les conditions d’obtention de tels conseils,

- le droit d’être informé de l’accusation portée contre soi,

- le droit à l’interprétation et à la traduction

- le droit de garder le silence.

Ces informations doivent être données dans un langage simple et accessible (art. 3).

Les personnes interpellées ou arrêtées doivent obtenir rapidement une déclaration de leurs droits par écrit.

La déclaration doit contenir les informations sur

- le droit d’accès aux pièces du dossier,

- le droit d’informer les autorités consulaires et un tiers,

- le droit d’accès à une assistance médicale d’urgence,

- la durée maximale de privation de liberté avant de comparaître devant une autorité judiciaire (ce point donnera lieu à débat à propos du respect au droit à un procès équitable, notamment en France puisque la Cour de Strasbourg a jugé qu'un procureur de la République n'est pas une autorité judiciare indépendante).

- les possibilités de contester la légalité de l’arrestation,

- les moyens d’obtenir un réexamen de la détention ou de demander une mise en liberté provisoire.

Le droit d’accès aux pièces du dossier (art. 7) vise aussi les documents essentiels pour contester de manière effective la légalité de l’arrestation ou de la détention.

Les suspects et les personnes poursuivies, ou leur avocat, ont accès au minimum à toutes les preuves matérielles à charge ou à décharge, afin de garantir le caractère équitable de la procédure et de préparer leur défense.

L’accès aux pièces est gratuit et accordé en temps utile pour permettre l’exercice effectif des droits de la défense.

La directive prévoit des dérogations mais elles ne peuvent pas entraver le droit à un procès équitable (d'où l'importance de la question sur "l'autorité judiciaire" soulevée supra).

Il y a possibilité de limiter l'accès aux pièces quand :

- l'information emporte un risque grave pour la vie ou les droits fondamentaux d’un tiers.

Reste que la Cour de Strasbourg n'accepte pas que les Etats s'abritent derrière le prétexte de la protection d'un autre droit pour s'exonérer de leurs obligations. Elle sanctionne la passivité à laisser subir aux victimes une violence injuste, l'implication insuffisante des autorités dans la lutte contre un phénomène de société funeste (CEDH 9 juin 2009 req. N°33401/02). L'Etat doit se montrer respectueux des individus dont les intérêts sont en jeu (CEDH 24 février 1995 req. N°16424/90).

- le refus est strictement nécessaire à la protection d'un intérêt public important (compromettre une enquête en cours ou porter gravement atteinte à la sécurité nationale de l’État membre dans lequel la procédure pénale est engagée).

Le refus de l’accès aux pièces doit être prononcé par une autorité judiciaire ou doit être au moins soumis à son contrôle juridictionnel.

Une telle décision de refus de communication de pièce doit donc être motivée.

Les dérogations ne visent que l'accès à certaines pièces – le refus ne peut donc pas être général – et ne vise donc pas l'article 6 de la directive posant le droit d’être informé de l’accusation portée contre soi.

La directive s’applique dès le moment où des personnes sont informées qu’elles sont soupçonnées d’avoir commis une infraction pénale, ou qu’elles sont poursuivies à ce titre, et jusqu’au terme de la procédure.

Ce texte s'insère dans la série de mesures prises par l’Union européenne pour garantir les droits à un procès équitable (Dir. n° 2010/64/UE, 20 oct. 2010, JOUE L 280/1).

Mise à jour du 26 juin :

Décision n° 2012-257 QPC du 18 juin 2012

Convocation et audition par OPJ en enquête préliminaire

La décision du Conseil constituionnel oblige à un fonctionnement plus transparent des forces de police et du parquet. Selon cette décision, la police ne peut pas user de la force publique ni le parquet l'y autoriser tant que le témoin convoqué n'a pas reçu dans un bref délai d'information précises sur les raisons de sa convocation, comme en disposent le paragraphe III de l'article préliminaire du code de procédure pénale et l'article 6 § 3 de la convention européenne des droits de l'homme, que renforce l'adoption de la directive européenne sur l'information des mis en cause en matière pénale.

L’article 78, ainsi complété par l’obligation faite à l’OPJ d’informer la personne suspecte de la date et de la nature de l’infraction et de lui notifier son droit de quitter les locaux de police ou de gendarmerie – alors qu’elle y a été emmenée par la force –, est applicable pour toutes les auditions réalisées postérieurement à la publication de la décision du Conseil constitutionnel, c’est-à-dire à compter du 19 juin 2012 (JO 19 juin).

Prolonger :

Lire l'article de Jocelyne Leblois-Happe, professeur à l'université de Strasbourg " La proposition de directive relative au droit à l'information dans le cadre des procédures pénales et le droit français " DALLOZ - AJ Pénal 2011 p.446

Lire le Manifeste pour une politique criminelle européenne

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze