POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

1010 Billets

8 Éditions

Billet de blog 6 juin 2015

La FIFA et les USA démontrent l'inutilité de la justice européenne et donc des gouvernments européens

 Ce que je lis avant tout dans

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce que je lis avant tout dans l'article d'Iris Deroeux et le titre de son article est l'abdication, la nullité, des autorités judiciaires européennes qui viennent se faire donner la leçon sur leur propre terrain par un pays totalement incompétent territorialement pour lutter contre la corruption que ces uatorité judiciaires ont l'obligation de prévenir, combattre et sanctionner.

Comment comprendre l'intervention US en Suisse sinon d'entendre de leur part que les Européens ne sont que des guignols, des branleurs ? On ne peut pas le leur reprocher tant l'abdication politique et juridiciaire des Européens est grande. La lâcheté des Etats membres de l'UE est phénoménale.

Voir les reculades à propos de l'accord transatlantique. Voir l'inexistence politique de l'UE dans les négociations TISA. Voir l'abdication politique de l'UE dans les manipulations diplomatiques des US dans leur stratégie de déstabilisation et de provocation à l'égard de la Russie (lire " Crise ukrainienne, une épreuve de vérité ", par Jean-Pierre Chevènement dans le Monde diplomatique de Juin 2015). Voir la mansuétude inacceptable des pays à se faire piller et espionner par les US comme l'ont révélée les informations d'Edward Snowden, quand ces pays eux-mêmes ne collaborent pas à ce pillage et à la trahison des peuples.

Cette lâcheté européenne porte donc à s'interroger sur la faiblesse, voire la corruption des dirigeants européens eux-mêmes par les USA.Sepp Blatter apparaît donc comme un archétype du politique européen et les USA montrent comment ils s'en débarassent. (Coupe du monde 2022: Selon Sepp Blatter, «des chefs de gouvernement européens ont conseillé» de voter pour le Qatar)

Wikileaks, s'agissant de la France, a révélé le défilé des responsables politiques dans le cabinet de l'ambassadeur US pour se débiner les uns les autres, sinon se plaindre des Français eux-mêmes.

Les Européens sont donc en dessous de tout. La Fifa en administre la preuve, après PRISM, le TTIP, le crise de 2008, ...

Ils le sont d'autant en matière de corruption qu'ils ont soutenu la politique US au Kosovo, laquelle a implanté un régime corrompu au main de la mafia UCK. Ce qui finit de réidiculiser d'autant plus l'Europe empêtrée dans le scandale de corruption Eulex au Kosovo.

Les USA n'ont donc pas plus d'agenda contre la corruption à propos de la FIFA qu'ils n'en avaient un quand ils ont réimplanté la mafia en Italie à la Libération.

Les USA profitent de l'impéritie de l'Europe à faire le ménage chez elle pour donner l'illusion qu'ils sont les oies blanches de la justice.

Ne soyons pas dupes.

Les USA se moquent de l'Etat de droit et de la démocratie (comme l'exposent un nombre important de documentaires sur la finance, la torture, la peine de mort, les armes à feu, l'industrie pétrolière et chimique, ...).

Dans cette affaire de la Fifa, les USA ne font que défendre leurs intérêts. Ils instrumentalisent la justice et ne poursuivent que la corruption qui les arrange. C'est d'autant plus facile que les Européens ne font rien, eux, pour la poursuivre et la sanctionner de façon rigoureuse.

Le traitement de la corruption de la FIFA par la justice américaine donne un avant-goût de la façon dont seront traités les litiges au sein du TTIP entre un impérialisme US et une Europe molle.

Il est évident que la justice américaine poursuit des intérêts commerciaux ciblés dans cette affaire de la FIFA, puisque les USA n'ont pas d'intérêt à agir avoué. A moins de reconnaître qu'il ne s'agit que d'une opération de basse vengeance parce qu'ils n'ont pas été désigné pour organiser une coupe du monde, ou qu'ils souhaitent mettre la main sur un marché juteux qui leur échappe en déstabilisant l'organisation et en s'imposant comme le gendarme du foot (et deonc de ses royalties).

Voilà un aspect " pragmatique " de la justice US qui n'est pas commenté. La justice US est à la corruption ce que la guerre US à l'Irak est à la démocratie.

La motivation n'est pas juridique, mais du business.

Il n'est peut-être pas indifférent que les annonceurs principaux de la FIFA sont ... US.

La justice US est au service des "investisseurs" US.

Les "investisseurs" se moquent de la Justice (voir l'affaire Kerviel).

Ils n'ont pas de pays mais seulement une fortune à défendre.

En revanche, ceux qui n'ont pas de fortune, eux, même s'ils ont une nationalité, doivent s'inquiéter de l'intervention US dans la corruption au sein de la FIFA.

Les "pauvres", qui vont sublimer leur misère en s'excitant aux matchs à voir leurs dieux du stade, subiront un justice contre laquelle leur pays ne fera rien, puisque, comme le montre l'affaire de la Fifa, leur pays ne sert à rien en matière de justice, sinon leur cogner dessus (voir Rémi Fraisse, Zyad et Bouna, Tarnac, Daniel Legrand, ...). Par contre, pour la corruption et la fraude fiscale, ils sont absents.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat