Poitiers : le congrès des renégats de la République et de la Démocratie

L'imposture renégate du pouvoir et de sa majorité est démontrée magistralement par Martine Bulard dans son article publié dans le Monde Diplomatique " Loi Macron, le choix du "toujous moins "".

La-Collaboration-1940-1945-a-travers-les-archives.png

L'imposture renégate du pouvoir et de sa majorité est démontrée magistralement par Martine Bulard dans son article publié dans le Monde Diplomatique " Loi Macron, le choix du "toujous moins "".

L'abdication démocratique de Valls et Hollande est dramatique. Il est très gravement anormal qu'un parti socialiste soutienne un tel pouvoir.

L'ANI, les lois Macron et Urvoas signalent la substitution des valeurs fondatrices de la République issues du CNR pour un " pragmatisme " financier, un calcul d'opportunité au mépris de la dignité. Une mentalité de proxénète. L'affaire du Carlton est une métaphore du " socialisme " au pouvoir.

Manuel Valls rappelle Noske, en Allemagne. Le suivisme des élus de la majorité signale un niveau de lâcheté pire que celui de la Collaboration, puisqu'ils acceptent et signent à la régression des droits de l'Homme, alors que la Constitution le leur interdit, et qu'ils n'ont pas l'excuse d'une guerre ou d'un occupant. Renégat, lâcheté et forfaiture.

Anne-Cécile Robert rappelle très justement dans son article " Oubli des peuples " que les gouvernments ne sont que les simples mandataires de leurs population selon la formule d'introduction " Nous, peuples des Nations-Unies " de la Charte des Nations-Unies, qui est du jus cogens, un doit contraignant impératif.

Cette préminence du peuple sur le politique ou ses représentants est affirmées en termes identiques et en tête des Pactes internationaux relatifs des droits civils et politiques, d'une part, et économiques, sociaux et culturels d'autre part, dans leur article premier, chaque fois, qui consacre le droit des peuples à disposer d'eux mêmes. Ces deux traités protecteurs des droits de l'Homme sont contraigants et d'effet direct. Ils ont été ratifié par la France.

La Troïka, avec la caution du pouvoir, impose des mesures qui violent le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. La finance et un contrat ne peuvent pas contraindre un peuple. C'est sinon admettre le retour à la servitude.

Valls et Hollande, au delà des seules valeurs fondamentales de la République et de la démocratie, violent les engagements internationaux de la France en matière des droits de l'Homme.

Dans ces conditions il n'est pas possible de dire que Poitiers est un congrès socialiste. 

A moins de se référer au parcours d'un Marcel Déat ou d'un Guy Mollet.

 

___________

 

Voir aussi :

" Qu'est-ce qu'un régime de travail réellement humain ? " Par Alain Supiot

L'histoire secrète du patronat ; de 1945 à nos jours

Obliger les Etats à tenir parole, par Monique Chemillier Gendreau

Le droit pour contrôler la force, par Monique Chemillier Gendreau

Face à la force, le droit international, par Monique Chemillier Gendreau

 

« Va étudier, Camba ! » Par Philippe Riès

Où le Portugal de Miguel Relvas, ministre démissionné pour fraude universitaire, donne une leçon de démocratie à la "République exemplaire" de François Hollande et Jean-Christophe Cambadélis, "docteur des universités" à la mode de Bretagne. Parti pris.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.