L'Europe censitaire de Juncker

Le choix de Jean-Claude Juncker comme tête de liste du Parti populaire européen (PPE : la droite européenne) témoigne de la consécration idéologique en Europe de la défense des privilèges financiers des classes aisées. Ce que le PPE incarne depuis des dizaines d'années sans oser le revendiquer. La désignation de Jean-Claude Juncker s'interprète donc comme l'affirmation officielle de cette politique résolument antisociale.

dyn009_original_669_421_jpeg_2521705_3e909e21371c99b9c18d82d36d6f9f09.jpg

Le choix de Jean-Claude Juncker comme tête de liste du Parti populaire européen (PPE : la droite européenne) témoigne de la consécration idéologique en Europe de la défense des privilèges financiers des classes aisées. Ce que le PPE incarne depuis des dizaines d'années sans oser le revendiquer. La désignation de Jean-Claude Juncker s'interprète donc comme l'affirmation officielle de cette politique résolument antisociale.

L'article de Médiapart sur ce choix est très éclairant.

D'une certaine manière, voter pour la droite européenne (UMP ; CDU/CSU ; etc.) conduit à rétablir le vote censitaire, puisque seuls les intérêts des riches sont pris en considération.

Il suffit, pour s'en convaincre, d'apprécier l'influence, aux postes clefs de l'Union, des anciens de Goldman Sachs ou de ses affidés ; quand ils ne briguent pas des postes de responsabilités dans les institutions à la cause des USA ou promeuvent des accord en faveur de leur impérialisme (La justice privatisée du traité transatlantique), ce que fait Manuel Barroso depuis des années avec l'accord du PPE, en violation des valeurs fondamentales de l'UE inscrites dans les traités qu'il est censément chargé de faire respecter.

La désignation de Jean-Claude Juncker comme tête de liste de la majorité européenne actuelle confirme donc clairement une volonté de persévérer dans le sens de la régression - et de la répression - sociales. Le choix de Jean-Claude Juncker renvoie à une conception de la politique qui date du début du 19° siècle.

Avec la désignation de Juncker à la tête du PPE les choses sont claires, le PPP affirme un programme au service du grand capital. Depuis le temps qu'il travaille à la régression sociale, le PPE devrait songer à changer son appellation. Il n'y a vraiment rien de populaire là-dedans.

Voilà les électeurs de droite de prévenus. Pour la France, c'est l'UMP qui siège au sein du groupe PPE. Ceux qui gagnent moins de 10000 euros par mois n'ont rien à attendre du PPE.

____________

Jean-Claude Juncker, l'erreur de casting de la droite européenne

Par Dan Israel et Ludovic Lamant

L’ancien premier ministre luxembourgeois a été élu ce vendredi chef de file du Parti populaire européen pour les élections européennes de mai prochain. Un choix contestable, tant l’homme représente une Europe à bout de souffle, qui fait la part belle à l’opacité financière.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.