Le déclin d'Obertone ?

L'Express, sous la plume d'Eric Pelletier, vient soutenir et confirmer les critiques faites par Louise Fessard dans Médiapart sur le livre de Laurent Obertone : " France Orange mécanique ".
Grosse tension en Aymeric Caron et Laurent Obertone dans "On N'est Pas Couché" © Fred Lille

L'Express, sous la plume d'Eric Pelletier, vient soutenir et confirmer les critiques faites par Louise Fessard dans Médiapart sur le livre de Laurent Obertone : " France Orange mécanique ".

Eric Pelletier est spécialiste de la police et de la justice à l'Express depuis des années. Sa charge est très sévère contre Laurent Obertone : "  Le livre de Laurent Obertone, décrivant une France à feu à sang, est devenu un succès de librairie grâce à une habile instrumentalisation des chiffres et des faits divers. ".

Eric Pelletier est rejoint dans sa critique par Natacha Poliny, encore plus sévère, sur le site du Figaro : « Le livre d’Obertone porte une conception de la société profondément anti-républicaine ».

Une telle critique amène l'acheteur de "France Orange mécanique" à s'interroger. Se serait-il fait abuser par ceux qui ont promu ce livre en trahissant  sa confiance ?

Laurent Obertone - La France Orange mécanique - Zemmour VS Naulleau © rikiai

Un tel questionnement amène à s'interroger sur une escroquerie intellectuelle, une manipulation, de la désinformation. Ferait-on prendre du cheval pour du boeuf, voir du cochon,  même en littérature ?

La fiction n'empêche pas la manipulation.

"Les protocoles des Sages de Sion" avait l'apparence d'un document.

Un ouvrage à thèse ne se suffit pas à lui-même pour être légitime. Toutes les thèses ne sont pas légitimes.

Toutes les thèses n'ont pas la même portée ni la même incidence comme l'ont démontré "Mein Kampf" ou les ouvrages révisionnistes.

Cela souligne donc l'importance de mobiliser et d'exercer l'esprit critique, la capacité d'indignation.

art_222187.jpg

"France Orange mécanique" distingue la population en deux groupes : les "sur-socialisés" et les "sous-socialisés" et promeut l'idée de renforcer la répression qui viserait avant tout un seul des deux groupes. Les sous-socialisés sont appelés par l'auteur Rhinocéros. Est-ce un clin d'oeil au thème de la pièce éponyme de Ionesco ?

L'encouragement à la discrimination est sanctionné par la loi.

rhinoceros.jpg

L'auteur revendique la notoriété de personnes connues : " Je serais curieux de comprendre comment ces chiffres, dont jamais personne ne parle alors qu'ils sont validés par Manuel Valls, Philippe Bilger, Nicolas Comte, Mohamed Douhane ou Laurent Mucchielli, pourraient injurier les victimes. ".

Le rôle de l'éditeur est également important.

Plutôt que de publier un livre sous le genre d'un "document d'actualité", ne devait-il pas avertir les lecteurs qu'il s'agit d'une oeuvre de fiction ?

Laurent Obertone est-il alors l'auteur d'un document ou d'un roman, d'une méchante fable ?

Art+Spiegelman+Co-mix+affiche.jpg

De nombreux romans s'appuient sur des faits réels sans pour autant prétendre à la réalité. "Roman" est alors précisé sur lajaquette.

Ce n'est pas le cas de "France Orange mécanique" dont l'éditeur met en avant l'enquête de son auteur et sa qualité de journaliste alors que les observations très critiques du journaliste de l'Express permettent en effet de douter de la véracité des informations que propose Laurent Obertone.

Ces doutes ne viennent pas que de la "gauche".

Jean Robin, éditeur de droite, qui prend soin de préciser qu'il n'apprécie pas ni Médiapart ni la gauche, s'est fendu d'une vidéo dans laquelle il revient sur l'information de Médiapart.

Sur Laurent Obertone, Ring et le Pélicastre jouisseur © enquete-debat

Jean Robin critique l'ouvrage "France Orange mécanique", qui n'apporte rien, selon lui. 

Il explique ce qui l'a motivé à faire sa vidéo.

Il révèle les coïncidences qu'il connaît entre le "Pélicastre jouisseur", "l'Ubiquiste", la maison d'édition Ring et Laurent Obertone et les doutes qui lui pèsent à propos de ces coïncidences.

2319_12469_20121212135800.jpg

Jean Robin s'émeut des conséquences sur le débat public s'il s'avérait que Laurent Obertone était l'Ubiquiste, auteur du "manifeste nauséabond", qui l'avait contacté.

Ubiquiste

L'Ubiquiste

Jean Robin a refusé d'éditer cet ouvrage qu'il qualifie de "racialiste" et d'illégal. Il l'avait alors renvoyé auprès du futur directeur de la maison d'édition Ring.

Jean Robin éclaire donc le débat judiciaire à venir. 

Laurent Obertone a en effet annoncé déposer plainte contre Médiapart pour avoir révélé à ses abonnés un parcours très réactionnaire de l'auteur de "France Orange mécanique", en faisant un parallèle entre "L'Ubiquiste" et lui-même, ce que tend à confirmer Jean Robin.

Ultime facette paradoxale du débat, il existe des critiques virulentes du livre de Laurent Obertone  dans la réacosphère - qui n'apprécie pas d'être confondue avec le Pélicastre, tout en reprenant les informations de Médiapart (ICI et LA) - déconseillant d'acheter le livre.

"Nul n'est censé ignorer la vérité"

_______________

Pour aller plus loin :

«La France Orange mécanique»: un flagrant délire sécuritaire

20 février 2013 | Par Louise Fessard

La France Orange mécanique : le vrai parcours de «Laurent Obertone»

27 février 2013 | Par Stéphane Alliès et Louise Fessard et Jérôme Hourdeaux et Marine Turchi

Auteur à succès venu de la «réacosphère», Obertone est de plus en plus fâché avec son passé

12 mars 2013 | Par Stéphane Alliès et Louise Fessard et Jérôme Hourdeaux et Marine Turchi

Débat entre Laurent Obertone et Louise Fessard sur la Radio Télé suisse :

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/forum/4680227-la-france-orange-mecanique-ou-la-societe-ultra-violente-01-03-2013.html?f=player/popup

Agora Vox

« La France Orange mécanique » : rencontre avec un auteur à thèses racistes

Laurent Obertone n'est pas clair

France TV info

Trois choses à savoir sur Laurent Obertone, le journaliste fétiche du FN

Le Point

"La France orange mécanique" déclenche la polémique

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.