Le néo-libéralisme résiste-t-il aux galères ou n'est-ce qu'une posture de snobs ?

Combien de temps un Danois de 60 ans "adepte des théories libérales pur jus" le resterait s'il perdait son boulot, était privé de ressources et de ses droits sociaux et mis à la porte de chez lui ? Il y en a un peu marre de ces grande gueules qui pensent que cela suffit d'être fonctionnaire ou ministre pour mépriser la misère et ceux qui en souffrent. Ils inversent les rôles. Les gouvernements ne sont que les simples mandataires des populations. Il est temps de les mettre en demeure de se rendre compte de leur ineptie et de corriger leurs propos comme leur vision des choses.

poul-thomsen-2011-2-11-11-42-55.jpg

Combien de temps un Danois de 60 ans "adepte des théories libérales pur jus" le resterait s'il perdait son boulot, était privé de ressources et de ses droits sociaux et mis à la porte de chez lui ? Il y en a un peu marre de ces grande gueules qui pensent que cela suffit d'être fonctionnaire ou ministre pour mépriser la misère et ceux qui en souffrent. Ils inversent les rôles. Les gouvernements ne sont que les simples mandataires des populations. Il est temps de les mettre en demeure de se rendre compte de leur ineptie et de corriger leurs propos comme leur vision des choses.

Imaginons Pascal Lamy ou Emmanuel Macron en chômeur longue durée en fin de droit à qui on propose un petit boulot à un euro ? Seraient-ils encore si sûrs de leur certitudes ? Non. Et en combien de temps craqueraient-ils ? Une semaine, quinze jours, un mois ?

Imaginons Manuel Valls ou Didier Migaud en SDF, à devoir chercher chaque matin l'abri chauffé pour les accueillir le soir et n'avoir pas à dormir dan la rue, où ils passent toute la journée ? Seraient-ils encore si sûrs de leur certitudes ? Non. Et en combien de temps craqueraient-ils ? Une semaine, quinze jours, un mois ?

N'oublions pas dans le panel de citer Laurent Wauquiez, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé,  Eric Ciotti et toutes la bande de promoteurs du néo-libéralisme triomphant qui brade les actifs publics et les droits sociaux en expliquant que cela coute trop cher et prive l'initiative privée quand eux-mêmes vivent aux crochets de l'Etat. Pareil que les autres prétentieux. A la rue. Seraient-ils encore si sûrs de leur certitudes ? Non. Et en combien de temps craqueraient-ils ? Une semaine, quinze jours, un mois ?

Je propose donc une expérience.

Mettons ces braves gens dans la situation des plus pauvres qu'ils culpabilisent et appellent à faire un effort, à se ressaisir, pour s'en sortir, parce que ce n'est que de leur faute, " regardez, moi j'ai réussi ! ". Et observons les.

Sur un an au moins. Qu'il puisse appréhender au moins un peu ce que c'est la " longue durée "

Bien sur, plus de réseau qui tienne. Non Nicolas, on va plus sonner à la porte de Madame zinzin. Non, Manu, c'est fini les matchs de foot. Maintenant tu les regardes de l'extérieur du stade. Si les flics te laissent t'en approcher. Ah oui c'est dur, hein Laurent, de trouver l'équilibre " entre les droits et les devoirs ", quand on dort dans la rue, sur le trottoir.

Des Koh Lanta il y a plein la rue tous les jours. Et pour eux, ce n'est pas un choix ni un amusement. Il y a peu de doutes que ces personnes refuseraient d'être aidées à se réinsérer rapidement, plutôt que de galérer dans une vie de M... dans laquelle seule la porte-parole de l'IFRAP est capable de voir une sorte de luxe. Elle aussi devrait essayer ce qu'est de vivre dans ce genre de luxe.

 

 

____________

 

Ce « bureaucrate » du FMI au cœur des négociations avec la Grèce

11 juin 2015 |  Par Amélie Poinssot et Ludovic Lamant

Il est l’un des principaux architectes des plans d’aide à Athènes depuis 2010. À 60 ans, le Danois Poul Thomsen, peu connu du grand public, dirige le FMI en Europe. Cet économiste adepte des théories néolibérales pur jus, qui s’est fait la main en Europe centrale et en Russie, se montre inflexible dans le bras de fer qui se joue aujourd’hui entre la Grèce et ses créanciers.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.