Rémi Fraisse : Valls est et Valls sera franco de port

Petit rappel à Matignon qui renvoie - ou plutôt botte en touche - sur Cazeneuve à propos de la mort de Rémi Fraisse, le responsable de l'administration est le premier ministre, pas le ministre de l'intérieur, qui n'est et ne doit être qu'un exécutant, à moins de considérer que, conformément à ce que semble répondre Matignon à Médiapart, la France n'est qu'un Etat policier.

Petit rappel à Matignon qui renvoie - ou plutôt botte en touche - sur Cazeneuve à propos de la mort de Rémi Fraisse, le responsable de l'administration est le premier ministre, pas le ministre de l'intérieur, qui n'est et ne doit être qu'un exécutant, à moins de considérer que, conformément à ce que semble répondre Matignon à Médiapart, la France n'est qu'un Etat policier.

Autre petit rappel, la gendarmerie est une force armée et le chef des forces armées est le président de la République.

Le peuple ne réclame pas de la compassion après les drames mais de l'efficacité et de l'humanité pour éviter les drames.

Le plus grand drame qui se dessine est la régression sociale qui atteste d'un dédain affirmé pour l'égal respect de tous dans sa dignité humaine.  Ce droit au respect n'est plus apprécié en considération de la nature humaine mais de la fortune de certains seulement, signalant l'abdication d'un pouvoir et sa forfaiture.

La mort de Rémi Fraisse et la gestion de la communication institutionnelle gravement déficiente que nous rapporte Médiapart finit d'établir l'incompétence et la lâcheté du pouvoir, d'une part, et le mépris, d'autre part, qu'il porte à l'opinion et au genre humain au seul profit des intérêts capitalistes qu'il sert avec une rigueur évidente.

Les fascistes sont les idiots utiles du capitalisme.

Nous sommes gouvernés par des fascistes et Rémi Fraisse incarne malheureusement le drame auquel aboutit cette logique fasciste dont le FN n'est pas une conséquence mais un aboutissement.

Ces gens qui détournent le pouvoir des institutions de la République ne valent même pas le prix de la corde avec laquelle certains promettent de les pendre.

Les étrons de la politique s'accumulent au sommet de l'Etat et le peuple a légitimement raison de se plaindre de la pestilence qui s'en dégage.

Trop de fumier tue la culture.

Puanteur de la lâcheté, reculade et abdication camouflées par les artifices de la communication, les responsables de l'échec à venir sont au pouvoir et ne font que poursuive l'oeuvre funeste de leurs prédécesseurs,  dans une identique médiocrité.

Le fasciste se reconnaît à son incapacité de penser au-delà de sa seule personne et de ses intérêts.

 

___________________

 

Comment le pouvoir a réécrit la mort de Rémi Fraisse  Par Stéphane Alliès et Michel Deléan et Louise Fessard et Jade Lindgaard et Mathieu Magnaudeix

Après les révélations de Mediapart sur la mort de Rémi Fraisse, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve et le patron de la gendarmerie nationale Denis Favier ont mené une contre-offensive médiatique toute la journée de jeudi. L’objectif ? Masquer le fait que les autorités savaient dès la nuit du dimanche 26 octobre qu’une grenade offensive était à l’origine de la mort du jeune botaniste. Une question demeure : quel a été le rôle de Matignon ?


Sarkozy-Kadhafi: des experts valident l’authenticitédu document de Mediapart   Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Les juges chargés d’enquêter sur le document publié par Mediapart concernant les financements libyens de Nicolas Sarkozy en 2007 ont désigné un collège d’experts en écritures. Rendue le 6 novembre, la conclusion des trois graphologues est formelle : la signature figurant sur le document est « de la main de Moussa Koussa », l’ancien chef des services secrets du régime libyen.


Taxe sur les transactions financières: le gouvernement main dans la main avec les banques  Par Martine Orange

Une fois de plus, le projet de taxation sur les transactions financières n’a pas abouti lors de la réunion des ministres des finances le 7 novembre. Le gouvernement français en porte la responsabilité. Contre l’avis de nombre de pays européens, Paris fait tout pour préserver les intérêts des banques, en réduisant cette taxe à une mesure symbolique.

Les banques françaises accros aux paradis fiscaux Par Dan Israel

Deux rapports font le point sur la lutte contre l'évasion fiscale des entreprises. Les cinq grandes banques françaises comptent un tiers de leurs filiales dans les paradis fiscaux.

Les comptes suisses de trois parlementaires UMP  Par Mathilde Mathieu

La Haute Autorité pour la transparence a saisi la justice des cas de parlementaires qui ont dissimulé des avoirs en Suisse et ont rempli de fausses déclarations de patrimoine. Le député Lucien Degauchy (UMP) a rapatrié son compte en 2014 après trois décennies à Genève. Le sénateur Bruno Sido (UMP) a hérité d'un compte ouvert par son père dans les années 1990, dont il a entamé la régularisation en 2013 seulement. Le député Bernard Brochand (UMP) aurait détenu un compte à l'UBS depuis quatre décennies, non signalé dans sa déclaration de patrimoine.

Affaire Kerviel: l'avocat général verrouille la position de la Société générale  Par Martine Orange

Dans le cadre du procès civil, les avocats de Jérôme Kerviel réclament une expertise indépendante pour déterminer les responsabilités de la banque. Les avocats de la Société générale comme le ministère public les jugent inutiles et dilatoires. « Toutes les réponses sont dans le dossier », assure l'avocat général.

Les largesses du département de Guérini pour un syndicat de police  Par Louise Fessard

Au total, entre 2005 et 2010, le conseil général, présidé par le sénateur Jean-Noël Guérini (ex-PS), a versé 440 000 euros à l’antenne départementale du syndicat Unité SGP Police FO, dont l’un des membres tient toujours une section police au siège de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône.  voir aussi :  Guerre interne au sein du premier syndicat de policiers  et Bouches-du-Rhône : le juge soupçonne Guérini d'utiliser des écoutes illégales  et Police: des élections syndicales sur fond de clientélisme

 

Lire aussi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.