Xavier Bertrand président du G20 emploi

Xavier Bertrand va être le président de la "ministérielle du G20" qui discutera de l'emploi le 27 septembre.
YouTube
YouTube

Xavier Bertrand va être le président de la "ministérielle du G20" qui discutera de l'emploi le 27 septembre.
Xavier Bertrand n'a toujours pas répondu à la question posée par Martine Billard à propos de la réforme des retraites. Il avait deux mois pour répondre selon le règlement de l'Assemblée nationale. Il a dépassé ce délai depuis le 26 juin.

Son silence couvre la violation du droit international par l'UMP.

Xavier Bertrand préside un organisme régi par le droit international tout en le méprisant, s'abstenant durablement de répondre à une question soulignant la contravention de la majorité avec le droit international. Voilà quelqu'un de peu sérieux et d'encore moins crédible. Que compte-t-il espérer négocier dans ces conditions ? Les salariés français ont de quoi s'inquiéter en étant défendu par un ministre du travail qui se moque du droit.

Le silence de l'opposition fait qu'elle se rend complice de cette violation du droit international.

L'opposition a donc deux mois pour s'en étonner et interroger le ministre sur son sérieux et sa prétention à diriger les débats internationaux en matière d'emploi quand il n'est pas capable de mettre son propre droit social en conformité avec l'ordonnancement mondial.

Faire les zouaves au G20 ou appeler à l'indignation, une semaine avant le G20, ne servira à rien si le politique ne dénonce pas, quand il en a le temps, l'arbitraire du pouvoir. La presse politique pourrait aussi s'y intéresser, si l'injustice sociale la préoccupait plus que les scandales.

La seule qui a fait son boulot est Martine Billard.

Merci et bravo Martine.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.