Les Mistrals gagnants

La France peut invoquer la violation de la Charte des Nations-Unies par la Russie en Ukraine pour motiver son refus de livrer les Mistrals si la Russie la poursuit.

Coeur de pirate - Mistral Gagnant © labandearenaudVEVO

La France peut invoquer la violation de la Charte des Nations-Unies par la Russie en Ukraine pour motiver son refus de livrer les Mistrals si la Russie la poursuit.

La Charte des Nations-Unies prohibe le recours à la force. La Charte des Nations Unies est du jus cogens. C'est un droit impératif qui s'impose à la communauté internationale.

Une demande de pénalités de la Russie n'est donc pas légitime. Ce pays agit de mauvaise foi. Sa violation du droit international public est la cause de la rupture du contrat.

Les deux Mistrals trouveraient à être utilisés en Méditerranée. Il suffirait d'une petite transformation pour leur permettre tout à la fois de remplir des missions de recueil et de soins des navires hôpitaux et d'accueillir des forces d'intervention contre les pirates et les trafiquants d'êtres humains. Cela peut s'envisager en affectant ces bateaux à une composante maritime de la brigade franco-allemande.

L'Union europénne gagnerait en cohésion politique à mutualiser la charge de cette rupture de contrat que les Etats membres ont demandé à François Hollande, mais qu'ils n'assument pas.

Reste que ce fiasco militaro industriel, fiasco politique, est à inscrire au bilan de Nicolas Sarkozy.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.