Motion A du PS, la victoire par omission d'Hollande et Valls

" Pour Hollande, le résultat de la motion majoritaire est «bon» pour son action ". Le pouvoir se rassure parce que " 40 000 militants soutiennent le gouvernement " alors que ce résultat montre que Manuel Valls a perdu 74% de ses 5% aux primaires du PS (149 103 voix), lesquels 5% ne représentaient déjà que 0,003% des inscrits en France.  Ce vote devrait donc plutôt conduire à la circonspection sur la politique menée, à propos de ses conséquences au sein même du PS, mais aussi de la gauche, en général, qui se délite.

fig09.jpg

" Pour Hollande, le résultat de la motion majoritaire est «bon» pour son action ". Le pouvoir se rassure parce que " 40 000 militants soutiennent le gouvernement " alors que ce résultat montre que Manuel Valls a perdu 74% de ses 5% aux primaires du PS (149 103 voix), lesquels 5% ne représentaient déjà que 0,003% des inscrits en France.  Ce vote devrait donc plutôt conduire à la circonspection sur la politique menée, à propos de ses conséquences au sein même du PS, mais aussi de la gauche, en général, qui se délite.

La méthode Coué de François Hollande est ridicule. Cette victoire par omission du vote des motions est celle d'un camp retranché, de plus en plus réduit, se félicitant d'être encore majoritaire parmi ceux qui restent encore. Comment peut-on se réjouir de rester majoritaire dans un parti qui déçoit fait fuir ses adhérents ? Ce vote traduit bien plus une commensalité qu'un programme.

Le PS compte bientôt plus d'élus que le gouvernement n'est capable de rassembler d'adhérents, si tant est qu'il cesse de les faire fuir (Hémorragie de militants et effondrement des recettes au parti socialiste). Hollande et Valls se féliciteront encore que le parti les soutient à 100% quand ils ne seront plus que tous les deux au PS.

Il y a lieu à s'inquiéter de cette fuite des militants, parce que ceux-ci ne se retrouvent nulle part ailleurs. Aucun parti de gauche ne récupère ces adhérents du PS, ni les voix qu'il perd.

Cela montre que l'action politique de Hollande et Valls est nocive au-delà du PS. Elle dissout toute la gauche. D'où la nécessité de s'interoger sur la vision de Manuel Valls à réformer le PS.

A "désespérer Billancourt", Hollande et Valls sont les meilleurs agents d'influence de la droite et de son "anarcho-capitalisme" destructeur des droits sociaux.

et-vogue-le-navire-fellini.jpg

La gauche s'évapore dans son ensemble et disparaît dans l'abstention.

Valls et Hollande sont parvenus à dissuader l'électorat de gauche à ne plus croire en la démocratie, à force de reniements des valeurs de la République, de trahisons (Le PS sacrifie la santé des travailleurs au capital), de régression sociale (loi Macron) et de violations des droits de l'homme (loi Urvoas). Cette politique se caractérise par le mépris du droit, des valeurs de la République, pour satisfaire à l'impécuniosité chronique des "investisseurs" à la recherche de l'optimisation immédiate du profit (Ecouter Alain Supiot sur France Culture).

L'action politique formaliste de la majorité dissuade, détourne de la démocratie pour un résultat assez minable, qualitativement et quantitativement.  La maigre moisson de la motion Cambadélis-Hollande-Valls-Aubry-.. ne remplit même pas le Parc des princes.

Il y a lieu de s'inquiéter de l'action politique menée par le pouvoir quand le parti majoritaire de la cinquième puissance du monde mobilise moins de monde qu'un match de foot. Quand les idées sont nulles, que la gouvernance se fait par les nombres, le politique se rassure avec les chiffres. Les maths deviennent le refuge à la médiocrité des idées.

9782213681092.jpeg

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.