Le syndrome Don Camillo

Marre des sondages. Ce n'est pas de l'information et leur exactiude sur un panel de moins de 1.000 personnes est douteuse.Une idée serait d'obliger les instituts à produire des sondages sur un panel d'au moins 4.000 personnes. Cela calmerait tout le monde. On aurait moins de sondages et les chiffres seraient plus surs. Vu l'augmentation du coût, les clients des instituts s'appliqueraient sûrement à poser des questions précises dont il ne serait plus possible d'entendre ensuite que les réponses peuvent s'interpréter paradoxalement.Le pape et l'Eglise m'ont beaucoup amusé ces derniers temps.
Le Petit monde de Don Camillo - Extrait FR © _Caprice_
Le Petit monde de Don Camillo - Extrait FR © _Caprice_
Le Petit monde de Don Camillo - Extrait FR © _Caprice_

Marre des sondages. Ce n'est pas de l'information et leur exactiude sur un panel de moins de 1.000 personnes est douteuse.

Une idée serait d'obliger les instituts à produire des sondages sur un panel d'au moins 4.000 personnes. Cela calmerait tout le monde. On aurait moins de sondages et les chiffres seraient plus surs. Vu l'augmentation du coût, les clients des instituts s'appliqueraient sûrement à poser des questions précises dont il ne serait plus possible d'entendre ensuite que les réponses peuvent s'interpréter paradoxalement.

Le pape et l'Eglise m'ont beaucoup amusé ces derniers temps.

Une partie de l'opinion s'en prenait à eux parce qu'ils ne disaient rien pendant que la gauche n'en faisait pas beaucoup plus. Mais le silence des premiser étaient beaucoup plus inquiétant aux pays des laïcs que celui de la seconde. Maintenant que l'Eglise et le pape ont pris position, les mêmes grincheux, coincés dans leur contradiction, resservent l'histoire de Pie XII (une légénde tirée d'une pièce de théâtre au service du KGB), de la jeunesse hitlérienne du pape (obligatoires à compter de 1936).

Mauvais perdants ? Mauvais joueurs en tous les cas.

Pendant que les nazis ouvraient leur premiers camps de concentration à la destination exclusive des allemands sans que cela ne soulève de critique en France qui accueillait les opposants et les juifs avec méfiance pour les enfermer dans les camps d'internement - où elle avait enfermé les républicains espagnols et où elle enfermera le harkis - la visite des zoos humains à la gloire de la république coloniale éfifiait une jeunesse française en attendant qu'un jeune sous préfet franc maçon prenne la tête de la police française pour remplir le Vel d'Hiv.

Le devoir de mémoire a permis aux générations d'après guerre de se distinguer de cette génération barbare, sauf que la différence manque d'évidence. Surtout au sommet. Les sondages permettent d'exonérer les dirigeants en faisant reporter la faute sur l'opinion qui approuverait. D'où l'intérêt d'en publier beaucoup et souvent.

Je n'aime pas la mémoire sélective et la mentalité tendant à affirmer que les uns sont forcément meilleurs que d'autres.

L'Eglise et le pape se défendent suffisamment bien tout seuls mais je refuse de me laisser associer à un comportement mesquin.

Il est cocasse au pays des Lumières, de voir l'Eglise sortir la gauche de l'impasse où elle s'enfermait par son inaction et son silence. Il l'est tout autant de voir la droite qui faisait les yeux doux de Chimène aux catholiques se prendre un uppercut évangélique. Un miracle au pays de Fernandel. Dieu aurait-il de l'humour ?

Au fait... Où en est la pétition ? Faut-il attendre que le pape en parle ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.