Situation 8 : Trop techno?

Notre GRAND LEADER EMMANUEL MACRON aurait demandé à son gouvernement (selon une information BFMtv) de « faire preuve d’humanité ». Il l’a fait - après deux jours de réflexion à la suite du vote des DÉPUTÉS LREM du Jeudi 30 Janvier 2020 - ce qui prouve que notre GRAND LEADER avait mûrement pesé son expression-.

Détournement dans la tradition situationniste © pol Détournement dans la tradition situationniste © pol
En effet les députés ont autorisé le don de RTT en cas de mort d'un enfant, mais ont refusé (40 voix contre 38) d'allonger à 12 jours la durée du congé accordé aux parents, au lieu des 5 jours prévus actuellement par la loi.

Certaines voix se seraient émues de la consigne de vote avancée par la Ministre du Travail, MURIEL PÉNICAUD qui trouvait qu’on ne pouvait pas faire supportée cette mesure à 100% par l’entreprise.

« L'encre n'est pas sèche. On s'est gouré, mea culpa », aurait lâché un conseiller d'une ministre.

Le PREMIER DES MINISTRES, lui-même, ÉDOUARD PHILIPPE aurait déclaré dans une réunion des députés de la GRANDE MAJORITÉ LREM, ce mardi 4 février : « Nous n’avons pas su collectivement expliquer notre position, ni nous adapter. Les critiques nous font très mal »

Marie Lebec, vice-présidente du groupe LREM, aurait répondu que les députés n’y étaient pour rien «  Il s’agit d’une erreur de management du gouvernement et du groupe ».

MANAGEMENT le mot est lâché. On se demande si l’excellente députée n’aurait pas lu l’ouvrage sulfureux de Johann Chapoutot « Libres d’obéir »… Car les députés LREM choisissent librement depuis le début de leur mandature d’obéir à toutes les consignes de vote du gouvernement. Quand on sait que le sous-titre de l’ouvrage est « Le management du nazisme à aujourd’hui » on comprend que le PREMIER MINISTRE aurait hurler au point Godwin si jamais il y avait eu une référence à cet ouvrage.

Notons – par souci d’érudition - qu’un ancien général SS, le Dr. Reinhard Höhn dirigea jusqu’à sa mort en l’an 2000, l’Académie des cadres de Bad Harzburg (fondée en 1956), qui forma aux techniques de Management prés de 600 000 cadres allemands, dans ces années là. Le livre de Chapoutot est à mettre dans toutes les mains, pour comprendre d’où viendrait (je ne fais que des citations, je n’aurais pas l’outrecuidance de me prononcer moi-même) les techniques de managements et les méthodes de DRH qui organisent la pensée de NOTRE BEAU GOUVERNEMENT.

Notre GRAND PREMIER MINISTRE a su motiver ses troupes : « Ceux qui m'attaquent, je leur dis merde. Ceux qui attaquent Muriel Pénicaud, je leur dis merde aussi » phrase éminemment important indiquant sa parfaite utilisation des techniques de management.

Pourtant des députés LREM probablement influencés par de mauvaises lectures, ont accusés la pauvre MURIEL PÉNICAUD d’être « trop techno ».

Dans les couloirs de Matignon, on s’interroge sur le mystérieux groupe de militants extrémistes qui auraient introduit dans la bibliothèque de LREM les oeuvres de Jacques Ellul et Bernard Charbonneau. Car bien évidemment l’opposition entre la technique et l’humanité semble être d’inspiration ÉLLULIENNE. Ce penseur de l’écologie politique avait, avec son complice, écrit dés 1935 un manifeste expliquant que c’était la technique qui dirigeait l’homme et pas l’inverse.

Quand NOTRE GRAND LEADER EMMANUEL MACRON réclame plus d’humanité pour l’acte deux de son quinquennat, il est évident que lui aussi remet en cause sa manière d’utiliser les techniques de management pour diriger la Nation comme une start-up. Jacques Ellul n’a jamais été autant d’actualité.

On aimerait - à constater toutes les entorses pratiquées au fondement de la République - que l’ensemble des cadres de LREM reprenne le chemin de l’école - non pas de management – mais de démocratie. Quand sur une simple phrase de NOTRE GRAND PRÉSIDENT, le vote du Parlement est désavoué et amendé, c’est bien une intervention qui bafoue les principes de la séparation des pouvoirs. C'est pour cela qu'il nous reste à conclure qu’EMMANUEL MACRON EST GRAND.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.