Adieu André S. Labarthe

J'ai vu sur Facebook une photo d'Amitié (avec Un grand A), Claude Ventura venait de publier une photo de son ami, jeune, beau, avec un regard de braise, comme seuls (je le croyais avant d'avoir vu la photo) pouvaient l'avoir les acteurs russes du temps du muet. Un commentaire d'une «amie Facebook», demandait des nouvelles d'André S. Labarthe. La photo était un avis de décès, pudique...

Je ne l'ai pas compris tout de suite. Et puis le chagrin est venu, toujours si étonnant. Je ne suis pas le bon mec pour parler d'André S. Labarthe. C'est juste un petit mot d'un fan. Je ne suis pas fan de Johnny mais de réalisateur comme lui.

J'ai dû le rencontrer en 1986 ou 1987, dans les bureaux de cinéma-cinémas, émission dirigée par Claude Ventura, Michel Boujut, Anne Andreu. À trente et un ans, ou trente deux, ma timidité, et mon admiration m'ont laissé sur le bord de la route. Je n'ai jamais été son copain, juste le petit jeune, le nouveau qui venait réaliser pour cette émission culte. Je crois que comme téléspectateur j'ai du en rater très peu. Une émission de télévisions sur le cinéma, la seule, la vraie, on la regardait avec ferveur. Et puis presque par hasard, à cause d'un de mes court-métrages, Ventura m'a engagé, il a réussi à me faire devenir réalisateur à la télévision, alors que ne n'avait jamais été assistant. Je lui dois beaucoup. Et j'ai réalisé quelques sujets pendant six ans pour lui. Et je proposais des sujets où je tentais maladroitement de singer ceux d'André S. Labarthe. Pendant tout ce temps, je n'ai pas cessé d'être étonné de pouvoir y réaliser des sujets. Je suis resté le téléspectateur admiratif et fan d'avant. De fait je le suis encore, et même sur mon dernier film un matin que nous filmions une autruche passant dans le paysage, je disais à Jean-Jacques Bouhon (lui aussi malheureusement décédé) "Tu vois Jean-Jacques, Labarthe il aurait mis une femme nue, comme quoi je n'y arriverais jamais."

Pour moi cela a été extraordinaire de passer de l'autre côté, de me retrouver dans la même pièce qu'un homme comme cela. J'enregistrais toutes les émissions depuis le début et les sujets d'André S. Labarthe je les regardais plusieurs fois. Je n'ai pas envie d'écrire un hommage, bien d'autres vont le faire à ma place mais juste montrer un sujet qui en dit long. Quand il a fallu que je change de nom, je m'appelais  Pierre Lévy, j'ai pris modèle sur Labarthe et j'ai rajouté mon second prénom. C'est comme si c'est lui qui avait été mon parrain.

Et puis tous ce temps a passé et le cinéma que nous défendons tous - encore et toujours - a perdu du terrain. Je n'en dirais pas plus, je n'ai pas ce talent là. Alors il faut voir "Adieu Rita". Ce choix comme hommage ce n'est pas une erreur j'aurais envie de dire. Il faut voir et revoir les films d'André S. Labarthe.

Adieu Rita © Scotty Ferguson

 

https://www.franceculture.fr/cinema/mort-dandre-s-labarthe-cinema

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.