pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

610 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 août 2014

Cœur de mineur.

J’ai vu, à Lussas, Vous qui gardez un cœur qui bat  d’Antoine Chaudagne et Sylvain Verdet. Un film qui prend tout à coup une autre dimension, parce qu’il a été filmé à l’Est de l’Ukraine, au ras de l’humain, au bord du cœur, là-même où les séparatistes se battent, aujourd’hui remplissant l’actualité de bruit et de fureur. Un film qui échappe donc – et c’est bien juste – à leurs auteurs, et qui dit bien plus encore que ce qu’ils avaient ambitionné de raconter.

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Slava © image extraite du film.

J’ai vu, à Lussas, Vous qui gardez un cœur qui bat  d’Antoine Chaudagne et Sylvain Verdet. Un film qui prend tout à coup une autre dimension, parce qu’il a été filmé à l’Est de l’Ukraine, au ras de l’humain, au bord du cœur, là-même où les séparatistes se battent, aujourd’hui remplissant l’actualité de bruit et de fureur. Un film qui échappe donc – et c’est bien juste – à leurs auteurs, et qui dit bien plus encore que ce qu’ils avaient ambitionné de raconter. Un film qui semble nous murmurer, pour une  fois : « Tu n’as rien vu à Donetsk. Tu n’as rien vu en Ukraine… » Un film qui nous rend quelque chose de cette âme russe (si souvent évoqué et si rarement touché) et de ce désespoir qui nous prend tous, en ce moment, d’écroulement général. Un film qui démontre, pour tous les aveugles qui ne veulent surtout pas voir, qu’en partant du particulier on finit par embrasser l’époque. Un film qui montre – à tout ceux qui ne veulent rien entendre - l’épaisseur d’un documentaire et sa capacité à nous faire rencontrer les personnages et les situations, le monde, bien mieux qu’un reportage, qu’un article bien documenté, ou un traité théorique. Un film indispensable donc, comme chaque œuvre réellement cinématographique. Un film dont la modestie même, 45 minutes, concentré sur un groupe d’hommes et deux personnages, assure un résultat maximum, dont je n’arriverais jamais – sauf avec cet essai de lyrisme alcoolique- à identifier toutes les dimensions.

Nous sommes comme Slava, le personnage principal, qui regarde en boucle, une image tournée avec son téléphone portable, à Yalta, quand il a rencontré sa petite amie. Nous sommes, comme lui, à regarder, fasciné, les vagues se briser sur la jetée, comme si la mer effaçait déjà les traces de ces amants, pas encore vraiment réunis, comme si nous avions, grâce à ce prolo, touché, enfin, quelques questions de métaphysique. Et nous regardons, nous, avec lui, cette image dans la nuit, en noir et blanc, comme si ce plan, un cliché, était le nôtre, une image neuve, et différente, une manière de voir le monde pour la première fois et  que nous trouvions, fugitivement, un sens à tout ce merdier.  

Le film commence, pourtant, par une image déjà vue, si commune, presque banale : des loupiotes avançant aux rythmes du pas des mineurs qui quittent la nuit d’un couloir. Les deux cinéastes français, l’un à la caméra, l’autre au son, ont su à partir d’un projet rêvé en 2008, et mis en chantier dés l’année suivante, créer les conditions d’une confiance qui nous permet de percevoir l’intimité de ces derniers représentants de la classe ouvrière. Et ces lumières des lampes frontales, après coup, sont comme celle des étoiles lointaines qui nous apportent à chaque plan l’épaisseur, la noirceur, du tragique de la condition humaine, et des nouvelles du passé. Incroyable film au dispositif simple, au filmage classique, à la maîtrise modeste, qui semble se demander sans jamais sembler le : Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Je n’ai jamais vu la classe ouvrière filmée, de la sorte… A-t-on jamais entendu les mots d’amour d’un homme prononcé avec une telle intensité ? Alors même que dans le temps de l’énonciation nous sommes déjà persuadé de l’échec et de l’impossibilité même de cette histoire qui comme les autres devraient finir mal. Alors même que le film a l’élégance, et la maturité de ne pas nous en informer.

Que dire de Sacha 53 ans qui par deux fois déclament de la poésie, montrant ainsi que les damnés de la terre, ceux qui n’ont eu – comme il le crie- qu’un vie de merde, ont plus de dignité et d’importance, que n’importe quel personnage qu’on nomme grand. Un film qu’il faut que vous guettiez donc la venue d’abord sur les écrans du 93, et dont on peut espérer que le bouche à oreille lui permettra d’avoir une longue exploitation. Les auteurs vous diront, qu’ils n’avaient qu’un désir de cinéma, ne les croyez pas, il y a des moments simples qui finissent par toucher l’universel.

Sylvain Verdet © pol

 Je suis donc de retour à Lussas, dans ce village ardéchois qui abrite, depuis un quart de siècle, un  festival de documentaire, des plus exigeants. J’y vois des films, j’y côtois des amis, j’y rencontre de nouveaux visages, et me pose des grandes questions comme pour me prouver à moi-même que je reste cet étudiant permanent que je prétends être. Un endroit où on finirait même par croire que le fait de s’asseoir gentiment d’en une salle obscure serait un acte militant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre