Un monde dans tous ses états

Merci de ne pas manquer pas mon documentaire réalisé avec Hubert Védrine, ce soir, à 22h30, sur ARTE - et pendant une semaine sur ARTE+7 -.

Hubert Védrine devant la caméra et moi derrière. © Jean-Jacques Bouhon Hubert Védrine devant la caméra et moi derrière. © Jean-Jacques Bouhon
Merci de ne pas manquer pas mon documentaire réalisé avec Hubert Védrine, ce soir, à 22h30, sur ARTE - et pendant une semaine sur ARTE+7 -.http://www.arte.tv/fr/Un-monde-dans-tous-ses-etats---extraits-video/6394920.html

 

Fin de croissance à crédit et des folies financières, imprudence des banques, explosion de la dette publique, démographie galopante, aggravation des écarts de richesse, urbanisation tentaculaire, changement climatique, raréfaction des ressources, généralisation de la pollution, effondrement de la biodiversité, risques persistants de conflits, « gouvernance » mondiale introuvable, convulsions dans la zone euro… aujourd’hui, tous les voyants sont au rouge

Nous vivons la plus importante séquence de bouleversements des équilibres de la planète. Si la plupart d’entre nous, surtout en Occident, s’en inquiètent, d’autres y voient une renaissance, une chance historique pour qu’advienne un nouvel équilibre des rapports mondiaux. Au milieu de l’agitation médiatique, des stratégies de communication, et de l’obsession du court terme, Hubert Védrine apporte une parole claire, un parler vrai. Dans Un monde dans tous ses états, il analyse la mutation des relations nternationales comme le début d’une longue redistribution des cartes et nous oblige à retirer nos lunettes d’Occidentaux « autocentrés ».
Après avoir rappelé les modèles de pensée dominants qui ont façonné le monde tel qu’il est en 2011, il s’interroge sur les grands défis géopolitiques, économiques et sociaux. Une réflexion prospective doublée d’un éclairage politique par le jeu d’un dialogue avec des personnalités internationales.
Car penser le monde à venir s’accompagne nécessairement d’une réflexion sur les priorités, les instances de décision et l’agenda politique qui forme le ressort de l’action politique. Car le pire n’est pas toujours sûr. Des leviers d’action existent : le niveau exceptionnel d’informations des habitants de la planète ; l’interdépendance de tous les pays du monde qui peut conduire à des coopérations sans précédent ; le gigantesque potentiel de progrès scientifiques et techniques.
Sans complaisance ni catastrophisme, résolument du côté de l’action et refusant de baisser les bras, Hubert Védrine dresse un état des lieux et trace des perspectives d’avenir : « Il y a d’immenses réserves de croissance dans l‘écologisation de l’agriculture, de l’industrie, de la construction et des transports, surtout si on calcule le PNB autrement. Il y en a dans la diffusion mondiale de l’économie numérique, dans la satisfaction des besoins sociaux, dans l’équipement des pays émergents et de ceux qui n’ont même pas encore commencé à émerger.
Il faut que les marchés et la finance soient réglementés à nouveau, sans échappatoire possible, les gouvernements doivent absolument imposer des règles à un certain capitalisme Frankenstein dont on voit les ravages aujourd’hui. Wall Street et la City porteront une responsabilité terrible s’ils empêchent cela…
Notre Europe a tous les éléments pour devenir le pôle régulateur du désordre mondial, un moteur de l’écologisation et du progrès social… Mais le temps presse. », conclut-il. Le dialogue avec les personnalités internationales (Europe, USA , Chine et pays émergents) est illustré par des archives, une cartographie et des images animées.

Intervenants :
Celso Luiz Nunes Amorim (Brésil) diplomate
Kishore Mahbubani (Singapour) politologue
Sam Pitroda (Inde) conseiller du premier Ministre
Ronnie Chan (Hong-Kong) entrepreneur
Kong Quan (Chine) ambassadeur en France
Wolfgang Schäuble (Allemagne) ministre des finances
Paul Jorion (Belgique) anthropologue, sociologue
Bassma Kodmani (Syrie) chercheur spécialiste du monde arabe
Dominique Moïsi (France) diplomate
Pascal Boniface (France) directeur de l’IRIS
Jean de Kervasdoué (France) agronome
Hakim El Karoui (France) essayiste
Olivier de Schutter (Belgique) rapporteur à l’Onu pour le droit à l’alimentation
Jean-Paul Fitoussi (France) économiste
Jean-Paul Cadoret (France) biologiste
Paul J. Crutzen (Pays Bas) météorologiste
Françoise-Hélène Jourda (France) architecte
Gérard Férey (France) chimiste
Gilles Boeuf (France) biologiste

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.