L'étrange défaite

Comparaison n’est pas raison, mais relire aujourd’hui « l’étrange défaite » de Marc Bloch permet de comprendre - en partie- la partie kafkaïenne, ou ubuesque que nous vivons aujourd’hui.

Fermeture définitive? © Pol Fermeture définitive? © Pol
Bientôt nous allons dénombrer 100 000 morts, le bilan des pertes militaires de la campagne de France de mai-juin 40! La comparaison ne s’arrête pas là. Notre jeune et sémillant président n’a pas connu mille neuf cent soixante-huit, ni surtout la prise de conscience des années soixante-dix à propos de la nécessité de la décroissance et de la lutte contre le dérèglement climatique. Le premier ministre Jean Castex  qui a tous juste cinquante-cinq est trop jeune pour comprendre, d’autant que comme son leader, il n’en a aucune envie. 
Ces deux jeunes ans - par rapport à moi qui suis né en 1955 - assume le fait que nous sommes en guerre contre un virus, un parasite, un microbe de rien du tout; comme les militaires et les politiciens de naguère ils sont impuissants et dépassés par les événements.
En 1940, les généraux et les politiciens se sont évertués à faire la guerre du conflit précédent. Marc Bloch écrivait : « Jusqu’au bout, notre guerre aura été une guerre de vieilles gens ou de forts en thèmes, engoncés dans les erreurs d’une histoire comprise à rebours: une guerre toute pénétrée par l’odeur de moisi qu’exhalent l’École, le bureau d’état-major du temps de paix ou la caserne »
C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui! L'unique doctrine des gens aux pouvoirs c’est de faire des économies sur les services publics! Ils continuent à le faire malgré un an d’expérience de guerre contre le virus. Certains vont même jusqu’à dire que la création de lits supplémentaires dans les hôpitaux prouverait l’acceptation de la mort; pourtant les mesures mises en place par le gouvernement permettent juste de laisser la mort prospérer au rythme du bilan quotidien équivalent à un crash aérien. Ces gens ont perdus leurs mots, le sens de la communication, ils se débattent entre leur peur des poursuites judiciaires, le soulèvement populaire, et la révolte de soignants. Ils sont le nez collé aux sondages moins qu’au Lancet! Bref ils ne sont capable de gouverner que dans un monde où leur idéologie est triomphante! Emmanuel Macron est totalement désarmé dans ce monde réel où la biodiversité vient annihiler son flot de discours mainstream qui nous noient depuis 1983.
La suite de ma citation, page 158 de l’ouvrage de Marc Bloch, est édifiante : « Le monde appartient à ceux qui aiment le neuf. C’est pourquoi, l’ayant rencontré devant lui, ce neuf, et incapable d’y parer, notre commandement n’a pas seulement subi la défaite; pareil à ces boxeurs, alourdis par la graisse, que déconcerte le premier coup imprévu, il l’a acceptée. » L’expérience terrible que nous vivons montre qu'Emmanuel Macron n’aime pas le neuf, il n'est pas capable de répondre aux événements. Il était déjà un vieillard quand il aidait le Philosophe Paul Ricœur à utiliser un ordinateur. C’est un homme déjà ancien et usé, puisqu’il continue avec arrogance à prétendre qu’il a tout compris et qu’il a toujours raison, comme une vieille baderne militaire qui est incapable de répondre au blitzkrieg nazi. Aujourd’hui - comme je l’ai déjà écrit dans un autre billet - Macron ne gère que le flux des malades, il n’a pas de stratégie  pour éradiquer la pandémie. Il va trouver des bouc émissaires partout pour justifier son aveuglement…La bourgeoisie de 1940 a su trouver les Juifs et le Front Populaire pour expliquer la défaite... Nous vivons derrière une ligne maginot de propos contre les musulmans ou les islamo-gauchistes, en continuant à commémorer la mémoire du premier des suprémacistes blancs, misogyne et raciste à savoir Napoléon premier. 

Je ne vais pas ici faire la très longue liste des déclarations, décisions contradictoires, tout le monde les connaît et c’est fastidieux, fatiguant et même stérile. Ce gouvernement n’a pas besoin d’opposition il est son propre et principal opposant, et tous les jours ils nous apportent des arguments contradictoire contre eux-mêmes.

Alors que comprendre de cette « étrange défaite » annoncée et vécue aujourd'hui.

D’abord que l’organisation mondiale du capitalisme dérégulée est une fabrique de pandémies. Tant qu’on n’arrêtera pas la destruction de la biodiversité et qu’on en reformera pas de fond en comble l’industrie d’élevage nous allons subir des blitztkrieg de nouveaux virus mortels.
Celui-ci disparu d’autres viendront… C’est une nouvelle planète, un nouveau monde, auquel il faut s’adapter, et s’il faut « vivre avec le virus » comme le déclare souvent - maintenant - Emmanuel Macron, il ne faut pas accepter des centaines de morts par jour… 
Alors la solution c’est de reconstituer la puissance de l’hôpital public, en donnant un juste salaire aux soignants comme partout dans les autres pays, cela permettra de recréer des lits d’hôpitaux.
Alors il faut définitivement réduire le nombre d’élèves par classe, et rebâtir une école - comme elle existe par exemple en Finlande - avec des enseignants en nombre et correctement payés (plus tous les auxiliaires d’éducations, psychologues et médecins nécessaires à la vie scolaire) 
Alors il faut rémunérer à leur juste valeur les personnes indispensables à la vie de la Nation  c’est à dire ceux qu’on a violemment désignés comme premier de corvée, parce que les situations nouvelles, les dangers sanitaires vont continuer pendant des dizaines d’années tant qu’on aura pas effectivement lutté efficacement contre les causes de ces pandémies; et qu’on aura pas réussi à stopper l’affolement du dérèglement climatique qui s’abat sur nous.
Être moderne c’est accepter de comprendre que le Monde ne peut plus vivre à la merci d’un bateau qui bouche le canal de Suez, ou d’un ouragan, etc… Être moderne ce n'est pas gérer la politique comme une entreprise, mais accepter de révolutionner la société face aux exigences écologiques.

Notre exécutif et le président de la République en premier sont des hommes du passé, du passif des trente glorieuses. Ils défendent un monde ancien celui des rentiers du XIX ème siècle. Ils ne nous sauveront de rien faut-il subir l'étrange défaite jusqu'au bout?

Être citoyen du monde c’est assurément se battre pied à pied pour faire reculer la destruction de la biodiversité, réduire les gaz à effet de serre, et se battre pour que la sixième extinction en cours ne fasse pas disparaître l’espèce humaine. La lutte contre la Covid 19 n’est que le premier épisode de cette bataille. Si nous sommes en guerre, alors il faut nous choisir d'autres généraux, les politiciens français au pouvoir ne nous promettent que la défaite dont ils nous annoncent les communiqués tous les jours. 

PS: Si on lit l'analyse de l'IRSAN publié hier alors on constate que les chercheurs qui signent cette tribune - qui sont tout à fait compétents - nous suggère que  tout ce "cirque" n'est dû qu'à une seule raison, la lutte des soignants non satisfaites depuis des années et le risque d'effondrement de l'hôpital publique par manque de lits et de soignants.

 http://recherche.irsan.fr/fr/documentation/index/voir/155-Analyse-25-mars-2021-:-L’épidémie-de-Covid?19-a-eu-un-impact-relativement-faible-sur-la-mortalité-en-France&fbclid=IwAR0lgr2AlVWR1Ai0l_9lbQ633g7HgRqWVB2EVjoIbsWFrmQxwWN9huAqTAA

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.