pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

613 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 juil. 2011

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

fin de partie pour Athena Web

La Commission européenne a pris la décision de ne plus soutenir financièrement AthenaWeb.org - Your Science Video Channel http://www.athenaweb.org/. Le site disparaîtra de la toile le 31 juillet prochain, car sans fonds institutionnels Lab To Media ne peut maintenir les services et la diffusion des films, http://www.labtomedia.eu/fr/.

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Commission européenne a pris la décision de ne plus soutenir financièrement AthenaWeb.org - Your Science Video Channel http://www.athenaweb.org/. Le site disparaîtra de la toile le 31 juillet prochain, car sans fonds institutionnels Lab To Media ne peut maintenir les services et la diffusion des films, http://www.labtomedia.eu/fr/.

Ce site était destiné à la promotion de la science et regroupait entre autres presqu’un millier de films. AthenaWeb annonçait les événements et permettait aux professionnels des médias concernés par les Sciences d’échanger. En tout cas pour moi c’est à cela que cela servait. J'y allais pour voir, par exemple, ce qui existait sur les sujets qui m’intéressaient, nouer des contacts.

J’ai travaillé avec Kathleen Van Damme – qui avait créé ce site – tout au long de mon expérience de production du Magazine scientifique et technique d’ARTE, Archimède(s). La disparition de ce site, prouve que ce qui disparaît de la télévision, peut aussi, être effacé de la toile. La disparition de ce site démontre toute la distance qu’il y a entre les proclamations de propagande et la réalité des faits.

Vous pourrez encore ce week-end voir un film que j’ai réalisé pour la Communauté Européenne – et oui il faut manger et essayer de payer les pensions alimentaires – sur les nanotechnologies et qui explique clairement ce que c’est. http://www.athenaweb.org/nano-the-next-dimension-1000038/view. Si je tiens à écrire ce mot, ce n’est pas pour faire ma promotion personnel, mais pour rendre hommage à Kathleen qui fait un travail formidable, et qui m'a permis de trouver l’argent complémentaire indispensable à la survie du Magazine d’ARTE, et avec qui je ris, encore souvent, malgré tous les déboires de cette vie Européenne si décevante.

La nécessité de promouvoir les activités scientifiques n’est plus à démontrer. La science n'est pas une affaire d'opinion, c'est une approche réaliste au monde qui essaye de se donner des garanties pour valider sa démarche. Au vu de la complexité des problèmes, il est impossible de se faire idée juste à titre individuel. Nul ne peut être expert en tous les domaines. J’ai toujours été frappé de l’intérêt des scientifiques pour Archimédes(s) qui n’était destiné qu’au grand public (mauvais terme), mais à chaque fois que je leur posais la question, j’obtenais la même réponse : ils travaillaient sur un petit bout de connaissance, pas plus, et redevenaient des téléspectateurs normaux pour tout ce qui sortait de leur champ de compétence.

Dans un monde globalisé la recherche scientifique sous toute ses formes – la recherche fondamentale en priorité - est nécessaire pour relever les défis de l’avenir. Les applications des recherches scientifiques changent la vie quotidienne de chacun -sans que nous en soyons toujours conscient- les découvertes techniques et scientifiques apportent même la création de nouveaux métiers et de nouveaux emplois. Faut-il encore que les gouvernements et la communauté européenne s’occupent d’autres choses que de prêter la main aux banquiers et aux assureurs.

La baisse d'intérêt pour les enseignements et les carrières scientifiques qui touche actuellement les pays européens, doit être expliquer d’abord par l’imbécillité du système de rémunération et des choix de société qui fait que celui qui pratique l’activité la plus nuisible à la nation – le trader – reçoit la plus grande rémunération.

Le déclin de l’attrait pour les métiers scientifiques représente un danger pour la vie scientifique et économique de nos Pays. L'Europe n'arrive pas à combler l'écart avec les Etats-Unis et le Japon, ses principaux concurrents, sans oublier la Chine. Les jeunes scientifiques fuient l’Europe pour trouver des conditions de travail, de carrière et de vie bien meilleur aux U.S.A. (75 % des titulaires européens de doctorats américains). Nos chercheurs les plus reconnus sont amplement courtisés par les Université Chinoise. En septembre 2009, un groupe européen d’experts en prospective mis en place par la Direction générale de la recherche (DG Recherche) de L’Europe, indiquait que d’ici 2025, les centres de richesse, d’activité et de croissance pourraient se déplacer vers l’Asie. Les Etats-Unis et l’Europe pourraient perdre leur avance scientifique et technologique au profit de ce continent. La recherche scientifique est vitale pour l’activité économique mondiale.

De la même manière, l’enseignement, l‘éducation, l’information scientifique est toujours plus nécessaire pour le public européen. Aujourd’hui la Science fait la une des journaux et pas seulement pour l'annonce de découvertes. Depuis la catastrophe de Fukushima, par exemple, les inquiétudes, les interrogations, les débats, les questions d'éthique, les choix de sociétés, nous agitent. Toutes ces questions apparaissent comme de plus en plus confus et complexes.

Les questions scientifiques se doivent d'être expliquées, et comprises. L’appétit des connaissances et la curiosité sont d’autant plus grandes que notre présent et notre avenir semble se jouer dans les laboratoires scientifiques.

AthenaWeb apportait sa petite pierre à ce combat indispensable pour la compréhension de notre monde. Souhaitons que d’autres initiatives, plus nombreuses, plus riches, plus ambitieuses voient le jour pour répondre au défi de la transformation de notre terre. Souhaitons que nous arrivions à changer l’Europe pour que la direction libérale –absurde qui nous conduit dans le mur – des affaires cesse.

"HAMM. -J'ai connu un fou qui croyait que la fin du monde était arrivée. Il faisait de la peinture. Je l'aimais bien. J'allais le voir, à l'asile. Je le prenais par la main et le traînais devant la fenêtre. Mais regarde ! Là ! Tout ce blé qui lève ! Et là ! Regarde ! Les voiles des sardiniers ! Toute cette beauté ! (Un temps.) Il m'arrachait sa main et retournait dans son coin. Epouvanté. Il n'avait vu que des cendres. (Un temps.) Lui seul avait été épargné. (Un temps.) Oublié (Un temps.) Il paraît que le cas n'est... n'était pas si... si rare."

Fin de Partie de Samuel Beckett - page : 60 - éditeur : Minuit - date d'édition : 2009 -

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop