pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, programmateur à Tënk, etc...
Abonné·e de Mediapart

604 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2014

Un temps pourri

Les images ne mentent pas… Elles disent la vérité de la situation, nous avons besoin d'un Président Écolo. Si j’étais encore dessinateur de presse, je collerais toujours un nuage au dessus de François Hollande. Un nuage, avec une pluie lui fouettant le visage, des petits traits, rendant son visage complétement flou.  Un nuage qui permettrait de le distinguer au milieu des foules.

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, programmateur à Tënk, etc...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© pol

Les images ne mentent pas… Elles disent la vérité de la situation, nous avons besoin d'un Président Écolo. Si j’étais encore dessinateur de presse, je collerais toujours un nuage au dessus de François Hollande. Un nuage, avec une pluie lui fouettant le visage, des petits traits, rendant son visage complétement flou.  Un nuage qui permettrait de le distinguer au milieu des foules.

Depuis le premier jour de son élection celui-ci se trouve trempé sous des pluies battantes. Pas de parapluie pour le protéger lors des cérémonies d’investitures, en remontant les Champs Élysées. D’autres épisodes pluvieux et un discours prononcé sous l’eau, à l’île de sein, ce lundi 25 août 2014, pour commémorer la Libération de la France. « Ce n’est pas l’intempérie que nous redoutons le plus » dit le président avant de commencer à lire son discours et de composer un mot valise en qualifiant l’ile de porceau de terre  (un mixte entre portion et morceau ?) Cette pluie persistante, comme les lapsus, finit par dire quelque chose de précis. Est-ce que son service de communication cherche à montrer que l’homme se mouille ? Est-ce que le message porte sur la destinée du Président ? Toute cette flotte dont il n’est pas protégé, veut-elle dire qu’il va se noyer comme le suggère le proverbe breton, titre d’un film, sorti en 1974, Il pleut toujours où c’est mouillé. Ce film n’a pas eu beaucoup de succès, comme indique son titre et comme cela se passe aussi pour la Présidence de François Hollande.

Mais au delà de mon humour, affiché, je voudrais faire part ici de mon humeur, bien grise.

Les médias s’agitent depuis lundi à propos d’un remaniement. La Une de Médiapart, elle-même ,est pleine d’explication savante. Mais si nous écoutions la pluie, un instant. Il pleut sur Paris ce jour. La pluie nous le dit. Il n’avait jamais autant plu au mois d’août en France. Je ne veut pas dire que c’est un déluge- on comprendrait mal ma phrase. La pluie est dans l’image et personne ne la regarde.

Bref, il y a un nouveau gouvernement, François Hollande, avec son premier Ministre ont adopté – ce n’est pas nouveau-  la politique néolibérale qui détruit l’économie européenne et mondiale. Les banquiers, les financiers, les entreprises vont continuer à spéculer pour faire des profits au détriment des hommes et de la nature. La croissance ne reviendra pas… Et il pleut avec insistance. Il pleut et cette pluie nous dit simplement que le dérèglement climatique est bien installé. Il va pleuvoir plus, là où il pleuvait déjà, puis ces pluies deviendront plus violentes encore. Plus d’inondation, de glissement de terrain, de catastrophe. Ailleurs la sécheresse. Bientôt des ouragans, des tornades. Cela vient si lentement que nous sommes comme la fameuse grenouille qui ne sent pas que l’eau se réchauffe autour d’elle et qui mourra ébouillantée. Comme il a tort le Président – il a tort sur à peu près tout – de dire « Ce n’est pas l’intempérie que nous redoutons le plus ». Il devrait trembler, trembler pour son image d’homme trempé et déconfit, trembler pour ce qu’il laissera comme trace dans l’histoire. L’empreinte d’un petit politicien qui se préoccupe de rien d’important, dont le logiciel remonte à 1983 quand le néolibéralisme triomphait. Mais la modernité maintenant – si ce mot dégoûtant sert à quelque chose – c’est de se rendre compte que le dérèglement climatique va nous coûter très cher, que la mer monte et va engloutir toutes les côtes, que le pergélisol fond et laisse sortir par de grands effondrements le méthane jusqu’ici piégé dans la glace… Il devrait avoir peur, le Président, du ciel qui lui tombe sur la tête et apprendre, comprendre que la sixième extinction a commencé depuis longtemps… Mais aujourd’hui, elle pointe dans l’image. L’image ne ment pas. La pluie tombe Nous avons un besoin urgent d’une politique écologique, c’est vital. Est-ce qu’Emmanuel Macron ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, a appris ce que c’est que le pergélisol ? En tout cas, ils vont faire une politique qui ne fera pas tomber la pluie normalement. François Hollande, un Président normal, il ne fait pas la politique pour lequel il a été élu, normal diront les gens qui pensent que tous les hommes politiques sont pourris. Moi personnellement je ne crois pas cela, c’est le temps qui est pourri… Il serait temps de changer de politique qui nous mène à la catastrophe… Il pleut. Peut-être qu'ils ne feront pas la photo traditionnelle du nouveau gouvernement sur le perron, il risque de pleuvoir.

 http://www.elysee.fr/chronologie/#e7174,2014-08-25,deplacement-a-l-ile-de-sein  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran