Panique

Le 28 avril 1969, le Général De Gaulle, après avoir perdu son référendum/plébiscite, démissionne en envoyant un simple communiqué à 0h10 du matin. La légitimité de cet homme-là, ce jour-là, était pourtant bien grande. L'urgence aujourd'hui c'est le dérèglement climatique, et Emmanuel Macron propose de continuer comme avant, en accélérant son train de réforme.

Arrêt d'urgence © pol Arrêt d'urgence © pol
Je propose de prendre comme symbole de la nouvelle ère qui s'ouvre, le panneau d'arrêt des trains. Il faut de tout urgence stopper les néo-libéralaux qui accélèrent - entre autre chose - la "sixième extinction".

Pourquoi faut-il des personnes âgées à la tête de l'État? Pour leur expérience? Leur réseau? Leur sagesse? Probablement! Mais surtout parce que l'âge avançant, ils sont capable de lâcher prise... Ce qu'Emmanuel Macron ne veut pas! Pourtant il devrait - avec sa grande intelligence et quelques alarmes - se rendre compte que comme il est jeune, il pourrait bien se retrouver, dans quelques années, devant un tribunal international, inculpé pour crime d'écocide et crime contre l'humanité. 

La "crise" des Gilets Jaunes, lui a donné la possibilité de changer de cap  - je sais qu'il ne le peut, vue la manière dont il a conquis le pouvoir - et cette possibilité ne reviendra plus... Dommage pour lui.

La politique néo-libérale qu'il conduit, mène à la destruction de l'humanité, cela s'appelle la "sixième extinction". Elle n'a aucun sens... Je voulais dire "bon sens", elle est d'une courte vue! Même les ultra-riches ne vont pas se tirer de ce mauvais pas.

Le "ron-ron" médiatique fait que chacun s'empresse de répondre à chaque mot du Président, alors qu'il faut répondre à son silence abyssale en matière de dérèglement climatique.

La panique devrait s'emparer de toutes les rédactions des journaux, et des grands titres devraient barré - même à Mediapart - la Une de toutes les publications... Il faut de toute urgence arrêter le massacre de la biodiversité, la destruction de nos vies... Toutes les informations existent, toutes les solutions peuvent être mise en application. Le débat sur le dérèglement climatique a commencé bien avant la première publication scientifique, à ce propos, en 1895. La planète brûle et nous regardons Notre-Dame

Il est temps que nous arrêtions le train du néo-libéralisme et que nous trouvions un autre chemin, c'est vitale, c'est indispensable, comme disait Margaret Thatcher: "Il n'y a pas d'autre alternative"...

On aimerait qu'Emmanuel Macron suive la sagesse du Général de Gaulle et qu'il s'en aille. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.