pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

610 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 oct. 2014

Monsieur Chat n'est pas tombé dans la souricière

On se souvient qu’ici même j’avais appelé à la mobilisation pour Monsieur Chat, accusé par la RATP de dégradations. Il avait peint des chats dans les couloirs en travaux de Châtelet.

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, etc...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le chat a gagné © pol

On se souvient qu’ici même j’avais appelé à la mobilisation pour Monsieur Chat, accusé par la RATP de dégradations. Il avait peint des chats dans les couloirs en travaux de Châtelet. http://www.allcityblog.fr/59541-arrestation-de-m-chat/
Merci aux 21 052 signataires de la pétition en sa faveur. Ils ont sans doute participé à la décision du tribunal qui a « constaté la nullité de la procédure et renvoyé le parquet à mieux se pourvoir. »
Maître Agnès Tricoire a habilement expliqué que Monsieur Chat n’avait pas payé l’amende qui lui était demandé parce qu’il n’avait pas compris s’il était accusé d’une grosse ou petite dégradation. Les jeux de mots du droit sont aussi des affaires de culture. Elle a soulevé de jolis problèmes de procédure, dûs à l’abrogation de certains textes législatifs, auxquels je ne comprends rien (par manque de culture) c’est ce que le journaliste de Libération raconte, je n’y étais pas. Je soupçonne l’auteur de l’article de Libé (dont on trouvera  le lien en fin de mon billet) de ne pas tout comprendre non plus (à moins que je sois encore moins intelligent et cultivé que je ne le pense). En tout cas la RATP a perdu, il n’y a pas eu de dégradations du fait du peintre. De plus le Street art a gagné, dans cette affaire, une bataille, mais évidement pas une guerre. Personne ne pourra plus accuser un grapheur de vandalisme, sans essayer d'abord de réfléchir sur la qualité du support et le contenu de l’œuvre. Vous vous rendez compte ? C'est plus difficile que de lancer des grenades offensives.

Dans un pays comme la France, pour une fois la Culture gagne, contre les défenseurs d'un certain ordre… D’ici qu’on demande au Ministre de la Culture de lire l’œuvre complète de Patrick Modiano, il n’y a qu’un pas.

9 septembre 2014. © pol

En France, et à la RATP en particulier, on ne saurait plus utiliser les mots, les bons. Il suffit de regarder les avis dans le métro pour s'en persuader. "Incident voyageur à Auber, trafic ralenti sur l'ensemble de la ligne". Qu'est ce qu'un incident voyageur? Voyageur c'est un moment de la Technique? Incident technique cela un sens. On pourrait lire mieux : "Suite à des dégradations dues à un voyageur". Mais pour cela il faudrait que la RATP connaisse la valeur des mots. On peut affirmer aujourd'hui que grâce au jugement du tribunal, la prueve est faites que  certains en France, dont quelques personnes à la RATP ont à revoir leur vocabulaire.

Dans un pays pacifié, où les citoyens seraient respectés. Très certainement la RATP, moins concerné par le profit publicitaire, aurait engagé un artiste comme Monsieur Chat, pour agrémenter ces couloirs sinistres. Très certainement si le monde ne marchait pas sur la tête, Monsieur Chat recevrait la légion d’honneur pour avoir délicatement créé des jeux de pistes dans le monde entier, où son personnage au nez en forme de petit cœur et son sourire de chat d’Alice aux pays des Merveilles, nous encourage chaque matin. Tout le monde n'est pas Chris Marker qui avait suivi ces chats-là, à la trace. Mais nous sommes dans la France de François Hollande, où l’on fait tout pour la croissance et les entreprises du CAC 40. Est-ce que le gouvernement face à la dégradation du taux de chômage ne se trompe pas de mots? Peut-être que le Ministre de l'économie n'a pas la Culture nécessaire pour exercer sa lourde tâche. On aimerait une étude sociologique sur le personnel de Bercy. On t-il lu le rapport Meadows sur les limites de la croissance publié en 1972? Connaissent-ils sa réactualisation en 1993, Beyond the Limits. Confronting Global Collapse, Envisioning a Sustainable Future? Ont-ils pris connaissance du dernier opus en 2014,  Limits to Growth. The 30-Year Update? Ces Ouvrages - s'ils étaient lu - déclencheraient l'hilarité de toute personne entendant un discours d'un Ministre français parlant de  croissance. 

Mais le rire aussi, comme le sourire du chat, c'est de la culture.

On se souvient encore de la perplexité de tous devant l'éventuelle inversion de la courbe du chômage. Figure géométrique difficile à imaginer.

Est-ce que notre problème aujourd'hui ne serait pas cela un déficit culturel.

On n'emploie pas les bons mots, c'est plus facile pour ne pas respecter les personnes. Le mot dégradation à la RATP, évoque plutôt la qualité de l’air qu’on y respire (on aimerait qu’une analyse scientifique indépendante vienne nous dire ce que nous risquons quand nous nous engouffrons dans ces couloirs plein de la poussière soulevée par le passage des rames) plutôt que les peintures de Monsieur Chat… On aimerait parler de la dégradation de la qualité du transport et de ces incidents quotidiens signalés sur les téléviseurs du réseau RATP.  On aimerait parler de cet accident qui finira par arriver dans ce monde où le service public n’est plus la valeur à défendre bref…de réelles dégradations et pas des fantasmes des défenseurs d'un ordre d'un autre âge.  Parler de choses sérieuses, aller en Justice pour des questions importantes : La qualité de l'air, la sécurité, l'omniprésence des affiches publicitaires qui est insupportable etc... Plutôt que de demander 1 euro de dommage et intérêt, après en avoir éxigé 1800 euros - comme amende -la RATP serait bien inspirée de faire peindre une fresque à Monsieur Chat, dans les couloirs, un travail d'intérêt général. Ah oui j'ai oublié Monsieur Chat n'a pas été condamné, c'est fou les mots cela nous entrainent à écrire des bêtises.
 http://www.liberation.fr/societe/2014/10/29/les-poursuites-contre-l-artiste-m-chat-declarees-nulles_1131934

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier