pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, programmateur à Tënk, etc...
Abonné·e de Mediapart

601 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 août 2021

Les traîtres mots

C'est la rentrée, et tous les éditorialistes voudraient nous faire croire que tout continue comme avant. Pourtant, pendant que certains essayaient de suivre l'adage "vacances! J'oublie tout!" le Monde a changé définitivement.

pol

pol

Pierre Oscar Lévy, réalisateur de documentaires, programmateur à Tënk, etc...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

capture d'écran sur BFMtv © Pol

"On veut retrouver la vie normale" raconte Jean Castex, pendant un déplacement qui se voulait savamment mis en scène. On se demande bien à quoi sert cet homme là? Il se ballade en bougeant frénétiquement sa tête pour placer devant des caméras des déclarations sans gloire. Le gouvernement ne pourra pas affirmer qu'il y a 50 millions de vaccinés, en France, ce 31 août, c'est un échec de communication, mais sinon cela n'a aucun sens. Le nouveau variant C.1.2 est apparu en Chine, en Nouvelle-Zélande, à l'île Maurice, en Afrique du Sud, au Royaumes-Unis, si la France n'est pas dans la liste c'est probablement parce que notre pays n'a pas les moyens nécessaires à le détecter. La liste divergente de contrées touchées permet de rire jaune quand on écoute les déclarations du Premier Ministre qui ne sert à rien.

Depuis que le Marketing a remplacé la politique, il est facile de comprendre pourquoi une partie de nos concitoyens ne peuvent adhérer à aucun discours de l'exécutif, trop de storytelling tue la crédibilité. 

De plus celui-ci parle toujours à côté de la plaque. " On voit que cette quatrième vague, on va parler avec prudence, est maîtrisée, on va dire à ce stade, contrôlée." Drôle de phrase, où le premier Ministre ne dit pas "je"  et bégaie, une chose qu'il sait fausse. Depuis le début la communication gouvernementale, payée rubis sur l'ongle à des conseillers en communication, échoue à convaincre, tombe à plat, ment délibérément.

Il en est fini des "jours heureux" qui ne reviennent pas. S'en est terminé de "l'immunité collective". La "crise" sanitaire comme un jour sans fin continue. Et elle continuera. Le camarade Mélenchon l'a parfaitement dit, dimanche, il s'agit d'une zoonose, liée à la destruction de la biodiversité, et elle va perdurer jusqu'à la prochaine, tant qu'il existera de l'élevage industrielle dans le Monde. "Grave" comme dit la communication gouvernementale qui nous présente l'obligation de vaccination en disant "On peut parler de tout, sauf des chiffres."

Parlons de chiffres pourtant, et discutons de la biodiversité? Non?

Chaque phrase prononcée par n'importe quel Ministre va être emportée - tôt ou tard - par la réalité du Monde, des chiffres, de ce qui se passe. Il n'y a pas un traître mot qui soit compréhensible, parce que ne sont pas les bons, et parce qu'ils ne parlent pas de la réalité scientifique de la question... On attend l'explication d'Emmanuel Macron sur les Zoonoses.

Les communicants, les jolis éléments de langage ne serviront en rien de digues, mais au contraire de pièces à convictions. C'est très bien de se faire vacciner, mais cela n'a qu'un temps, si l'ensemble des habitants de la Terre ne sont pas vaccinés en même temps. Il aurait fallu dés le départ lever les brevets des vaccins pour que le premier fut efficace. C'est très bien de confiner, mais cela ne sert à rien, si un vaste programme de reconstruction de l'hôpital, de réinstallation de lits, et de formation de soignants n'est pas fait "en même temps". Toutes les phrases prononcées sont fausses, parce qu'elles ne sont pas là pour décrire un combat, mais seulement pour gagner du temps. La nécessité de renforcer l'hôpital est une évidence quand on voit les crises sanitaires qui nous attendent... Mais le gouvernement préfère donner des milliards aux constructeurs automobiles ou aux grandes entreprises d'exploitations de l'énergie fossile, plutôt que de mettre des fonds "quoiqu'il en coûte" dans un hôpital indispensable.

Mais voilà en plus... on pourra dire que le mois d'août 2021, est la date historique de l'entrée dans le nouveau Monde, celui qui bannit les mots pour ne rien dire. Le Giec a fourni l'agenda... la ligne de crête, l'horizon, et il faut être un "traître" à sa Patrie, à sa famille, à son pays si on n'en tient pas compte. La zoonose, la pandémie de la Covid 19 s'inscrit dans l'histoire de la "sixième extinction" c'est un processus commencé en même temps que la Révolution industrielle. Demandez à Lewiss Carroll, il vous parlera de la disparition du DODO. Depuis le 9 août 2021, le GIEC a dit les mots, les vrais. Le reste ne sera que diversion, traîtrise, déni.

Quand on voit le plus grand désordre se faire autour de la Présidentielle, et que personne à part quelques verts, et Mélenchon, ne parle du GIEC, il faut dénoncer tous ces messieurs qui voudraient nous endormir avec le "grand remplacement"," l'insécurité" ou je ne sais quoi d'autre que ce sont des paroles de communicants qui ne correspondent en rien à l'urgence. Toutes ces fables n'existent que pour masquer l'essentiel.

Notre grand Président a "chié" sur les principes universels du droit d'asile que la tradition républicaine française a défendu en premier; il a prononcé des phrases terribles qui représentent une vraie traîtrise par rapport à nos valeurs. Je ne répéterais pas des mots traîtres qu'il a essayé ensuite d'atténuer.

Le Ministre de l"éducation a lancé une campagne qu'il voudrait intitulée sous le titre de laïcité, alors que c'est une lamentable campagne raciste, sur l'intégration et l'assimilation...Ce sont des mots traîtres qui font du mal à nos valeurs.

Je ne vais pas continuer à donner des exemples. La communication de ce gouvernement va à l'encontre des principes même de la République, contre nos valeurs, ce sont des déclaration qui n'utilisent que des traîtres mots.

Il faut cesser d'être dans le déni, et de dire de jolies phrases en utilisant une langue fourchue.

L'Occident a perdu la guerre en Afghanistan, la France aussi. Les occidentaux ont abandonnés leurs alliés à qui ils avaient promis aide et protection. La parole occidentale est démonétisée, que va-t-il se passer au Mali, au Niger ou ailleurs pour ce qui nous concerne. Les mots n'ont pas été suivis des faits. Ce sont des traîtres mots. La France a abandonné bien trop de ses "collaborateurs" pour ne pas avoir honte de sa parole.

L'Occident a créé une dette immense depuis la révolution industrielle, et rien n'est fait, malgré les accords, les traités. rien ou pas grand chose. Pour ce qui est de la France, les condamnations pleuvent, et Emmanuel Macron a trahi en faisant croire que les propositions de la Convention Citoyenne seraient reprises "sans filtre"

Il faut s'arracher le filtre, le voile, les traîtres mots qui empêchent de voir qu'en cet fin de mois d'août nous sommes à la croisée des chemins, c'est maintenant où jamais. Il n'y aura pas de session de rattrapage.

La "vie normale"?  Justement, nous n'en voulons plus, nous voulons changer de société, pour accueillir tous ceux que le droit international oblige à recevoir, nous voulons changer la société pour espérer ralentir le dérèglement climatique et empêcher la sixième extinction. Nous ne voulons plus des traîtres mots  et du débats stériles politiciens qui tournent autour d'absence de problèmes.

Encore un exemple Emmanuel Macron va visiter Marseille, qu'il décrète la légalisation de l'usage du cannabis et d'autres drogues et les enfants de cette cité cesseront de mourir; et la vie normale ne sera pas cette guerre des gangs imbéciles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
En Tunisie, la jeunesse déshéritée en attente des promesses de Kaïs Saïed
À Jebiniana, une localité du centre de la Tunisie historiquement à gauche, de nombreux jeunes attendent beaucoup du président depuis son coup de force du 25 juillet. Mais rien de bien tangible ne se concrétise.
par Lilia Blaise
Journal — International
Pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG qui se consacre à documenter les crimes de la période soviétique. Et met ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement