Pour une France insoumise au nucléaire civil et militaire

Ce n'est pas, à regrets, la thèse du livret "Défense" de l' "Avenir en Commun" que nous avons ouvert pour vous.

Qui veut la Paix prépare la paix. 

De ce point de vue, d'emblée nous disons OUI à la sortie de l'OTAN,  au refus de "toute alliance militaire permanente" et au rapatriement des divers corps expéditionnaires français. Après, les choses se compliquent.

Le livret "Défense" de la France Insoumise ne prévoit ni plafonnement ni baisse du budget militaire, mais le maintien de l'arsenal nucléaire, et un "coup d’arrêt immédiat à la diminution des effectifs combattants professionnels". Aucune velléité de début de reconversion civile de notre industrie d'armement. Le livret "Défense" de la France Insoumise prévoit aussi le retour de la conscription civile ET militaire (1), et en bonus, le lancement d'une "industrie de défense spatiale" ! 

En voici les extraits les plus significatifs (2) .

Les trois co-auteurs déplorent " l’austérité budgétaire [qui]  n’a pas épargné notre outil de Défense. La multiplication des guerres est allée de pair avec la réduction des moyens réels alloués aux armées, épuisées par cette contradiction."

( "Une France indépendante au service de la paix" - p.8 )

"Le projet de nouvelle loi de programmation militaire (...) sortira des logiques purement comptables : la question déterminante ne sera pas « combien ça coûte », mais « de quoi avons-nous besoin ? » Cette approche rompt à la fois avec la politique d’austérité qui touche nos armées, et avec la course strictement comptable aux 2 % du budget du PIB consacré à la Défense. Les moyens alloués à la Défense dépendront des objectifs stratégiques."

( "Une France indépendante au service de la paix" - p.23 )

" La dissuasion nucléaire restera un élément de notre protection en l’absence d’accord de désarmement multilatéral. L’urgence pour le quinquennat est de revenir sur les altérations subies par la doctrine de dissuasion depuis plusieurs années, via par exemple le soutien accordé au bouclier antimissile de l’Otan dirigé en particulier contre la Russie. "

( "Une France indépendante au service de la paix" - p.24 )

" l’indépendance exige une industrie de défense spatiale permettant à la France de maintenir son rang international dans ce domaine crucial de souveraineté."

( "Une France indépendante au service de la paix" - p.25 )

Il est donc proposé de "relancer les processus multilatéraux de désarmement nucléaire et conventionnel dans le cadre de la Conférence du désarmement de l’ONU" .

Sous la proposition diplomatique convenue, rien d'autre dans ce programme que le dogme réaffirmé de la dissuasion nucléaire, aggravé par le pouvoir exhorbitant d'un seul individu d'enclencher la procédure décisionnelle du feu nucléaire.

Sur ce privilège accordé aux chefs d'Etat, en France et dans un certain nombre d'autres puissances nucléaires, voici un propos trop méconnu, tout-à-fait hallucinant à mes yeux.

Lors de la campagne présidentielle de 2012, Monsieur Mélenchon avait bien voulu répondre sans détours à une question formulant l'hypothèse d'un recours effectif à la bombe atomique, dans un questionnaire adressé à tous les candidats par l' Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire. L'ensemble est toujours en ligne ici : http://www.acdn.net/spip/spip.php?article725&lang=fr

On en extrait les propos suivants :

" ... De la même façon, je ne peux m’engager à ne jamais utiliser d’arme nucléaire contre quelque peuple que ce soit, cet engagement serait de mon point de vue contre-productif pour la cause de la paix que je défends."

Devenu président du groupe LFI à l'Assemblée Nationale, il assûmait en ces termes le mercredi 10.10.2017 lors de la séance des questions orales  :

JLM défend le modèle de la dissuasion presse-bouton JLM défend le modèle de la dissuasion presse-bouton


Vous avez bien lu. La doctrine impitoyable du chantre marseillais de la Paix et de l'amitié entre les peuples pose qu' il n'y a pas de peuples amis.
Sur ce point philosophique et politique assez fondamental, on touche à la roche-mère propre à toutes les variétés de patriotes, dans les tréfonds de l'histoire.

Il convient d'indiquer ici que des voix favorables à l'abandon programmé de la doctrine de dissuasion et au désarmement nucléaire unilatéral (3)  porteuses d'espoirs plus substantiels que la continuation du jeu diplomatique onusien, essaient de se faire entendre y compris au sein de la FI.(4)

De son côté l'association antinucléaire Greenpeace, a examiné soigneusement les programmes des candidats, et produit les observations  suivantes :

" L’arme nucléaire n’est pas abordée explicitement dans le livre-programme de Jean-Luc Mélenchon. Mais dans une de ses vidéos récentes, il s’oppose à la prolifération. S’il se dit favorable au fait que les armes nucléaires disparaissent de tous les arsenaux militaires et salue le volontarisme de la Chine à l’ONU sur ce sujet, il ne se positionne pas précisément sur le Traité international de l’ONU pour l’interdiction des armes nucléaires pourtant actuellement en discussion. La France a voté contre alors qu’il s’agit d’une immense opportunité de s’engager vers un arrêt de la prolifération."

"Par ailleurs, alors que les dépenses militaires connaissent des heures glorieuses suite aux tensions internationales, Jean-Luc Mélenchon n’évoque pas ce point. Greenpeace est opposée à l’augmentation de ces dépenses, les investissements devant être prioritairement orientés vers les urgences sociales et environnementales. Rien n’est dit non plus sur les enfreintes régulières de la France à la législation internationale sur le commerce des armes. Des sujets pourtant essentiels pour construire un monde en paix."

En conclusion :

  • On ne peut pas prétendre à la fois sortir du nucléaire civil et maintenir un arsenal nucléaire au top technologique,
  • On ne peut pas prétendre oeuvrer à la paix tout en mettant sur pied une "industrie de défense spatiale",
  • On ne peut pas prétendre oeuvrer au désarmement tout en figurant dans le peloton de tête des pays exportateurs d'armes ( la France était le deuxième exportateur mondial en 2015)

 


  Notes

En 2017, selon IHS Markit, la France a réalisé 5,2 milliards de dollars de livraison d'armes, devenant le troisième marchand de mort mondial après les États-Unis et la Russie, à peu près de même importance que la Chine. Dans le budget voté pour 2018 et prélevé de nos contributions, la Défense (32,44 milliards d'euros) se voit accorder un montant vingt-six fois plus élevé que la Santé (1,24 milliards d'euros). La hausse annuelle prévue pour le budget de la défense (soit 1,7 milliards) est à elle seule supérieure à ce dernier budget.

(1) Sur le rétablissement du service militaire, cf B.Girard : Pour les candidats à la présidentielle : le vieux rêve d'une jeunesse encasernée

(2) Le terme "insoumis", dans l'acception originelle des tribunaux militaires, désignait hier encore les appelés réfractaires. Ceux-ci se refusaient à servir l'armée, ils risquaient la taule, et ils n'agitaient pas des drapeaux tricolores. Gloire à ces éclaireurs, et m... à toutes les armées !

(3) Un seul candidat, Philippe Poutou, est partisan de l’abandon de la bombe atomique

(4) Contribution de Bernard Cottaz-Cordier, co-secrétaire du Parti de Gauche du Tarn : Défense : une politique concertée de désarmement nucléaire

Campagne "Nucléaire, le désarmement c'est maintenant !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.