Vaccinations Macron fait le mauvais choix

La fabrication des vaccins nécessaires pour protéger tout le monde demandera des mois, il faut donc choisir les prioritaires. Monarc a décidé : les vieux seront les premiers. Pourtant cela n'est pas la bonne stratégie contre la pandémie, la meilleure prévention pour les personnes à risques est de leur éviter tous contacts avec des personnes contaminées.

Report de mon billet du 25/11/2020 dans l'édition : De République à Bastille.

--

La fabrication des vaccins nécessaires pour protéger toute la population demandera des mois. Il faut donc fixer des personnes prioritaires. Notre Monarc a décidé : les vieux bénéficieront en premiers du vaccin contre la Covid. Pourtant cela n'est nullement la meilleure stratégie contre la pandémie. la meilleure prévention pour les personnes à risques est d'abord de leur éviter tous contacts avec des personnes contaminées.

Les personnes âgées sont moins réceptrices à tous les vaccins et traitements par leur système immunitaire usé, donc les résultats risquent d'être décevant. Et des morts naturelles risquent d'être prisent pour des conséquences du vaccin. Tout cela risque de décourager le reste de la population de se faire vacciner à son tour. (A moins que notre décideur supprême compte faire des cobayes de toutes ces bouches inutiles pour le système consumériste). En fait, la meilleure prévention pour les personnes à risques est d'éviter les contacts avec des personnes contaminées.

En choisissant les personnes âgées (dont je suis), Macron vient déjà de donner une mauvaise orientation pour la solution générale de cette crise humanitaire et économique. Les prioritaires, des prioritaires pour la vaccination, devraient être les SOIGNANTS, des médecins aux aides soignants, en passant par les infirmières, les personnels des EHPAD, les aides à la personne à domicile et même les familles visiteuses des maisons de retraite. Les soignants sont les plus suceptibles d'attraper et de transmettre le virus, ce sont donc eux qui doivent être protégés en premier. Les soignants sont surtout INDISPENSABLES pour soigner les autres. Selon la logique d'austérité du gouvernement, ils devraient donc être "économisés" pour pouvoir continué à être exploité toujours plus. Il n'y a donc aucune logique a les éloigner de la vaccination comme tel est le choix du gouvernement.

Après les soignants, devraient être vacciner toutes les personnes qui travaillent avec le public, des chauffeurs de bus aux caissières, en passant par les policiers, les profs et tous ceux côtoyant beaucoup de monde dans leur travail. Ainsi que toutes les personnes qui voyagent beaucoup, d'un pays à l'autre, qui peuvent véhiculer les diverses souches du virus, comme les chauffeurs routiers qui devraient aussi être vaccinés au plus vite. Ensuite c'est tous ceux qui prennent les transports en commun, pour aller travailler, qui devraient être incités à se faire vacciner.

Le mode d'administration des vaccins est très important pour que les personnes volontaires puissent faire facilement cette vaccination. Le plus pratique serait de faire des campagnes de vaccination DANS LES ENTREPRISES ou les administrations. Campagnes organisées comme les dons du sang, qui sont collectés dans des camions spécialisés installés devant les entreprises. Les salariés volontaires pourraient ainsi se faire vacciner PENTANT LES HEURES DE TRAVAIL. Ce serait un grand soulagement, tant pour le personnel que pour les employeurs qui seraient rassurer sur les risques de contagion.

Ce n'est qu'au prix d'une CAMPAGNE CIBLÉE SUR LA CIRCULATION DU VIRUS  que nous pourrons stopper l'épidémie au plus vite. Alors que même en vaccinant les millions de vieux, le virus continuera à toucher le reste de la population où il est très handicapant même si moins mortel et où il implique des restrictions économiques ruineuses.

Après les masques, les tests, maintenant les vaccinations, encore une fois ce gouvernement illogique risque de nous faire perdre la chance de sauver des vies et l'économie avec ses mauvais choix de vaccinations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.