Pr Djamel Labidi
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2021

Algérie: La véritable révolution

La célébration du deuxième anniversaire du Hirak ainsi que les manifestations qui ont eu lieu dernièrement ont fait rebondir le débat et la confrontation sur la question des voies et moyens du passage à la stabilité démocratique en Algérie.

Pr Djamel Labidi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Car telle est la vraie question. Les gens, les partis et courant politiques, ne se différencient pas par rapport aux grandes finalités nationales: indépendance, souveraineté, progrès social, développement économique, démocratie etc.. En effet,  qui pourrait bien être contre. Ce qui différencie les gens, c'est la façon d'y parvenir, les moyens. Par exemple la démocratie par le pouvoir des urnes ou celui de la rue. Le développement économique par l'économie administrée ou l'économie de marché etc.. Là sont les véritables confrontations, qu'elles soient clairement assumées ou cachées.

Ce serait une erreur de penser que le passage à la démocratie  se ferait un peu comme on passe, à un moment historique donné, sur une autre rive, comme on arrive à bon port. En fait, les débats, les confrontations, les luttes actuelles chez nous, sont ce processus lui-même, un processus d'accouchement, et il se fait non sans douleur. Nous sommes bien placés pour le savoir, car ce processus dure, en fait en Algèrie,  depuis des décennies, probablement depuis la fin du parti unique et les premières élections libres de 1991. Toute la question, et peut être la plus importante, est justement de tenir compte de ce capital historique douloureusement acquis. C'est précisément toute l'intelligence  de la société algérienne de l'avoir fait, en trouvant avec le Hirak, la voie pacifique de solution de la crise politique dans notre pays.

                                                  De l'Afrique aux États- Unis

En fait cette crise politique autour  de la question de la démocratie  n'est pas spécifique à l'Algèrie et il est bon de la relativiser. Elle se pose un peu partout dans le monde, en étant d'ailleurs singulièrement attisée par le contexte de la pandémie, qui accélère partout le besoin de changement, et en révèle la nécessité.

En Afrique, partout, il y a des confrontations autour des élections législatives ou présidentielles; on assiste partout à la contestation des résultats,  à la dénonciation de fraudes électorales supposées ou réelles, à la réapparition de clivages régionaux, à la  recherche d'organes, d'institutions d'arbitrage : commission électorale, conseil constitutionnel, Cour suprême etc.

Il faut noter ici  l'importance cruciale pour la démocratie de ces mécanismes d'arbitrage. Leur rôle est vital ,  pour empêcher que les conflits se transforment en confrontation violente, pour maintenir l'unité de la société grâce à la gestion démocratique, c’est-à-dire pacifique, des contradictions sociales.

Aux Etats Unis par exemple, aux élections présidentielles de l'année 2000, l'écart entre les deux candidats, le républicain Gorges W Bush et le démocrate Al Gore est infime, 537 voix en faveur du républicain dans l'Etat décisif de Floride.  La Cour suprême refuse le recomptage de voix et proclame vainqueur le candidat Bush. On saura plus tard que le recomptage de voix  aurait été  en faveur de Al Gore. Le candidat démocrate  s'est pourtant soumis à la décision.

En France,  Roland Dumas, confie, qu'en 1995, le Conseil constitutionnel qu'il présidait,  aurait pu invalider l'élection de Jacques Chirac à la présidence de la république française car ses comptes de campagne  étaient manifestement irréguliers. Il ne l'a pas fait et il dira plus tard qu'il a ainsi "sauvé la République".

 En Cote d'ivoire, aux élections présidentielles de 2011 le nombre de voix est aussi très proche entre les deux candidats Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. Le Conseil constitutionnel donne la victoire à Laurent Gbagbo. Mais, là,  la France intervient en faveur d'Alassane Ouattara, candidat proche de la France .C'est l'exemple même du rôle destructeur des ingérences étrangères qui empêchent ainsi le déroulement d'un processus historique endogène, interne à un pays,  de construction de la démocratie et de ses mécanismes.

                                                       La Constitution

Et parmi tous ces mécanismes, il y en a un, qui, d'évidence, détermine tous les autres: La Constitution.

Plus de deux siècles après leur naissance, les Etats Unis d'Amérique sont amenés à le vérifier. Qu'est-il reproché, à la fin,  au président Trump, si ce n'est d'avoir agi ou tenté d'agir contre l'ordre constitutionnel,  d'avoir  utilisé la violence contre le pouvoir législatif symbolisé par le Capitole, de ne pas avoir donc respecté la séparation des pouvoirs en voulant imposer par la force la volonté du pouvoir exécutif au Congrès, de ne pas s'être soumis aux principes constitutionnels de l'Etat de droit en  remettant en cause le résultat des élections malgré sa validation par les instances constitutionnelles. Jusqu'à l'armée elle-même qui avait jugé bon de faire savoir , le 13 janvier 2021, dans une lettre rendue publique du Haut commandement militaire signé par les sept généraux et l'amiral constituant l'Etat major interarmées, que "Tout acte contraire au processus constitutionnel est non seulement contraire à nos  traditions ( des Etats Unis), à nos valeurs et à notre serment, mais aussi à la loi".

Il y avait donc deux démarches par rapport à la crise politique que vivaient les Etats Unis, l'une "révolutionnaire", par la rue, à travers la marche sur le capitole,  par laquelle  les manifestants se proclamaient  représentants de  la volonté du peuple souverain, et  l'autre s'appuyant sur la stricte légalité constitutionnelle. Laquelle est "révolutionnaire" et laquelle est "réactionnaire", ""conservatrice" ? On le voit donc, le problème n'est jamais épuisé, même dans l'une des plus vieilles démocraties .A travers cet exemple, il parait clair qu'un mouvement n'est pas révolutionnaire, dés lors qu'il s'exprime, dans la rue, comme il n'est pas conservateur du moment qu'il défend les institutions.

Tout dépend du contexte. Quel est-il en Algèrie ? Compte tenu de notre histoire depuis l'indépendance, une histoire marquée par des coups d'Etat, par des violations de la Constitution, par  le non respect des résultats du suffrage universel,  la véritable révolution ne serait-elle pas celle du respect absolu de la légalité constitutionnelle, non pas pour plus tard comme certains le proposent, mais de suite, dés à présent, et pour l'avenir. N'est ce pas ici la véritable démarche révolutionnaire ? N'est ce pas là la meilleure protection interne, celle d'une loi suprême pour arbitrer les conflits, et assurer la paix civile.  Mais n'est-ce pas aussi une protection externe dans nos rapports, avec le reste du monde, et notamment par rapport aux ingérences étrangères toujours à l'affut.

Mais qui dit Constitution, dit recours au suffrage universel pour régler la question du pouvoir.

                                                     La crainte des urnes

La crainte des urnes n'est pas et  n'a jamais été une ligne de clivage ni de démarcation   entre pouvoir et opposition en Algèrie. On a pu toujours trouver  des partisans et des adversaires du recours aux urnes aussi bien dans le  pouvoir, que dans l'opposition.

D'une manière générale, les forces politiques qui sont enracinées dans la société ou qui ont le vent en poupe, sont pour les élections. Elles y ont tout à gagner. Elles en ont besoin pour affirmer leur présence et leur influence. Par contre, d'autres forces sociales, elles,  n'ont jamais eu  besoin d élections, ni d'ailleurs de la démocratie, pour affirmer leur influence dans les appareils de l'Etat et du pouvoir. Elles vivent donc souvent  le recours aux urnes comme le danger de se retrouver minoritaires. C'est dans ces forces qu'on trouve l'argument que la démocratie ne se résume pas à des élections, ainsi que celui de la fraude.

C'est ce  dernier argument  qui est le plus souvent avancé pour refuser des élections. C'est un argument faible. En effet, il devrait avoir pour conséquence logique de réclamer des mécanismes contrôlables de gestion des élections. Ce qui est, étonnamment, rarement le cas. Par contre, cet argument de la fraude  a souvent servi aux bureaucraties politiques à la tête de certains partis à masquer leurs échecs et à se maintenir en poste. D'ailleurs, l'influence d'une force politique se manifeste d'évidence dans une société en dehors même d'élections. Leurs succès électoraux  sont attendus sans qu'il y ait besoin de sondages d'opinions. Cela a été le cas des "Frères musulmans" en Egypte, qui ont, de suite d'ailleurs, demandé des élections après les grandes manifestations populaires,  le cas du FIS en Algèrie, celui du FFS, notamment aux élections en 91,

Les bureaucraties se trouvant à la tête de certains partis craignent particulièrement le recours aux urnes, d'ailleurs aussi bien dans leur partis que dans la société. L'existence d'une bureaucratie politique a touché chez nous aussi bien les partis au pouvoir que les partis de l'opposition.  Des indicateurs comme la persistance pendant des décennies des  mêmes dirigeants dans un parti, l'absence de démocratie en son sein , sont significatifs des bureaucraties politiques.

Le Hirak ne s'y est pas trompé qui a rejeté les partis bureaucratiques en bloc. Ce phénomène de rejet n'est pas propre à l'Algérie car on l'a retrouvé cette dernière décennie un peu partout dans le monde aussi bien avec les mêmes refus, symbolisés par le célèbre "dégage" tunisien", qu'avec l'émergence de nouveaux mouvements en dehors des partis traditionnels avec notamment une expression  populiste,  aux États Unis et en  'Europe.

Il y a  donc  des raisons sociales et politiques à la peur ou au rejet des élections. Il peut y avoir aussi, dans le cas de l'Algérie, des motivations, appelons-les, "régionalistes". Par exemple le courant berbériste séparatiste boycotte régulièrement toutes les élections. Son argument est que dans un vote national, la Kabylie est forcément minoritaire et ne peut donc satisfaire ses aspirations. Il n'a de cesse de tenter d'influencer dans ce sens l'opinion kabyle, et même  le courant berbériste nationaliste, attaché à l'unité de l'Algérie. Cet argument est bien discutable. Il faudrait préciser, en effet, quelles sont les aspirations de la Kabylie qui ne pourraient être satisfaites dans le cadre national au même titre que les autres régions. Il faudrait préciser aussi quels avantages pourraient apporter la séparation, par rapport à ceux apportés par l'unité nationale, sans parler de la profondeur historique et émotionnelle du sentiment d'appartenance à une patrie qui s'est construite et libérée dans une lutte générale et solidaire, et donc des douleurs et des dommages terribles que pourrait causer le divorce pour les enfants d'une même patrie. Rien n'autorise à dire enfin, qu'un grand homme politique, comme l'a été Ait Ahmed, ou un parti politique, issus à l'origine de cette région, ne pourraient pas, et peut- être pour cette raison même,  offrir à la nation, à toute la nation, et plus loin au Maghreb,  la synthèse politique de ses valeurs, de sa culture , et du projet démocratique dont ils ont  besoin.

La réponse des divers partis  à l'annonce désormais faite de la tenue d'élections sera donc  révélatrice de ce qu'ils sont, de  leur enracinement social et politique, de leur confiance en eux-mêmes, et de leurs réponses non pas aux exigences de la démocratie en théorie, mais à ses besoins pratiques,  à un moment historique. Le recours aux urnes est, par définition, en tout temps et en tout lieu, la sortie d'une crise politique par le haut.

Dans la décision de dissoudre Assemblée nationale, il y a une certaine audace, car rien n'obligeait le pouvoir  à le faire. Elle oblige à des élections et donc au risque de voir arriver au pouvoir  l'opposition, sous des formes diverses et peut-être  inattendues..

Certes, il ne faut pas exclure des manipulations qu'elles viennent du pouvoir ou d'ailleurs. Mais telle est la règle du jeu. C'est à chaque force de les affronter. La démocratie n'est pas seulement un mode de gestion politique des contradictions sociales mais aussi un combat. On ne peut pas exclure que des forces, pour des motivations diverses et parfois inverses les unes des autres,  puissent agir en faveur du boycott ou de l'abstention. L'abstention a été peut être l'élément majeur de la gestion électorale dans notre pays à part de brefs épisodes comme en 1991. Tout dépendra de la perception par la majorité de l'opinion de ces élections comme un facteur réel de changement. Et ceci dépendra aussi bien de l'attitude et de la sincérité du pouvoir que de celles  l'ensemble des forces politiques intéressées à la tenue d'élections démocratiques.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau