L'islamophobie en gants blancs

J'ai écouté le discours récent du Président Emmanuel Macron, le 4 octobre dernier, sur «les séparatismes». L'impression qu'il m'en reste peut se résumer en quatre mots: deux poids, deux mesures.

Le discours est  au départ humaniste, civilisé, et, même,  disons-le, élégant. Il se refuse à instrumentaliser contre les musulmans la laïcité, et à  réduire celle-ci , au final , à une caricature d'elle même. Il fait l'analyse sociologique des causes de la révolte et du développement de  l'islamisme dans les quartiers dits difficiles. Il les voit dans les inégalités et dans la marginalisation sociales. Mais le discours se termine, pour son côté concret,  par une série de mesures discriminatoires. C'est dommage. Une islamophobie bien pensante, élégante, en gants blancs.

Le thème du discours, celui des" séparatismes" est, au début, mis  au pluriel. Il  se veut ainsi non discriminatoire. Mais ce pluriel s'efface vite pour laisser la place au thème réel, au seul objet du propos, lui au singulier : "le séparatisme islamiste".

- Lorsqu'il s'agit de contrôler les financements des mosquées et des associations religieuses, ou culturelles c'est de l'Islam qu'il s'agit .

- Lorsqu'il s'agit de contrôler le  recrutement ou la formation des hommes de religion il s'agit des imams.

- Lorsqu'il s'agit du contrôle des  établissements scolaires étrangers en France,  il s'agit de ceux des pays arabo-musulmans, notamment  des pays du  Maghreb.

Bref.  Une série de mesures discriminatoires envers les musulmans de France , et même les arabes,  ou ceux censés l'être …à première vue. La discrimination : là est le fond du problème, là est la source des problèmes Et elle s'accroit au moment même où on déclare vouloir la combattre.

                                            Des mesures discriminatoires

- Une série de mesures concerne le contrôle du  financement des lieux de cultes musulmans et des associations religieuses et culturelles musulmanes. L'argument essentiel est  que des financements viendraient de l'étranger, d'autres pays musulmans notamment. Pour les autres cultes le problème n'est même pas évoqué.

Une enquête du journal français "Libération" révélait  que c'est une idée reçue que celle du financement du culte musulman par des Etats étrangers: 70 à 80% des sommes viennent de collectes parmi les fidèles. Quant au reste, l'argent venant de l'étranger (mécènes et Etats) il va principalement aux grandes mosquées,  ce qu'on appelle les "mosquées cathédrales" et qui sont loin d être des lieux de "l'Islam radical".  ("Libération", 3  novembre 2016, six idées reçues sur le financement  des mosquées et des cultes musulmans"). Le même rapport signale que c'est une autre  idée reçue que de  penser que ces financements proviennent  de  l'Arabie saoudite ou du Qatar mais qu'ils provenaient des pays d'origine des musulmans en France, principalement de  l'Algérie et du Maroc et dans une moindre mesure de  la Turquie.

Par contre, une organisation comme "le Fonds social juif unifié", créé en 1950 en France, peut dire ouvertement sur son site, qu'Israël finance ses programmes éducatifs et  sociaux sans qu'on trouve officiellement en France à redire ( cf. site internet "Appel unifié juif de France " ).

C'est le cas aussi des Eglises évangélistes françaises  qui ont des relations étroites avec leurs consœurs à l'étranger, en particulier aux Etats Unis. Elles entretiennent plus de 350 missionnaires à l'étranger et  tout un réseau notamment en Afrique francophone, ainsi qu'en Algérie et dans tout le Maghreb,  à travers le MENA (" ministère évangélique  parmi les nations arabophones").  On évaluait en 2005  entre 20 000 et 30 000 le nombre, en Algérie,  de protestants évangéliques issus de l'Islam ( cf. "cairn.info, les protestants évangéliques français, 2005 ).

Ailleurs, ces financements  ne sont  pas dramatisés à outrance: c'est ainsi qu'en Algérie,  la basilique de Saint Augustin à Annaba et l'Église "Santa Cruz" à Oran  ont été rénovées avec la participation de l'État algérien mais aussi de donateurs étrangers ( États,  comme l'Allemagne,  et mécènes). Personne n'a crié au scandale.

-  Un autre train de mesures vise à  la formation "nécessairement en France" des hommes de religion.  L'argument est le refus qu'ils viennent de l'étranger.  Mais ceci vise uniquement   les imams.

Il suffit simplement de signaler, à ce propos,  qu'en 2012, on recensait 1689 prêtres étrangers catholiques  dans les diocèses de France ( cf. Wikipédia, "Eglise catholique en France" ).

Il est exigé, par ailleurs, des imams qu'ils aient un bon niveau de français. Exige-t-on un bon niveau d'arabe des moines et des prêtres chrétiens en Algérie et au Maghreb. Exige-t-on qu'ils officient en arabe, ce qui serait au fond possible , comme cela se fait au Liban, en Irak, en Syrie, en Egypte pour ce qui est des coptes. Mais personne ne le demande et c'est tant mieux.

 En Algérie, et dans d'autres pays arabes et musulmans, les prêtres, les moines viennent bien souvent d'autres pays, notamment de France, sans que personne ne s'en formalise.

Ces mesures sont présentées au nom de la défense de l'Etat laïque. Elles annoncent en fait  son effondrement. En effet, sa base même, la séparation de l'Eglise et de l'Etat, s'affaiblit ainsi peu à peu, pour laisser la place au contrôle de l'Etat sur la religion dés qu'il s'agit de l'Islam. D'ailleurs le socle de la laïcité en France,  la loi de 1905, va être modifiée pour la première fois depuis 115 ans, à cause de …l'Islam.

- Il y a enfin aussi les mesures concernant le contrôle des établissements scolaires, notamment les lycées, dépendants  d'autres Etats, comme c'est le cas des lycées et établissements algériens en France. Les dispositions, à ce sujet,  sont particulièrement choquantes. Le président Macron est allé, là aussi,  jusqu'à parler du contrôle du niveau de français des enseignants. S'il y a bien des lycées importants, influents socialement et culturellement  au Maghreb, et ailleurs en Afrique, notamment à travers la formation des élites, ce sont bien les lycées français. Exige-t-on en Algérie, un contrôle du niveau en arabe des enseignants français..

Le 24 juillet 2020, Au Liban, devant la banqueroute financière de l'Etat, le ministre des affaires étrangères, Jean Yves le Drian, avait tenu à annoncer une aide de 15 millions d'euros …."aux écoles francophones, pilier du système éducatif" ( cf. le Monde, "En visite dans un Liban en crise, Jean- Yves Le Drian ), 25 juillet 2020 ). Il faut donc rapprocher ceci de cela.

 Les mesures annoncées ou prévues sont  discriminatoires au sens plein du terme. Elles n'ont même pas pour argument la réciprocité car,  en face, la tolérance est bien plus grande quoique certains en pensent. Mais de cela, l'opinion en France n' est pas informée.

En fait tout cela prend sa source dans  une vision complètement fantasmatique, paranoïaque "d'une invasion et d'une menace arabo-islamique. Cette vision  semble, désormais,  gagner les plus hautes sphères françaises. "Il faut libérer l'Islam en France des influences étrangères", a proclamé le président Macron dans son allocution. On a l'impression d'une razzia sur le sol français. S'il y a menace et invasion et si ces mots pouvaient avoir un sens, elles ne sont certainement pas du côté de l'Islam ou du monde arabe. Imaginons une France, où la plupart des écoles et lycées auraient une grande partie de leurs programmes en arabe. Imaginons une France où la moitié des universités enseigneraient en arabe. Imaginons une France où une grande part des affaires, des échanges commerciaux se dérouleraient en arabe. Imaginons une France, où les Français dans la rue parleraient arabe. Et bien, c'est ce qui se passe en Algérie et au Maghreb ou au Liban, et ailleurs en Afrique, mais au profit du français. S'il y a menace sur l'identité, s'il y a problème civilisationnel, ce n'est surement pas le cas pour la France. Soyons sérieux.

Dans cette vision inversée de la réalité, qui sert hélas de pensée à une  partie des élites françaises, dans cet esprit rejoignant celui moyenâgeux  des croisades, dans cette  véritable aliénation à une représentation  fantasmatique de l'Islam , dans cette peur pathologique, on se demande comment pourrait progresser une pensée rationnelle, progressiste, comme c'était le cas en d'autres temps comme au siècle des lumières. La pandémie du Corona a joué à cet égard  un rôle révélateur, dévoilant  l'effondrement de l'esprit scientifique, le glissement vers l'irrationnel, vers la pensée magique,  vers des théories complotistes à la recherche tôt ou tard de boucs émissaires, et cela dans des pans entiers de la société, y compris la plus instruite, y compris dans des milieux traditionnellement progressistes.                                                 

                 "Charlie Hebdo" et le "droit au blasphème"                                                                                                        

J'écoutais ainsi , le même jour, celui du 4 octobre, sur BFM TV, l'interview de Riss, Directeur de publication de Charlie Hebdo. C'est comme si l'actualité traçait un trait entre les deux événements, cette interview et le discours du Président Macron.

Riss est un personnage attachant, s'il en est. Et pourtant,  soudain,  il dit, signe du climat dominant, et sans qu'on comprenne la logique de son propos : " L'existence de Dieu n'a jamais été démontrée scientifiquement. C'est une hypothèse."  Comment peut-on raisonner de cette façon. On voit donc l'approche intellectuelle qui a servi aux caricatures du prophète.Si l'existence de Dieu n'a pas été démontrée, son inexistence l'a-t-elle été ? Si elle n'a pas été démontrée, c'est précisément pour cela qu'elle est une croyance. Si l'existence de Dieu était démontrée, ce ne serait pas une croyance mais une certitude. Si elle avait été prouvée, serait- elle une foi ? Aurait-elle alors, d'ailleurs, un sens ? A-t-on démontré que deux droites parallèles ne se rencontrent jamais, ou, ce qui revient au même,  se rencontrent à l'infini? Mais c'est pourtant un postulat.  

Vision scientiste primaire qui veut, encore une fois, confronter science et religion, rationalité et foi, deux domaines différents de la connaissance, l'un objectif, l'autre subjectif, comme la science et l'art. C'est la même erreur que font des croyants lorsqu'ils veulent faire entrer en compétition  science et  religion, le fini avec l'infini. Mais passons.

Ce qu'il y a peut être à noter, c'est qu'avec une telle approche , on ne peut que passer à côté des  autres aspects  des réactions aux caricatures du prophète, de leurs  déterminants  sociaux, culturels, historiques, et s'en tenir  au fond à une approche bien pauvre.

L'acte insensé, monstrueux, barbare de ce jeune Pakistanais devant les anciens locaux de Charlie hebdo aurait-il été possible s'il n'avait pas été obligé de quitter son pays , dont le voisin, l'Afghanistan, est  ravagé par la guerre, menée par des armées "civilisées" dont l'armée française. On apprend même à l'occasion que des unités de sécurité intérieure françaises comme le GIGN sont en opération de guerre en Afghanistan.

Ce qui complique toujours les choses et les rend inextricables c'est que le bourreau diabolise sa victime, la "barbarise", indiens d'Amérique arrachant "les scalps", "fellaghas égorgeurs"  en Algérie, Mau Mau  à la machette au Kenya etc…et que la victime, la vraie,  finit souvent par ressembler,  elle-même,  à la caricature que le bourreau en donne. Alors,  qu'on ne nous dise pas seulement, comme toujours,  que "rien ne peut justifier de tels actes". D'accord. Mais tout ce qui se passe , hélas, dans le monde,  peut aussi les expliquer. Que la  dénonciation de tels actes  ne soit pas le moyen, comme toujours,  d'empêcher toute explication, c’est-à-dire  d'empêcher de penser, de réfléchir.

Le problème c'est quand on confond, dans une approche laicarde, la religion en tant qu' institution et la religion en tant que ferment culturel, spirituel, moral  de la protestation contre la domination étrangère ou sociale. Qu'on regarde bien: derrière toute protestation violente contre les caricatures du prophète, il y a toujours des groupes sociaux qui souffrent de discrimination sociale ou des pays qui souffrent de la domination étrangère.

On s'inquiète en France  de "l'invasion islamiste". On s'étonne de la présence d'Afghans, ou de Libyens, sur le sol français. Mais y a- t-il des troupes militaires afghanes en France comme il y  a des troupes françaises en Afghanistan ? Combien de morts, femmes,  enfants confondus, ont fait les actions de guerre françaises et autres en Afghanistan ? Les bombardements sur la Libye, dont ceux de l'aviation  française, ont fait des milliers de morts. Y a- t-il eu des actions de guerre libyenne sur la France. Et la liste est longue, ponctuée de dizaines de milliers de victimes, et de souffrances sans nom.

Le vrai courage, la vraie liberté d'expression ne sont-ils  pas de dénoncer tout cela. Sont-ils, au nom d'une tolérance bien pensante, de dessiner des caricatures anti- islamiques, et de caresser ainsi dans le sens du poil une certaine opinion étroite et chauvine, ou bien consistent-ils à affronter les vraies limites à la liberté d'expression: celle par exemple de dénoncer le sionisme en France. Mais sur ce point, c'est la tolérance zéro et il est interdit définitivement de penser. Qu'on se souvienne de ce qui est arrivé à Dieudonné, devenu officiellement un pestiféré, pour son jeu de mots "Isra-Heil ! " sur un plateau de télévision, ou du  dessinateur  "Siné" congédié de "Charlie hebdo" pour avoir caricaturé le fils de l'ex président Sarkozy se convertissant au judaïsme. C'était pourtant dans les deux cas de l'humour, celui dont se réclame le journal "Charlie Hebdo", celui du "droit à plaisanter de tout".

Étrange droit que ce "droit au blasphème" qui est revendiqué. N'a-t-il pas finalement pour fonction de cacher derrière la revendication d'une liberté de pensée totale, la soumission en réalité aux paradigmes de la pensée dominante en France et une intolérance de fait, celle là   en gants blancs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.