Pr Djamel Labidi
Abonné·e de Mediapart

40 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 nov. 2021

Le déclin français

Le thème du "déclin français" et son corollaire "le retour de la grandeur de la France" est devenu, directement ou indirectement, de la droite à la gauche des forces politiques françaises, le sujet majeur de la vie politique française.

Pr Djamel Labidi
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce "déclin français",   avec ses composantes de  peur, d'amertume, ces interrogations  sur l'avenir, domine, sans le dire,  depuis des années le climat politique et la vie intellectuelle française. Il a nourri, au fur et à mesure,  un nationalisme d'autant plus malsain qu'il est fait de dépit,  de peur de l'autre, de xénophobie, de perte de confiance en soi.

Avec la crise du Corona,  ce sentiment de déclin s'est accentué:  on y retrouve, pèle mêle jetés, le scandale des masques, le paracétamol et les autres pénuries  de médicaments de base, les difficultés de production de l'oxygène, l'échec de la France, "la seule parmi les grandes puissances,  à ne pas  produire un vaccin anticovid" , mais aussi les déboires militaires au Sahel décidément trop grand pour les capacités françaises, "l'irrespect" manifesté par  l'Algérie comme le dénoncent des hommes politiques français,  l'arrogance du Royaume Uni sur l'affaire des zones de pêche, l'affaire du contrat de vente de sous-marins avec l'Australie etc.. etc..

Si on n'a pas en vue ce sentiment de déclin, on ne peut comprendre, par exemple,  la réaction extrême française à cette dernière affaire. La désinvolture, voire l'indifférence aux intérêts français manifestée par ses alliés, ont vexé la France. Encore plus, lorsque ce manque de considération s'est confirmé dans l'annonce d'un traité d'alliance Indopacifique entre les États Unis, le Royaume Uni et l'Australie, conclu sans que la France ne le sache et d'où elle est exclue . Cela ne pouvait mieux confirmer ce sentiment de déclin. C'est comme si la France était obligée, désormais clairement, de prendre conscience de sa place dans les rapports stratégiques mondiaux.

        Mais qu'y a-t-il en réalité derrière cette question du déclin

En effet, si on considère la question de plus près, on pourra s'apercevoir, vite alors, que le mot "déclin" est inapproprié. Il sert à masquer, en fait, une nouvelle réalité qui détermine et qui déterminera probablement  la place de la France, comme celle d'autres pays naguère dominants,  dans les rapports entre nations.

Le mot déclin remplit alors une fonction: celle du déni de cette réalité ; cet angle d'approche, cette lecture de la situation française par le déclin,  va s'imposer à toutes les forces politiques,  de gauche comme de droite, aussi bien dans la dénonciation de ce déclin,  que dans la  recherche de ses responsables, ainsi que dans la nécessité de le refuser  et de redonner à la France, "la place qui est la sienne".  Le président Macron parle de" redonner sa grandeur à la France". Éric Zemmour clame que "la France  n'est pas la France si elle n'est pas hégémonique" . Jean Luc Mélenchon tonne que La France est" le 2eme domaine maritime du monde avec 10 millions de km2 , qu'en 2050 cinq cent millions de personnes parleront le français dans le monde " grâce à la présence de la France en Afrique, et que "la France ne ressemble pas aux autres puissances car sa mission est universelle" . Le nationalisme fait rage.

De façon générale, tout le discours politique reflète ce souci,  cette obsession  de redonner sa puissance à la France que ce soit dans les approches économiques  de réindustrialisation de la France,  culturelle à travers  la francophonie, ou militaire à travers l'attachement à une présence à l'extérieur, même si les moyens ne le permettent plus.

Car tout cela n'est d'évidence plus possible. La place de la France, et aussi de l'Europe, dans le PIB mondial a été pendant deux siècles  une sorte d'exception  historique, liée à la révolution industrielle européenne. Celle-ci a fait que des  pays relativement petits,  du point de vue de leur étendue géographique et de leur population, ont pu  dominer d'immenses pays grâce, à la fois, à leur puissance technologique et militaire et à leur unité nationale . Qu'on regarde la carte du monde , ceci saute aux yeux et laisse songeur. Avant la révolution industrielle,  des pays comme la Chine et l'Inde représentaient 50% de la production mondiale. On sait que le facteur démographique est, en dernière instance, le facteur déterminant des rapports entre groupes humains. Aujourd'hui avec leurs trois milliards d'habitants, ils reprennent progressivement leur place mondiale. C'est aussi simple que cela. C'est aussi le cas progressivement d'autres régions du monde. Il ne s'agit donc pas d'un "déclin", mais d'une évolution historique en quelque sorte normale, d'un retour à l'ordre des choses.

                                         Le déni de la réalité

De la même manière,  la France, et d'autres pays européens, vont reprendre historiquement tout simplement leur place naturelle dans le concert des nations du monde. Et c'est une bonne chose, y compris pour la France. Les  autres nations dans le monde  se trouvent-elles dévalorisées d'être à leur place, de ne pas être  hégémoniques. L'Allemagne s'est trouvée bien plus respectée de ne plus l'être, et de consacrer ses forces à sa prospérité , bien que …la tentation  hégémonique n'est jamais bien loin. D'autres pays, fameux par leur qualité de vie, et leur niveau civilisationnel, se trouveraient-ils diminués d'être comme tout le monde , des pays "normaux" . Sont-ils de "petits pays" ou bien au contraire des pays admirés.

Mais en attendant, malheur à celui qui dirait  en France  tout simplement "voilà c'est la réalité de ce que nous sommes actuellement, le monde a évolué". Il n'aurait plus aucune chance politique dans un climat où domine le nationalisme sous sa forme la plus négative, la plus dangereuse, celle de l'amertume, celle d'un sentiment de déchéance par rapport à un statut désormais dépassé.

 Le déni de la réalité est toujours dangereux, que ce soit pour un individu ou pour un groupe social. Il entraine toujours à des pathologies. La  réalité est niée, refusée, insupportable pour bien des forces politiques française, et même, pourrait-on dire par l'opinion publique française en général. D'où ce pourrissement de la situation politique, d'où cette propension à chercher des boucs émissaires à cette situation, émigration, arabes, musulmans, "politiciens- traitres".

 Cette fausse conscience de déclin  pourrait expliquer des phénomènes inquiétants en France comme l'exacerbation du racisme, la généralisation du sentiment de haine, la haine des autres mais aussi la haine de soi. Au contraire,  les sociétés en plein essor  sont caractérisées par le sentiment de solidarité et l'optimisme pour l'avenir.

 Ce déni de la réalité peut expliquer aussi,  et c'est intéressant à noter, ce refuge vers le passé, vers l'Histoire de France , chez bien des intellectuels français actuellement.  Dernièrement, au cours du débat qui les opposait,  aussi bien Jean Luc Mélenchon qu' Éric Zemmour ont fait assaut de références à l'Histoire française, chacun de leur point de vue évidemment, mais ce passéisme est en lui-même significatif. La rencontre de toutes les forces politiques autour de la personnalité du général de Gaulle, représentant prestigieux s'il en est du nationalisme français, et leurs disputes autour de l'appropriation de son héritage est  elle aussi significative.

                   L'idéologie du déclin et son instrumentalisation

Comme pour beaucoup de civilisations qui se tournent vers leur grandeur  passée pour oublier leur présent, cette relecture de l'histoire française devient alors une sorte d'opium du peuple pour retrouver les vertiges de puissance d'antan. Pendant longtemps "le chauvinisme de grande puissance", pour reprendre une expression chinoise,   avait permis de gérer les classes populaires, et de les entrainer,  malgré des résistances vite vaincues, dans les aventures impériales. Aujourd'hui,  la réactivation de ce passé cherche à atteindre exactement les mêmes buts.

Une rhétorique, une idéologie du déclin et de ses causes sont élaborées. Elle va se diffuser, s'enraciner dans l'opinion publique. On va appeler dramatiquement le peuple à se mobiliser contre le danger de déclin. Cette idéologie va servir à la fois à masquer les causes réelles de la situation, c’est-à-dire l'évolution du monde, et à produire un nationalisme exacerbé. Plutôt que s'adapter au monde et à ses nouvelles réalités, tout sera fait pour les refuser. Là réside le danger principal de cette idéologie du déclin aussi bien pour les français que pour leurs amis dans le monde.  La France doit faire un aggiornamento, un délicat passage vers l'avenir. Ici, l'entrée dans la modernité, signifie , pour elle,  revoir complètement l'image qu'elle a d'elle-même et du reste du monde, ne plus gaspiller ses forces dans des objectifs de domination voués tôt ou tard à l'échec, se libérer de ces forces négatives qui ne cessent de l'entrainer vers le bas, adapter ses objectifs à ses moyens, ne plus avoir des objectifs de domination mais seulement de bien-être et de progrès pour son peuple. Y a -t-il plus belle utopie ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social