Pour un « droit au kiff » ! Non à la sélection à l’entrée de l’Université !

Ce matin, j’ai entendu sur BFM que certains bacheliers méritants ne pourront pas entrer à l’Université pour la raison suivante : c’est déjà plein. Alors excusez-moi mais c’est déjà l’excuse qu’on leur sort quand ils veulent aller s’amuser en boite. « C’est déjà plein ». Ca commence à bien faire ! Ils font comment les jeunes pour kiffer alors ?

Comme ils disent sur BFM, tout ça est vraiment trop injuste !

Rendez-vous compte : ces jeunes se tuent à la tâche pendant toute leur scolarité dans l’unique but d’obtenir 10,01/20 au bac et de pouvoir enfin aller kiffer leur life à la Fac : choisir un cursus qui les intéresse vaguement même s’il n’y a aucun débouché, mais surtout quitter le domicile familiale, fumer des joints tranquillement et choper des minettes, tout ça pour 500€ par an et plein de réducs.

Pourquoi refuser cela à une partie d’entre eux sous prétexte que « C’est déjà plein » ? Pourquoi une partie seulement des bacheliers aurait droit à cette période salvatrice avant l’entrée traumatisante dans la vie inactive ?

Mais ce qui m’énerve vraiment, c’est cette histoire stupide de sélection à l’entrée de l’Université.

Quelle drôle d’idée. Pourquoi seuls les plus travailleurs auraient le droit de kiffer ?

Et puis pourquoi devrait-on empêcher ou décourager les jeunes de s’inscrire dans des cursus sans débouchés ?

Posez-vous la question de manière honnête, qu’est ce qui est le plus classe ?

  • Dire « Je suis hôtesse d’accueil »
  • ou dire « je suis hôtesse d’accueil mais j’ai une licence de psycho quand même tavu ».

Mon ami Charles-Edouard il m’a dit « Diantre, dans ma prépa pour l’ENRS, l’Ecole Nationale de la Reproduction Sociale, nous ne sommes point confrontés à cette typologie de problème ». Et il a ajouté « Grand Dieu, je préfère mille fois que la sélection continue à se faire sur l’origine sociale et non pas sur les notes ! Hahaha ! ».

Oui, il a fini sa phrase par un petite rire sardonique, « Hahaha ». Je ne sais pas ce qui l’amuse autant, Charles-Edouard...

Attention : cet article est potentiellement satirique

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.