Je suis un angoissé du territoire

J'ai une carte du monde dans mes chiottes. Chaque fois que je vais m'y poser, je la regarde.

J'ai une carte du monde dans mes chiottes. Chaque fois que je vais m'y poser, je la regarde. Une carte du monde, c'est comme une toile de Kandinsky : au début on est un peu perdu, et à force de la regarder on se met à en saisir toute la perfection.

Un Kandinsky

Ces frontières dessinées avec précision (quoique l'Afrique est un peu baclée), et tous ces petits confetis qui baignent dans une immensité bleue, ça a de la gueule quand même.

Alors quand on me parle de la partition d'un pays, ou de l'absorption (même consentie) d'un territoire par un Etat voisin, c'est le genre de truc qui me fait flipper. Franchement, touchez pas à mon Kandinsky!

  • La scission de la Belgique. Ca m'émeut. J'en pleure. D'accord, ils peuvent pas se blairer et ne parlent pas la même langue, mais je ne sais pas pourquoi, cette idée de scission sent la catastrophe!
  • La partition de l'Ukraine? Pensez-vous, ce serait un cataclysme! Je ne sais pas pourquoi, parce-qu'après tout je ne connais rien à cette région, mais rien que d'en parler, je frémis.
  • L'absorbtion consentie de la Crimée par la Russie? Ce désastre absolu! C'est une blague? Ce serait comme rajouter une troisième main à la Venus d'Urbin, le sacrilège!
  • Et c'est pareil pour toutes les actus que je vois à la Télé sur les mouvements autonomistes ici et là, les guerres civiles ici et là, et les agitations ethniques en Afrique. Quand il s'agit de remettre en question "l'intégrité territoriale" d'un Etat, je sombre aussitôt. L'intégrité, c'est quand même important non? Remettre en cause l'intégrité de quelque chose, c'est l'humilier! Aaaaah ça y est, je suis énervé!!!

Eh, je vous ai pas dit?... j'ai aussi une carte de France dans ma cuisine. Et quand je vais faire ma vaisselle, je la regarde avec mes yeux d'amoureux.

La France, ses frontières, cette perfection immuable à l'Etat pur... Elle est belle dans ses pourtours, délicatement hexagonaux, et même dans ses formes intérieures : ses régions sont un régal, ses départements, un délice, et ses communes, un contentement absolu... ah... quel enchevêtrement enchanteur.

  • Je vais vous dire... la fusion des Normandies, c'est probablement la suggestion la plus terrifiante que je connaisse. Pourquoi Rouen prendrait le dessus sur Caen? Sur ma carte, ils ont la même taille, et c'est assez harmonieux je trouve.
  • On parle aussi de faire disparaitre la Picardie ou le Limousin. Cette idée est tout bonnement génocidaire. Brrrrrr.
  • La disparition de l'échelon départemental ou la fusion des communes, je ne veux pas en parler. J'ai commis une tentative de suicide la dernière fois que j'ai entendu un débat à ce sujet et j'ai encore des séquelles. C'est vraiment une idée épouvantable. Supprimer des communes, c'est inhumain, je ne veux pas vivre dans une France qui perdrait la moitié ou les 3/4 de ses petites localités.

En fait, toutes les tentatives ou les idées qui visent à modifier la carte du monde ou la carte de France telle que je les connais actuellement provoquent chez moi un effroi sans pareil.

Je suis un angoissé du territoire.

Dernièrement, avec ce danger de partition de l'Ukraine, j'ai vraiment été secoué. J'ai pris cher.

Alors j'en ai parlé à mon psy.

Il m'a écouté avec l'air blasé de celui qui connait déjà vos problèmes alors que vous n'avez même pas fini de les exprimer, et il m'a derechef diagnostiqué 3 maux :

  • Il m'a dit que j'étais faussement persuadé que la fin de la guerre froide et la décolonisation avaient sonné la "fin de l'histoire" et forgé une carte du monde parfaite et immuable. Il m'a indiqué que le monde continuait de tourner et d'évoluer depuis les années 80, et que les seuls qui croyaient à la "fin de l"histoire" étaient ceux qui étaient eux mêmes finis.
  • Il m'a diagnostiqué également un traumatisme historique, causé par les soubressauts de mon propre pays. Vous savez, ces frontières nationales qui n'ont cessé d'être modifiées dans l'histoire : l'Aquitaine aux anglais, l'Alsace-Lorraine aux allemands, tout ça m'a vraiment traumatisé selon lui. Il m'a expliqué qu'il fallait davantage envisager les variations de frontières d'un Etat comme un ballon qui se gonfle et se dégonfle, et non comme un puzzle qui serait complet ou incomplet. Mais j'avoue ne pas avoir vraiment saisi ce point.
  • Il m'a aussi accusé d'être un peu has-been, un peu "XXème siècle", et d'être trop attaché au concept d'Etat et à l'idée de territoire. Il prétend que l'Etat est un monstre juridique du passé et que les territoires avec leurs frontières, leurs douanes, et leurs beaux gardes qui prennent la pose, c'est plus trop à la mode. Je lui ai fait remarquer que plein d'Etats matérialisent leurs frontières avec des murs et des barbelés, mais il m'a rétorqué que tout cela ne faisait que retarder l'inévitable (et en + de manière pas très sympathique).

Et puis mon psy m'a filé une nouvelle carte du monde pour remplacer celle qui est dans mes chiottes.

Elle est bizarre sa nouvelle carte : il n'y a pas de frontières étatiques. Toute la régularité de la division géographique mondiale a disparu. Pas de confettis, pas de pavements multicolores et exclusifs. Non. Au lieu de ça, il y a tous les flux de marchandises et de capitaux, et les migrations. Ca fait des sortes de flèches de couleurs plus ou moins épaisses qui fusent de partout et parcourent tout le globe... assez spécial quoi...

Il m'a dit qu'avec cette nouvelle carte, j'allais voir les choses différemment, et j'allais être moins angoissé face aux débats actuels sur la partition de l'Ukraine, les problèmes en Centrafrique, ou toutes les guerres civiles qui naissent partout. Sur ma nouvelle carte, l'Ukraine est perdue au milieu de plein de flèches qui s'entremêlent, et je doute en effet que la partition du pays y change grand chose.

Je ne sais pas si je vais guérir grâce à ses conseils, mais je vais essayer de toutes mes forces, parce-que ma vie est vraiment difficile.

Un angoissé du territoire*


* un vieil occidental quoi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.