Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2015

Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

Un Revenu Maximum Acceptable : au-delà des limites symboliques

Si la première décroissance doit bien être celle des inégalités, la portée de la mise en place d'un Revenu Maximum Acceptable va bien au-delà de la sphère de l'économie. Allié à une Dotation Inconditionnelle d'Autonomie, le RMA amorce une profonde réflexion vers des sociétés souhaitables et soutenables. Les co-auteurs d'Un Projet de Décroissance développent ici l'intérêt sociétal de cet outil.

Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si la première décroissance doit bien être celle des inégalités, la portée de la mise en place d'un Revenu Maximum Acceptable va bien au-delà de la sphère de l'économie. Allié à une Dotation Inconditionnelle d'Autonomie, le RMA amorce une profonde réflexion vers des sociétés souhaitables et soutenables. Les co-auteurs d'Un Projet de Décroissance développent ici l'intérêt sociétal de cet outil.

Proposer une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (DIA) couplée à un Revenu Maximum Acceptable (RMA) s’inscrit dans la démarche proposant un outil économique, social et d’émancipation, permettant d’initier des modèles de sociétés soutenables mais aussi souhaitables. Cet outil permet ainsi d’échapper aux effets de récessions toujours plus dures supposées nous faire retrouver de la croissance.

Au-delà d’un simple correctif, ce couple de mesures vise à susciter dialogues et débats sur ce qu’est le « vivre ensemble », sur la manière de créer « plus de liens » sans pour autant créer « plus de biens ». Au-delà de permettre à toutes et tous de vivre dans des conditions dignes et sereines, l’instauration d’une Dotation inconditionnelle d’Autonomie couplé à un Revenu Maximum Acceptable est un outil pour imaginer d’autres rapports entre nous, et entre nous et la nature. C’est se donner des limites pour adopter des comportements plus mesurés, pour donner une autre chance à notre humanité.

Cela passe par la réduction des inégalités parce que la Décroissance vise avant tout la Décroissance des inégalités. Certes, en étant reçue par tou-te-s sans plafond de ressources, mais imposable et donc recouvrable entièrement par la fiscalité, la DIA réduit les inégalités. Surtout, elle pourrait les rendre acceptables. En effet, le RMA pourrait paraître obsolète avec une DIA en vigueur, puisque tout le monde disposerait des conditions matérielles pour vivre dignement et décemment. Les inégalités seraient alors moins choquantes. Ce serait réducteur, car le RMA est également un moyen de réduire l’impact écologique insoutenable du mode de vie des plus riches. Il s’agit d’éviter de scandaleux gaspillages et d’outrancières pratiques, qui ne peuvent être généralisables et, surtout, qui ne peuvent plus être considérées comme un idéal à atteindre par le reste de la population.

Le RMA va au-delà des nécessaires bienfaits de mesures de justice sociale et de justice environnementale. En supprimant le mode de vie des plus riches, actuellement à la fois considéré comme quelque chose de normal et surtout comme modèle de vie et de bonheur à suivre et à atteindre(1), un RMA contribuerait à participer à une décolonisation de nos imaginaires consuméristes. Il s’agit aussi de rompre avec les effets pervers de cette rivalité ostentatoire. Vendu par la publicité et les médias, ce modèle a pour effet de faire accepter la présence de telles inégalités, de frustrer toujours plus, et ainsi de nous transformer en consommateurs compulsifs jamais rassasiés, courant après une illusion de bonheur censée passer par toujours plus de consommation. Le RMA s’inscrit totalement dans l’idée de réviser nos comportements, nos choix de vie et nos modèles.

En 2009, en France, dans leurs rôles de casseurs de tabous et afin d’ouvrir un débat, les listes Europe-Décroissance proposaient un rapport de 1 à 4 entre le revenu minimum (avec une DIA équivalent euros) et le RMA. De son côté Europe-Ecologie-Les-Verts a proposé un rapport de 1 à 30 et le Parti de Gauche un rapport de 1 à 20. Cette proposition peut paraître extrême dans une société où l’argent est devenu roi. C’est pourquoi il est important de rappeler que ce type de mesures a déjà existé, notamment après la crise de 1929 et au moment de la seconde guerre mondiale aux Etats-Unis d’Amérique. En 1942, Franklin Delano Roosevelt déclarait : « Aucun citoyen américain ne doit avoir un revenu (après impôt) supérieur à 25 000 dollars par an ». (2)

Vouloir un revenu maximum n’est pas synonyme de vouloir « casser du riche ». Ce n’est pas non plus faire preuve de populisme envers les populations les plus défavorisées. Même s’il s’agit d’un signal fort de notre volonté de changement, vouloir un revenu maximum, c’est surtout vouloir une autre société pour laquelle le maximum n’est pas uniquement symbolique.

Vouloir un revenu maximum, c’est déjà amorcer un projet de Décroissance.


(1) Thorstein Veblen, Théorie de la "classe de loisirs" (1899), reprise par Hervé Kempf dans son livre Comment les riches détruisent la planète, Seuil, Paris, 2007.

(2) Citation reprise dans le texte de Jean Gadrey, Quand les écarts de revenus furent enfin plafonnéshttp://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20111026_ecarts-de-revenu-en-2112.pdf.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère