Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2020

Ingénieurs et Décroissance ou l'urgence de ralentir

Dans ce texte collectif, nous proposons un retour sur notre projet «Décroissance et ingénierie» mené au cour de l'été dernier à Cargonomia. Nous y présentons les résultats de nos réflexions et expérimentations. L'expérience nous apprend, que pour aller vite, il faut ralentir... Nous vous donnons aussi rendez-vous à Paris, à la Base, le 5 février (et aussi à Clermont-Ferrand et Lille...).

Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la mi-octobre, était présenté à Bruxelles un nouveau rapport, un de plus, démontrant l'impossibilité physique de concilier croissance économique et soutenabilité environnementale. On le sait, tous les indicateurs écologiques, du changement climatique à l'effondrement de la biodiversité, sont au rouge. Il n'y pas besoin d'avoir fréquenté les « grandes écoles » pour comprendre qu'une croissance infinie dans un monde fini n'est pas possible. C'est une absurdité. Et pourtant, cette obsession quantitative reste au cœur de nos enseignements, de nos métiers. Toujours plus d'innovations techniques pour résoudre toujours plus de problèmes qui découlent de ce toujours plus. Cette fuite en avant mortifère nous amène toujours plus vite droit dans le mur écologique, mais aussi économique, politique, humain. Plus que jamais, il y a urgence à ralentir pour se poser les questions du sens de nos vies, de notre rapport à l'autre et aux dominations, à la technique et à l'économie, aux limites.

Nous vous invitons à débattre autour de cette expérience le 5 février à la Base, à Paris, à 18h30.
Et aussi le 4 à SIGMA, à Clermont-Ferrand et le 11 à l'Ecole Centrale de Lille

Un été à Cargonomia, quand la pratique nourrit la théorie

C'est ce que nous avons fait collectivement le temps d'un stage à Cargonomia, centre de recherche et d'expérimentation sur la Décroissance à Budapest. Nous avons pris le temps de nous arrêter pour contempler, lire, réfléchir, nous rencontrer, nous remettre en question, nous écouter. Notre sujet d'étude était la Décroissance et son invitation à réduire notre empreinte écologique, mais aussi à décroire. Décroire vis-à-vis de l’imaginaire associé à la croissance, en faisant ainsi le lien entre les limites physiques à la croissance et ses limites culturelles, dans un cadre de réflexion multidimensionnel. Cargonomia nous a offert un espace où ce questionnement théorique était mis en pratique au quotidien. Ainsi le temps d'un été, nous avons pratiqué pour mieux questionner : permaculture et agroforestrie urbaine, vélos cargos et low-tech, économie de réciprocité et auto-gestion. Nous avons aussi lu et débattu, entre autres autour des outils de la convivialité et d'Ivan Illich, de comment ré-encastrer l'économie et de Karl Polányi ou du droit à la paresse de Paul Lafargue.

Nos équipes en une du Monde Campus

Retrouver le reportage du Monde sur nos équipes à Budapest ici.

Qu'est-ce qu'un ingénieur ?

Autour de notre fil conducteur, ingénieur et Décroissance, nous avons ainsi expérimenté et peaufiné des ateliers participatifs nous invitant à questionner le sens de notre "métier" d'ingénieur. Ce cadre de réflexion collective s'ouvre à tout public. Il propose trois temps, les deux premiers s'intéressant directement à l'ingénieur :

1) Qu'est qu'un ingénieur aujourd'hui ? Comment est-il formé ? Quel est son rôle ? Est-ce compatible avec les enjeux du XXIème siècle ?

2) Idéalement, dans une société soutenable et conviviale, et si on en a toujours besoin, comment serait formé un ingénieur ? Quel serait son rôle ?

Retrouver le rapport de notre étude ici ainsi que le tableau récapitulatif afin d'organiser son propre atelier ici.

Ces deux questions ont été discutées à plusieurs reprises avec divers participants de divers profils. Elle peuvent se décliner sur tout corps de métier. Elles invitent à déconstruire collectivement plusieurs concepts toxiques dans lesquels nous sommes enfermés pour mieux nous réapproprier le sens de nos vies et donc de nos activités.

Qu'est-ce qu'on produit ? Comment ? Pour quel usage ?

La troisième partie propose un exercice qui consiste à questionner nos modes de vie à partir de l'analyse d'un objet de consommation usuel. Plusieurs étapes sont proposées :

1) Choisir un sujet d'étude, qui peut-être aussi bien la voiture électrique qu'une machine à laver, la production de viande que le secteur résidentiel.

2) Faire un état des lieux en identifiant les impacts environnementaux, sociaux et économiques autour de cet objet d'étude : Quels matériaux ? Leur provenance ? Quelle quantité d'énergie ? Quelle fin de vie ? Quelle production ? Quels transports ? Quels emballages ? Mais aussi qui les fabrique ? Dans quelles conditions ? L'idée étant d'ouvrir un débat éclairé à partir d'ordres de grandeur clairs sur la réalité derrière cet objet ou aussi la banalité du mal derrière cette illusion de liberté de consommer.

3) Puis, d’abord, questionner les usages : Peut-on s'en passer totalement ? Partiellement ? Peut-on partager, mettre en commun ? Peut-on repenser ses attentes en terme de performance vers plus de sobriété, de patience, de modestie ?

4) Comment repenser la conception avec prise en compte de son cycle de vie, des matériaux et de l'extractivisme, de sa durée d’utilisation, de son impact énergétique et environnemental ? Penser à le rendre modulable, démontable, réparable ? Se pose aussi la question du high-tech/low-tech.

5) Comment repenser la production : relocaliser/centraliser, robotisation/autonomisation, artisanale/industrielle ? Entre convivialité, puissance et efficacité, quels bons effets d'échelle ?

Une invitation à s'emparer de ces questionnements

Le cadre de travail proposé et expérimenté est émancipateur dans la mesure où il invite à s'arrêter pour mieux appréhender des questions que l'on ne se pose jamais. Il s'agit là d'une invitation à ralentir, partout, dans les écoles ou sur les lieux de travail, au sein de sa famille ou avec ses amis. Il y a urgence, et bien que cela semble contre-intuitif, l'enjeu n'est pas d'accélérer mais bel et bien de ralentir pour se rencontrer, dialoguer afin de co-construire ensemble de nouvelles manières de vivre, de travailler, de produire, de consommer. Les défis ne sont pas techniques mais humains. C'est la conclusion de notre aventure et notre humble contribution.

Vincent Liegey, co-auteur d’Un Projet de Décroissance et co-fondateur de Cargonomia, centre de recherche et d’expérimentation sur la Décroissance, Paul-Henri François et Corentin Gaillard, jeunes diplômés de l’Ecole Centrale Nantes.

Avec Alexandre Partouche (Arts et Métiers), Clément Choisne et Victor Blancart (Centrale Nantes).

Merci à toutes celles et ceux qui ont contribué à ce projet collectif, ouvert et convivial.

Retrouver le rapport de notre étude ici ainsi que le tableau récapitulatif afin d'organiser son propre atelier ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine