Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mars 2020

Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

Ni protectionnisme, ni néolibéralisme mais une relocalisation ouverte et solidaire

Les travers de notre système économique, et notamment la mondialisation, sont exacerbés par la crise du coronavirus. Faut-il pour autant céder au protectionnisme ? Non, le repli sur soi n’est pas la solution ! Il faut construire ensemble une relocalisation ouverte et solidaire.

Projet de Décroissance
Objecteur de Croissance Décroissant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(1) L'article Ni protectionnisme, ni néolibéralisme mais une « relocalisation ouverte », base d’une nouvelle internationale, de Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet et Anisabel Veillot, paru en 2015 sur Bastamag est d'autant plus d'actualité.


Le coronavirus et sa vitesse de propagation soulignent de nombreux vices de la mondialisation actuelle : le tourisme de masse, les chaines de production à l’arrêt (ex. médicaments) du fait de notre forte dépendance aux autres pays, etc. Désormais, les frontières de nombreux pays sont fermées et leurs économies fonctionnent au ralenti : ces différentes artères, comme dans une maladie coronarienne, n’alimente plus le système libéral, croissanciste. Dans la même métaphore, le coronavirus est une lésion supplémentaire à un système déjà bien abimé par ses vices internes. Mais alors comment sauver ce système ?

Et si nous plongions dans le protectionnisme ? Oui, mais à condition que cela continue d’alimenter le système capitaliste pourrait être une réponse du gouvernement. Et si, pour cela, on fermait les marchés et qu’en parallèle on les incitait à aller vendre leurs produits au supermarché pour fournir des fruits et légumes 100% français ? Mais n’y aurait-il pas un risque que cela profite aux groupes possédant les supermarchés et qu’au contraire les petits producteurs s’essoufflent ? La nourriture de qualité, locale, avec une bonne garantie de traçabilité n’est-ce pas bon pour la solidarité et les défenses immunitaires ? Si, mais depuis le début de la crise du coronavirus, l’économie semble primer sur l’homme.

Le protectionnisme est souvent avancé comme solution en situation de crise, une réaction de peur, de repli sur soi, qui est facilement récupérée par l’extrême droite. C’est une fausse réponse des oligarques car cela revient à rester dans le dogme croissanciste : « un outil pour retrouver de la croissance, au mieux en s’isolant des autres, au pire au détriment des autres. Il s’inscrit souvent dans une logique d’opposition ou d’indifférence à l’extérieur. » 1

Mais la situation actuelle nous montre que, chez les citoyens, l’heure n’est pas au repli sur soi. Le coronavirus tout en limitant nos libertés, en incitant à l’égocentrisme, fait au contraire s’épanouir de nouvelles solidarités. En dernier recours, serait-ce lorsque l’homme est seul qu’il se rend compte, en tant qu’animal social, à quel point il a besoin des autres ? Aujourd’hui de nombreuses personnes essayent de se rendre utile à leur manière. Certains petits producteurs proposent désormais de livrer les produits à domicile, des nouveaux drives voient le jour et souvent les commandes de paniers explosent. L’heure est à la sortie de l’illusion de toute puissance, à la réflexion. « Il s’agit bien de sortir la religion de l’économie, de nous libérer de ces addictions, de faire des « pas-de-côté » et de questionner le sens de nos productions bien plus que d’en protéger leur localisation. »1. Ainsi, Serge Latouche écrivait dans Le pari de la Décroissance « La stratégie de la renaissance locale ne consiste pas à construire et à préserver une oasis dans le désert du marché mondial ». Le mouvement de la Décroissance incite au contraire à relocaliser mais de manière ouverte et solidaire :

Extrait de l'article sur la relocalisation ouverte paru sur Bastamag (1) :

« La relocalisation ouverte, c’est d’abord intégrer les limites énergétiques, environnementales mais aussi culturelles de la société croissanciste.[...] . C’est recréer un vivre ensemble où chacun de nos actes auraient des conséquences visibles et pourraient réellement être discutées puisque nous aurions de nouveau la possibilité d’agir, de questionner nos productions, nos usages, nos vies. La relocalisation ouverte signifie clairement la remise en cause du primat de l’économie, du travail comme valeurs centrales de nos sociétés mais aussi la repolitisation de la société afin que nos sociétés deviennent autonomes et responsables. »

Pour en savoir plus sur la relocalisation ouverte, c'est par ici

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi